Evaluation du projet "Participation et Leadership de la femme"

Report Cover Image
Evaluation Plan:
2018-2022, Central African Republic
Evaluation Type:
Final Project
Planned End Date:
03/2020
Completion Date:
12/2021
Status:
Completed
Management Response:
Yes
Evaluation Budget(US $):
001

Share

Document Type Language Size Status Downloads
Download document TDR_EVALParticipation et Leadership de la femme.pdf tor French 444.97 KB Posted 493
Download document FINAL_Rapport final_Evaluation Projet PPLF_UNDP_UNW_CAR.pdf report French 1655.98 KB Posted 501
Title Evaluation du projet "Participation et Leadership de la femme"
Atlas Project Number: 00103907
Evaluation Plan: 2018-2022, Central African Republic
Evaluation Type: Final Project
Status: Completed
Completion Date: 12/2021
Planned End Date: 03/2020
Management Response: Yes
Focus Area:
  • 1. Gender
  • 2. Others
Corporate Outcome and Output (UNDP Strategic Plan 2018-2021)
  • 1. Output 2.6.1 Capacities strengthened to raise awareness on and undertake legal, policy and institutional reforms to fight structural barriers to women’s empowerment
SDG Goal
  • Goal 5. Achieve gender equality and empower all women and girls
SDG Target
  • 5.5 Ensure women’s full and effective participation and equal opportunities for leadership at all levels of decision-making in political, economic and public life
Evaluation Budget(US $): 001
Source of Funding: PBF
Evaluation Expenditure(US $): 001
Joint Programme: Yes
Joint Evaluation: Yes
  • Joint with UN Agencies
  • Joint with UN Women
Evaluation Team members:
Name Title Email Nationality
Serge Eric Yakeu Djiam Consultant international, Chef d'équipe seyakeu@yahoo.fr CAMEROON, REPUBLIC OF
Boniface NZonikoua Consultant National nzboni@yahoo.fr CENTRAL AFRICAN REPUBLIC
GEF Evaluation: No
Key Stakeholders: Ministère de la Promotion de Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant
Countries: CENTRAL AFRICAN REPUBLIC
Lessons
1.

Plusieurs leçons émergent de la mise en oeuvre du programme conjoint en RCA parmi lesquelles l’on peut retenir celles qui suivent :
(1) L’approche de sensibilisation ménage par ménage dans un contexte de crise ou humanitaire est indispensable pour faire renaitre la confiance et par conséquent soutenir les efforts de cohésion sociale. Le cas de Bambari développé par ONU FEMMES sous les services de CLIRA est un exemple à succès.
(2) Programme conjoint offre la possibilité de combinaison multisectorielle des interventions d’autonomisation, de gouvernance et de leadership féminin. Grâce aux financements communs du projet, plusieurs engouements des couches socioprofessionnelles et/ou des déplacées aux activités, et création de nouvelles organisations pour les renforcements des capacités, leadership et cohésion sociale ont été rendues possibles pour soutenir le vivre ensemble entre les leaders religieux et chefs des communautés chrétiennes, musulmanes et peulhs.
(3) Les députés femmes peuvent désormais répondre aux invitations, et par conséquent sont moins complexées/frustrées à cause de leur analphabétisme. Elles développement des échanges entre elles durant les sessions de l’assemblée nationale. Enfin, elles peuvent répondre aux attentes locales et défendre les intérêts communs de leur communauté d’origine en toute confiance.
(4) L’implication des autorités locales, élus locaux, comités de paix et chefs religieux a été déterminante à la réussite de plusieurs activités de sensibilisation sur la citoyenneté, de réconciliation et de consolidation de la paix, et le leadership. A Bambari par exemple, Forte implication de la masse en symbiose entre plusieurs associations de femmes de confessions religieuses différentes.
(5) Prévoir et commencer par les projets de réhabilitation économique notamment des femmes (plus nombreuses et même chefs de famille) pour soutenir mentalement et moralement les bénéficiaires, et les besoins imminents des populations en situation de crise humanitaire est incontournable au retour de la paix dans les localités ciblées.


Findings
1.

84. Le projet conjoint genre a apporté des réponses significatives à la promotion de la participation politique et leadership des femmes dans la consolidation de la paix en RCA quoique de nombreux efforts restent à faire avant les échéances électorales de 2020. En somme, l’analyse des résultats décrits permet de tirer les conclusions suivantes organisées selon les critères d’évaluation.
85. C1 : Le projet est très pertinent compte tenu du contexte socio-politique et socioprofessionnelles des femmes en RCA. Les activités du projet sont alignées aux politiques, programmes et cadre de programmation du Gouvernement Centrafricain tels que RCPCA, la DSRP, la Politique Nationale pour la Promotion de la Femme, du Cadre Stratégique Intérimaire des Nations Unies et du Cadre de coopération Pays FAO-Gouvernement. La valeur ajoutée du projet résulte de la complémentarité des différentes composantes du projet par les agences SNU ONU FEMMES, PNUD et FAO (CPC1). Tout en renforcement le cadre normatif et institutionnel en faveur de la participation politique et de leadership des femmes, le projet a aussi répondu aux besoins des bénéficiaires dans l’appui de leurs moyens d’existence via les AGRs. Le projet a ouvert la voie aux organisations de femmes et jeunes filles leaders pour leur participation au processus démocratique en RCA (CPC2).
86. C2 : L’évaluation trouve que le projet a été très efficace dans l’atteinte de ses objectifs et des résultats stratégiques initialement planifiés. Les communautés développent la cohésion sociale, vivent de plus en plus pacifiquement quand bien même la situation sécuritaire demeure imprévisible. Ces résultats sont susceptibles de contribuer à l’atteinte des objectifs 2-5-10-16 des ODDs. Le projet a contribué à l’amélioration du cadre légal avec la révision de plusieurs textes de lois et des politiques publiques à l’instar de la loi sur la parité entre la femme et l’homme, la révision du code pénal et la loi portant protection de la femme (CE1). La combinaison des activités de résilience, de renforcement des capacités sur des thématiques essentielles de gouvernance, participation politique et leadership, la volonté politique manifeste avec la signature des mémorandum et accords de paix, l’existence des textes juridiques, et l’implication des époux des femmes bénéficiaires, les chefs religieux, les élus locaux, les comités locaux de paix dans les interventions de réconciliation et de consolidation de la paix, constituent des forces indéniables à l’atteinte des résultats du projet. Toutefois, certains facteurs ont limité l’efficacité du projet notamment la situation sécuritaire persistante et volatile, l’insuffisance des infrastructures de base, et le non-déploiement de l’administration dans les provinces. Par ailleurs, l’évaluation a relevé de pesanteurs socioculturelles telles que la pratique de l’excision et les VBGs qui continuent à se vivre particulièrement dans les provinces (CE2). Plusieurs effets induits sont attribuables aux réalisations du projet tels que le financement des projets additionnels et l’implication des autres partenaires au développement pour l’autonomisation des femmes et la consolidation de la paix (CE3).Nonobstant, la diversification des revenus devrait être renforcée d’avantage pour raffermir l’autonomisation financière des groupes de femmes, et plus d’attention à l’alphabétisation des groupes de femmes et jeunes filles dans les activités de renforcement des capacités (CE4). Cependant, le système de gestion des risques n’a pas véritablement fonctionné de manière générale. Les risques liés à l’émergence de conflits ont été atténués via les activités de conscientisation des communautés religieuses sur la notion de citoyenneté. Des renforcements des capacités multiformes ont été salutaires pour maximiser la performance du projet de même que la collaboration entre les institutions gouvernementales partenaires (CE5).
87. C3 : Le projet genre a été très efficient dans son ensemble. L’association des différentes confessions religieuses (musulmanes, peulhs et chrétiennes) et l’implication des autorités locales y compris les maires et chefs religieux dans la mise en oeuvre des activités a renforcé l’efficience du programme (CEF1). La stratégie de coordination du projet autour d’un même cadre des résultats a significativement renforcé la mise en oeuvre et le suivi du programme. Face aux contraintes sécuritaires et dont d’accessibilité, l’usage des bureaux terrains du PNUD à Bangui, Bambari et Bossangoa a été très bénéfique y compris la collaboration de la MINUSCA pour le suivi technique. Toutefois, l’absence des points focaux en provinces reste à déplorer (CEF2). En outre, le choix d’un nombre raisonnable des localités et des groupes cibles moins importants confèrent au projet une performance remarquable au lieu de se dissiper avec des ressources limitées. A ceci s’ajoute le choix judicieux des partenaires d’exécution jugée assez stratégique avec la signature des contrats de partenariat (CEF3). L’évaluation a cependant noté que l’efficience du projet a été limitée par des lenteurs administratives qui ont causé des retards dans les décaissements pour certains partenaires techniques d’ONU FEMMES (CEF4).
88. C4 : Dans un contexte fragile, sur une courte durée (24 mois) et avec des ressources limitées, il est difficile de prévoir la durabilité des acquis du projet. Malgré cela, le renforcement des capacités du capital humain constitue un atout considérable à la durabilité des résultats du projet. Les appuis spécifiques au Réseau des Femmes Parlementaires sont pérennes notamment avec des efforts de plaidoyer pour une allocation budgétaire par l’assemblée nationale afin de renforcer leur participation politique ; les mécanismes de résilience avec les Clubs Dimitra aux groupes de femmes sont pérennes dans le court et moyen termes (CD1). Le projet a réussi à conscientiser l’ensemble des parties prenantes sur l’importance de la réconciliation pour une paix durable. Le projet a formé des volontaires communautaires, mais le déploiement ne suit pas encore faute de matériels et des modules de formation (numériques) pour que ces volontaires puissent se déployer dans les communautés (CD2). En outre, des éléments probants sont susceptibles d’assurer la durabilité des acquis du projet conjoint tels que le cadre législatif et réglementaire et le renforcement des capacités des femmes leaders pour leur participation aux échéances électorales. Le projet a contribué au réveil et à l’évolution des mentalités individuelles et collectives. Les VBGs sont de moins en moins fréquents et les femmes réclament de plus en plus leurs droits et s’expriment librement (CD3). La cohésion sociale est une réalité notamment à Bangui et à Bambari. Les femmes et jeunes filles issues de confessions religieuses différentes se fréquentent régulièrement. Les bénéficiaires confirment l’existence de l’accalmie, l’acceptation des uns et autres, et le retour progressif des déplacées internes. L’évaluation a cependant constaté que le projet ne disposait pas de points focaux à Bossangoa et Bambari. La coordination locale se faisait à partir de Bangui faute de coordination locale pour la promotion des synergies (CD4). L’implication des interlocuteurs locaux comme les chefs traditionnels et élus locaux a été utile pour la sensibilisation sur la cohésion sociale (CD5).
89. C5 : Les aspects genre, équité et droits humains ont été au centre des préoccupations du projet. C’est un projet genre et la prise en compte des hommes en tant que bénéficiaires ont permis d’aligner le projet sur les principes d’égalité de sexe. Les groupes marginalisés notamment les jeunes filles ont été impliqués dans les activités du projet. Elles ont été formées au même titre que les groupes mixtes hommes/femmes. Les activités de formation ne distinguent pas les groupes religieux chrétiens, musulmans ou peulhs. Ils participent librement aux réunions dans les Clubs Dimitra (CG1). La révision des textes et notamment de la politique nationale sur la parité d’égalité promeut l’égalité et l’équité dans la distribution des postes de responsabilité dans les secteurs public et privé. Le projet a tenu compte des principes des droits de l’homme et de l’efficacité du développement à travers la participation et l’inclusion avec l’implication des hommes au même titre que les femmes sur les aspects de cohésion sociale avec un accent particulier dans les zones conflictuelles comme à Bria, Kaga-Bandoro et Bambari (CG2). Plusieurs barrières socioculturelles aux changements telles que lapratique d’excision et les VBGs sont susceptibles d’affecter les principes de droits humains, les inégalités entre les sexes et l’équité. Le niveau d’analphabétisme des femmes les rend davantage très vulnérables (CG3).


Recommendations
1

Arrimer des priorités des phases 2 et 3, et tout autre projet en cours d’élaboration/exécution aux priorités nationales en matière de promotion de la participation politique et leadership des femmes au dialogues nationale ; et aux besoins du prochain UNDAF, et aux ODD

2

Renforcer le mécanisme de coordination et de suivi et évaluation avec un plan de suivi et évaluation

3

Suivi régulier des organisations de femmes leaders formées pour une forte implication dans les échéances électorales (présidentielle, législatives et municipales) prévues en décembre 2020

4

Intégrer systématiquement les programmes d’alphabétisation dans les activités de formation pour contribuer à réduire le niveau de vulnérabilité des femmes et jeunes filles

1. Recommendation:

Arrimer des priorités des phases 2 et 3, et tout autre projet en cours d’élaboration/exécution aux priorités nationales en matière de promotion de la participation politique et leadership des femmes au dialogues nationale ; et aux besoins du prochain UNDAF, et aux ODD

Management Response: [Added: 2021/12/09]

Le management accepte la recommandation

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
1.1. - Collaboration continue du gouvernement, les services décentralisés, les chefs religieux et leaders communautaires - Coordination systématique avec le gouvernement dans la planification et la mise en œuvre de toutes les activités - Ciblage des localités non couvertes en fonction de leur accessibilité - Disposer et former les points focaux dans les localités de mise en œuvre
[Added: 2021/12/09]
Chef de projet 2021/12 Completed Les projets de la composante Genre ont été mis en œuvre sous le leadership des ministères du genre et les services décentralisés, les chefs religieux et leaders communautaires, les hommes, les femmes et les jeunes font partie des cibles du programme.
2. Recommendation:

Renforcer le mécanisme de coordination et de suivi et évaluation avec un plan de suivi et évaluation

Management Response: [Added: 2021/12/09]

Le management accepte la recommandation .

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
2.1. - Avoir un plan de rapportage et de partage des informations/rapports ; - Assurer une communication et la production des rapports dans les délais planifiés - Production des procès verbaux des rencontres de coordination (comité de pilotag, etc) ; - Réduire les délais et lenteurs administratifs dans la gestion des contrats de partenariats avec les partenaires d’exécution.
[Added: 2021/12/09]
Chef de projet 2021/12 Completed Les rapports ont été produits. Les partenaires de mise en œuvre ont été soumis aux évaluations HACT, des formations sur les rapportages techniques et financiers ont été organisés.
3. Recommendation:

Suivi régulier des organisations de femmes leaders formées pour une forte implication dans les échéances électorales (présidentielle, législatives et municipales) prévues en décembre 2020

Management Response: [Added: 2021/12/09]

Le management accepte la recommandation

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
3.1 L‘intensification des activités de sensibilisation à l’endroit hommes - Implication davantage des masses médias pour plus de communication notamment en langue locale - Formation continue des coaches politiques ; - Distribution des modules de formation sous forme numérique aux partenaires et relais locaux pour l’extension sessions de formation à d’autres bénéficiaires dans d’autres localités
[Added: 2021/12/09]
Chef de projet 2021/12 Completed Les chefs religieux et leaders communautaires, les hommes et jeunes font partie des cibles du Programme. La formation des coaches politiques a été poursuivi par ONUFEMMES.
4. Recommendation:

Intégrer systématiquement les programmes d’alphabétisation dans les activités de formation pour contribuer à réduire le niveau de vulnérabilité des femmes et jeunes filles

Management Response: [Added: 2021/12/09]

Le management accepte la recommandation

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
4.1 Intégrer l’alphabétisation aux prochains projets similaires
[Added: 2021/12/09]
Chef de projet 2021/12 Completed L’alphabétisation est intégrée et pris en compte par d’autres programmes du PNUD dans le pilier résilience. Par ailleurs, dans le cadre de la mise en place des Maisons de la Femme, l’alphabétisation sera opérationnelle comme partie intégrante de l’autonomisation socio-économique des femmes des zones cibles.

Latest Evaluations

Contact us

1 UN Plaza
DC1-20th Floor
New York, NY 10017
Tel. +1 646 781 4200
Fax. +1 646 781 4213
erc.support@undp.org