Evaluation finale du projet "Soutien aux activités génératrices de revenus des personnes vulnérables de Bossangoa"

Report Cover Image
Evaluation Plan:
2018-2022, Central African Republic
Evaluation Type:
Final Project
Planned End Date:
12/2021
Completion Date:
12/2021
Status:
Completed
Management Response:
Yes
Evaluation Budget(US $):
5,000

Share

Document Type Language Size Status Downloads
Download document TDR consultant evaluation finale AGR Durable.pdf tor French 527.21 KB Posted 388
Download document Evaluation_Fianal_AGR_Durables_rapport_Final.pdf report French 1967.48 KB Posted 399
Title Evaluation finale du projet "Soutien aux activités génératrices de revenus des personnes vulnérables de Bossangoa"
Atlas Project Number: 00112883
Evaluation Plan: 2018-2022, Central African Republic
Evaluation Type: Final Project
Status: Completed
Completion Date: 12/2021
Planned End Date: 12/2021
Management Response: Yes
Focus Area:
  • 1. Poverty
  • 2. Others
Corporate Outcome and Output (UNDP Strategic Plan 2018-2021)
  • 1. Output 3.1.1 Core government functions and inclusive basic services4 restored post-crisis for stabilisation, durable solutions to displacement and return to sustainable development pathways within the framework of national policies and priorities
SDG Goal
  • Goal 1. End poverty in all its forms everywhere
SDG Target
  • 1.5 By 2030, build the resilience of the poor and those in vulnerable situations and reduce their exposure and vulnerability to climate-related extreme events and other economic, social and environmental shocks and disasters
Evaluation Budget(US $): 5,000
Source of Funding: Japon
Evaluation Expenditure(US $): 3,700
Joint Programme: No
Joint Evaluation: Yes
  • Joint with Donors
  • Joint with Japon
Evaluation Team members:
Name Title Email Nationality
Boniface NZONIKOUA Consultant national nzboni@yahoo.fr CENTRAL AFRICAN REPUBLIC
GEF Evaluation: No
Key Stakeholders:
Countries: CENTRAL AFRICAN REPUBLIC
Comments:

None.

Lessons
1.

Le contexte sécuritaire, politique et sanitaire sont des facteurs externes qui ont impacté négativement sur le délai d’exécution du projet. Le projet a démontré sa flexibilité dans la reprogrammation cer-taines activités pour contourner les obstacles contextuels à travers la réaffectation du budget de certaines activités vers d’autres activités qui n’étaient pas prévues dans le document de projet. Cela a permis à l’équipe du projet d’achever certaines actions malgré les changements. Les AGRs identifiées ont été un facteur de consolidation de la paix et de la cohésion sociale par l’approche participative qui a permis aux populations de s’impliquer et de comprendre l’importance et la pertinence des objectifs poursuivis par ces AGRs. La formation préalable des différents bénéficiaires et le suivi quotidien des activités confiées à FCA constituent un gage pour la viabilité des acquis du projet.


Findings
1.

Résultat global de l’évaluation et conclusions

Le bilan de la mise en oeuvre du projet est qualifié de satisfaisant avec un score global de 5/6. Ce score est obtenu à partir de la moyenne des scores obtenus pour les différents critères évalués (Conception : 4/6 ; Pertinence : 5/6 ; Efficacité : 5/6 ; Efficience : 5/6 ; Impact 5/6 ; Durabilité 5/6). Sur cette base, l’évaluation recommande au Gouvernement centrafricain, au PPNUD ainsi qu’à tous les intervenants qui appuient les initiatives qui s’inscrivent dans le développement de l’entreprenariat et le relèvement économique de maintenir leurs appuis, dans l’optique de porter à l’échelle les interventions engagées à Bossangoa, de capitaliser les acquis obtenus, et de consolider les effets des résultats atteints.

 

 

 

 

Conception : moyennement satisfaisant avec un score de 4/6.

? l’évaluation note la clarté et la cohérence de la théorie de changement du projet mais relève comme principale limite les questions de changement des mentalités, renforcé par le fort taux d’analphabétisme à Bossangoa. Ce constat fait peser sur des initiatives de relance de l’économie locale.

? l’alignement de l’objectif du projet, de ses résultats et produits à des piliers ciblés du RCPCA apparaît comme une bonne pratique.

? Le projet « soutien aux activités génératrices des revenus des personnes vulnérables à Bossangoa » a été conçu dans la perspective de développement de l’entreprenariat rural. Il faut retenir qu’une première partie de ce projet a été mise en œuvre par PNUD et d’autres partenaires d’abord à Batangafo. Les activités de Bossangoa ne sont que le reliquat des activités de Batangafo. PNUD a recruté des consultants pour l’élaboration du Plan de Développement Local et Le renforcement des capacités des membres du CLPR.

PNUD a engagé le Cabinet d’études : « CENTRAFRIC GLOBAL BUSINESS CONSULTING Surl » pour réaliser une étude préliminaire qui doit d’une part analyser les opportunités économiques/chaines de valeurs locales menées par les populations locales et d’autre part faire le profilage des bénéficiaires. Cette mission s’était déroulée du 1er juillet au 30 septembre 2019 à Bossangoa.

Vu que la mise en œuvre de ce projet à Bossangoa n’est qu’une phase pilote, la durée fixée à 12 (douze) mois apparait non réaliste dans le contexte de crises récurrentes. Dans la perspective de l’obtention d’un résultat transformationnel durable, l’évaluation considère que avec un delai relativement court, un projet pilote de telle dimension n’avait pas tout avantage à se construire autour d’une vision prospective plus audacieuse.

 

A l’examen, le cadre de résultats révèle quelques limites, notamment en ce qui concerne la formulation des indicateurs de résultats face à la capacité intrinsèque du Projet à mesurer les progrès réalisés pour l’atteinte des objectifs qui sont soutenus par ces indicateurs (Indicateur 1.2: Nombre de fonctionnaires locaux ayant des connaissances sur la gouvernance - Indicateur 1.3: Nombre d'installations de service public fonctionnelles avec équipement - Indicateur 2.1: Pourcentage de bénéficiaires (au moins 35% sont des femmes) qui acquièrent des compétences de l’alphabétisation fonctionnelle - Indicateur 2.2: Pourcentage de bénéficiaires ayant des compétences en gestion - Indicateur 2.3: Nombre de micro-entreprises et d'associations fondées par les bénéficiaires du projet qui ont un revenu régulier).

 

? La mise en oeuvre du projet a révélé que les limites qui ont marqué ce processus à l’étape de sa conception ont nécessité des ajustements d’ordre stratégique et opérationnel que l’évaluation pourrait qualifier de majeures dans la mesure où le Projet a été délocalisé sur une période de 12 mois, et que son budget a subi des modifications subséquentes  par une contribution sur fonds propres du FCA, sans qu’on ait pu réaliser la totalité des activités prévues dans ses Plans de Travail successifs, et sans atteindre la plénitude des objectifs visés avant la fin du projet.

? La sanctuarisation de la prise en compte du genre dès la conception du Projet s’est illustrée par la qualité du ciblage des bénéficiaires (groupes vulnérables : jeunes et femmes) et la particularité de certaines activités du projet spécifiquement orientées sur le genre (cas de la production de l’huile de karité et des bénéficiaires de l’alphabétisation, etc.).

 

Pertinence et cohérence: L’évaluation trouve le projet pertinent et ses activités sont alignées aux politiques, programmes et cadre de programmation du Gouvernement Centrafricain tels que RCPCA. Le projet est en phase avec les produits du programme de pays (CPD) en Centrafrique, les effets de l’UNDAF+ 2018-2021, et le plan stratégique du PNUD 2018-2021 sur les questions de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles. Les indicateurs des activités du projet sont SMART et appropriés pour rattacher le produit du projet à l’Effet du PNUAD/DDP.

 

La théorie de changement postulée dans le document du projet demeure encore valide au regard du contexte politique et socioéconomique de la République Centrafricaine. Les questions d’intégration de l’égalité des sexes, de l’autonomisation des femmes, de renforcement des capacités nationales, des approches fondées sur les droits fondamentaux dans la conception du projet ont été prises en compte. Le projet a contribué au renforcement du cadre normatif et institutionnel en faveur du relèvement socioéconomique tout en consolidant les moyens d’existence des bénéficiaires via les AGRs. Cette contribution à la réponse des défis de relèvement économique de la RCA a été structurée à travers l’UNDAF 2018-2021 autour des effets qui, pour la plupart, présentent un lien avec les objectifs et les résultats escomptés du Projet, notamment les effets :

 

? 1.1 : les institutions politiques et administratives et les OSC promeuvent et contribuent au maintien de la paix, la sécurité, la réconciliation nationale et les droits humains ;

? 1.2 : les institutions politiques et administratives et les OSC promeuvent et encadrent l’Etat de droit et la bonne gouvernance ;

? 2.1 : les populations centrafricaines, particulièrement les plus vulnérables ou à risque de l’être, utilisent les services sociaux de base de façon durable, en particulier la santé, l’éducation, la protection sociale, l’eau et l’assainissement selon les normes de qualité ; et

? 3.2 : les institutions politiques et administratives, les OSC et le secteur privé mettent en oeuvre des politiques, programmes et reformes axés sur la croissance économique inclusive (bonne gouvernance économique, relèvement et la création d’emplois) et la gestion transparente, éthique et durable des ressources naturelles.  A cet effet, la mission attribue une note de 5/6 et juge le projet pertinent (P).

 

Efficacité : L’analyse du niveau de progression des indicateurs et leur contribution à l’achèvement des produits permet de conclure que le Projet a mieux performé dans la réalisation des activités de réhabilitation et beaucoup moins pour toutes les autres. L’écart observé à cet égard pourrait s’expliquer par la qualité de l’organisation mise en place pour le suivi des chantiers. En effet, la présence d’un Bureau du FCA sur le terrain, d’une équipe technique dédiée à la supervision des activités, et du soutien dont ils ont bénéficié de la part des aytorités locales dans le suivi des travaux réalisés à ont permis d’assurer le respect des spécifications techniques définies dans le document du projet  et de rehausser la qualité des services fournis.

 Le projet a atteint ses objectifs et les résultats stratégiques. Le projet a contribué à l’amélioration du cadre du développement local et des réformes visant une croissance économique inclusive pour une bonne gouvernance, une relance économique et une création d’emplois à traves l’appui à plusieurs groupements locaux et le déploiement de l’autorité de l’Etat. La réhabilitation du batiment administratif de Bossangoa constitue une contribution non négligeable. La combinaison des activités de résilience, de renforcement des capacités sur des thématiques essentielles de gouvernance locale, constituent des forces indéniables à l’atteinte des résultats du projet. Des renforcements des capacités multiformes ont été salutaires pour maximiser la performance du projet de même que la collaboration entre les institutions gouvernementales partenaires. Des avancées plus ou moins attribuables à l’action directe du Projet confirment toutefois l’évolution favorable vers l’atteinte des changements transformationnels souhaités pour cette localité, notamment la prise de consciences des populations, la baisse des cultures de l’indivudualisme couramment répandue à Bossangoa dans un passé récent. Aussi, l’approche 5s-Kaizen, une méthode japonaise pour l'amélioration continue de la gestion des entreprises a été promue aux bénéficiaires pour la gestion efficace de leurs affaires. L’efficacité du projet a été limitée par la situation sécuritaire persistante et volatile, l’insuffisance des infrastructures de base, et le non-déploiement effectif de l’administration à Bossangoa. Par ailleurs, le chagement des mentalités voulu par le projet reste encore un défi important, car moins abordé par le projet. Des efforts supplémentaires notamment en éducation et accompagnement des communautés en long terme aideront à rendre d’avantage ces efforts plus efficaces. La mission attribue un score de 5/6.

 

Efficience : Le projet Soutien aux Activités Génératrices de Revenus Durables des personnes vulnérables à Bossangoa est très efficient. La stratégie de coordination du projet autour d’un même cadre des résultats a significativement a renforcé la mise en œuvre et le suivi du programme. Face aux contraintes sécuritaires le projet a été très bénéfique y compris la collaboration de l’équipe du projet avec les acteurs locaux pour le suivi technique.

La durée de mise en oeuvre du projet a été portée de 12 mois. Quelle que soit la justification à la base d’un tel développement, l’évaluation considère que l’efficience du projet s’en est trouvée amoindrie par un effet mécanique, du fait des coûts supplémentaires engendrés par l‘extension de sa durée.

La capacité d’absorption des ressources par le Projet est un indicateur de performance à mettre au crédit de son efficacité et de son efficience. Le rapport financier révèle à cet effet que les dépenses du projet au 30 Septembre 2021 se sont élevées à 2 413 436 USD sur un budget total de 2 404 834,31 USD, ce qui correspond à un taux d’absorption de ressources de forte que l’évaluation considère satisfaisant. De la substance des échanges entre l’équipe d’évaluation et celle du projet, on peut anticiper que ce taux d’absorption des ressources pourrait être porté à plus de 100%.

Le suivi opérationnel des activités a été assuré à travers des réunions périodiques tenues avec les parties prenantes, des rapports périodiques qui ont été produits et soumis conformément aux échéanciers prévus à cet effet, et des missions conjointes de suivi des activités qui se sont régulièrement rendues sur le terrain, non seulement pour s’assurer de l’effectivité de la réalisation des activités, mais aussi pour mesurer l’impact de leur réalisation sur la stabilisation et la cohésion sociale, ce qui a grandement rehaussé la visibilité de ce projet, et contribué à améliorer l’image du SNU en général, et du PNUD en particulier. La mission juge

globalement l’efficience du projet satisfaisante avec un score de 5/6.

 

Durabilité: Le premier élément sur lequel repose la durabilité du projet se trouve dans l’alignement du Projet aux priorités nationales telles qu’elles ont été définies dans les documents de politiques et de stratégies qui structurent la réflexion et l’action en matière de relèvement et de consolidation de la paix en RCA. Par ailleurs, l’évaluation note que l’approche participative adoptée à la phase de conception à travers les consultations ayant impliqué les parties prenantes pressenties pour sa mise en oeuvre procède de la volonté d’alignement de cette initiative sur les priorités nationales et les besoins des bénéficiaires qui établissent un lien de causalité entre la pauvreté et l’insécurité.

Sur la disponibilité des capacités techniques et de la volonté des institutions régionales et/ou locales pour continuer à travailler avec le projet ou pour assurer sa montée en échelle, l’évaluation considère l’exceptionnelle disponibilité des autorités de la RCA à échanger avec la mission comme un indicateur de l’importance et de la priorité qu’elles accordent à cette intervention.

Sur la soutenabilité du relèvement communautaire, l’évaluation considère que la promotion des AGR qui a été ciblée dans le PRODOC comme une des activités majeures du projet n’a pas bénéficié d’un soutien à la mesure des besoins et des attentes des bénéficiaires. En plus des formations, les groupements souhaiteraient avoir accès à des sources de financement qui leur permettraient de développer leurs activités. D’une manière générale, l’évaluation considère que les perspectives de relance de l’économie locale demeurent assez limitées du fait de l’absence des structures de financement qui pourraient les soutenir sur le long terme, ainsi que des faibles capacités managériales des acteurs.

L’évaluation estime que les acquis du projet pourraient être préservés si l’Etat arrivait à mobiliser les ressources financières et techniques suffisantes. L’aboutissement des démarches de dialogue entre le PNUD et les autorités nationales (Comité de Coordination et de Suivi du projet) permettra sans doute de disposer des ressources financières et économiques en vue de préserver les bénéfices réalisés par le projet.

De l’analyse de l’environnement social et politique du pays et particulièrement de Bossangoa, les facteurs tels que : (i) l’instabilité politique ; (ii) la mauvaise gouvernance ; et (iii) la volatilité du contexte sécuritaire de Bossangoa sont autant des risques sociaux ou politiques qui pourraient menacer la durabilité des produits du projet ou les contributions du projet aux produits et effets du programme de pays. L’évalution juge globalement la durabilité du projet satisfaisante avec un score de 5/6.

 

Egalité des sexes

L’égalité des sexes a été prise en compte dans la phase de conception et dans toutes les activités du projet. Les objectifs fixés du projet sont focalisés sur l’égalité des sexes c’est-à-dire sur l’indicateur principal du projet prévoit 1000 bénéficiaires directs dont 50% de femmes. A cet effet, le projet stabilisation est un bon exemple de marqueur.

Selon l’analyse des rapports mis à disposition de la mission, sur 1000 bénéficiaires prévus 500 sont des femmes, soit 50%. Ce qui permet à la mission de conclure que les groupes vulnérables ont bénéficié de l’appui du projet. 

Invalidité et droits humains

Dans le Prodoc, les indicateurs du produit n’indiquent pas si et comment les personnes handicapés, minoritaires, ou de différentes ethnies ont été prises en compte dans le projet. Selon l’examen des documents du projet et les interviews, la question des droits humains est adressée surtout dans le choix des bénéficiaires du projet sans distinction de sexe, d’ethnie et de religion. Aucune considération d’ordre ethnique et religieux n’a été dénoncée dans le choix des bénéficiaires. Les formations des bénéficiaires en alphabétisation et en techniques et managériales ont pris en compte les principes des droits humains. Cependant, la mission de l’évaluation constate que le document de projet ne fait pas référence au principe ‘ne délaisser personne- Leave No One behind’.


Recommendations
1

Obliger tout bénéficiaire d’un financement PNUD, de soumettre des hypothèses de passage à l’échelle basée sur les perspectives d’obtention des résultats transformationnels et de mobilisation des ressources conséquentes.

2

Encourager le gouvernement à continuer le soutien à la politique de stabilisation du pays tout en poursuivant les financements du projet restauration de l’autorité de l’Etat.

3

Porter la durée initiale de mise en oeuvre de tout projet de développement bénéficiaire d’un financement PNUD à 24 mois assortie de la possibilité d’une extension unique ne dépassant pas 12 mois.

4

Construire des hangars modernes qui pourront servir de centres d’alphabétisation et de formation des jeunes car aucune structure d’accueil  n’existe dans la ville de Bossangoa.

5

Insérer dans la feuille de route des futurs projets l’appui en kit d’accompagnement des bénéficiaires.

6

Porter et étendre l’intervention à d’autres villes stratégiques du pays en fonction du niveau de sécurité dans la zone.

7

Renforcer les capacités des fonctionnaires et des jeunes de Bossangoa en 5S Kaizen en mettant en place des mécanismes de suivi des formations.

1. Recommendation:

Obliger tout bénéficiaire d’un financement PNUD, de soumettre des hypothèses de passage à l’échelle basée sur les perspectives d’obtention des résultats transformationnels et de mobilisation des ressources conséquentes.

Management Response: [Added: 2022/01/19]

Cette recommandation est rejetée car cela ne serait pas réaliste d’obliger les bénéficiaires d’un financement PNUD de répondre cette exigence qui dépend de plusieurs autres facteurs.  De plus, Et l’on se demande si les bénéficiaires seront en mesure de définir les hypothèses de passage à l’échelle, bien au contraire il n’y a que le PNUD et le gouvernement qui pourront dans la mesure des ressources disponibles discuter des perspectives de mise à l’échelle.

Key Actions:

2. Recommendation:

Encourager le gouvernement à continuer le soutien à la politique de stabilisation du pays tout en poursuivant les financements du projet restauration de l’autorité de l’Etat.

Management Response: [Added: 2022/01/19]

Le PNUD accepte la recommandation.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
2.1. Poursuivre le plaidoyer auprès des membres du COPIL pour demander de continuer de soutenir la politique de stabilisation du pays tout en poursuivant les financements du projet pour la restauration de l’autorité de l’Etat.
[Added: 2022/01/19]
Chef de projet 2022/12 Not Initiated
3. Recommendation:

Porter la durée initiale de mise en oeuvre de tout projet de développement bénéficiaire d’un financement PNUD à 24 mois assortie de la possibilité d’une extension unique ne dépassant pas 12 mois.

Management Response: [Added: 2022/01/19]

Le PNUD accepte la recommandation à condition que les bailleurs acceptent des projets d’une durée de 24 mois car cette décision dépend du bailleur. Au moment de la rédaction de ce document, il n'y a pas de ressources financières disponibles pour un tel projet.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
3.1 Mobiliser des ressources et développer un nouveau projet en proposant au bailleur une durée de 24 mois.
[Added: 2022/01/19]
Chef de projet 2022/12 Not Initiated La durée du projet est fonction des exigences du bailleurs et non du PNUD.
4. Recommendation:

Construire des hangars modernes qui pourront servir de centres d’alphabétisation et de formation des jeunes car aucune structure d’accueil  n’existe dans la ville de Bossangoa.

Management Response: [Added: 2022/01/19]

Le PNUD accepte la recommandation.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
4.1 Mobiliser des ressources et développer un nouveau projet en y incluant la construction des hangars qui pourront servir de centres d’alphabétisation et de formation des jeunes
[Added: 2022/01/19]
Chef de projet 2022/12 Not Initiated
5. Recommendation:

Insérer dans la feuille de route des futurs projets l’appui en kit d’accompagnement des bénéficiaires.

Management Response: [Added: 2022/01/19] [Last Updated: 2022/01/19]

Le PNUD accepte la recommandation.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
5.1 Mobiliser des ressources et développer un nouveau projet et y prévoir les kits d’accompagnement des bénéficiaires
[Added: 2022/01/19]
Chef de projet 2022/12 Not Initiated History
6. Recommendation:

Porter et étendre l’intervention à d’autres villes stratégiques du pays en fonction du niveau de sécurité dans la zone.

Management Response: [Added: 2022/01/19] [Last Updated: 2022/01/19]

Le PNUD accepte la recommandation.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
6.1 Mobiliser des ressources et développer de nouveaux projets pour couvrir d’autres zones du pays.
[Added: 2022/01/19]
Chef de projet 2022/12 Not Initiated History
7. Recommendation:

Renforcer les capacités des fonctionnaires et des jeunes de Bossangoa en 5S Kaizen en mettant en place des mécanismes de suivi des formations.

Management Response: [Added: 2022/01/19]

Le PNUD accepte la recommandation.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
7.1 Mobiliser des ressources et développer un nouveau projet et y inclure le renforcement des capacités des fonctionnaires et des jeunes de Bossangoa en 5S Kaizen en mettant en place des mécanismes de suivi des formations.
[Added: 2022/01/19]
Chef de projet 2022/12 Not Initiated

Latest Evaluations

Contact us

1 UN Plaza
DC1-20th Floor
New York, NY 10017
Tel. +1 646 781 4200
Fax. +1 646 781 4213
erc.support@undp.org