Evaluation a mi parcours

Report Cover Image
Evaluation Plan:
2007-2011, Chad
Evaluation Type:
UNDAF
Planned End Date:
10/2009
Completion Date:
09/2009
Status:
Completed
Management Response:
Yes
Evaluation Budget(US $):
35,000
Conclusions et recommandations de l'évaluation 57. Cette section tire les principales conclusions résultant des évaluations de la section précédente pour proposer les recommandations sur la révision de l'UNDAF, les contributions à ses effets ainsi que sur les moyens d'améliorer les opérations devant réaliser ces effets. Ces recommandations seront ainsi organisés autour de trois thèmes : (i) l'UNDAF en tant qu'instrument de programmation, de coordination et de coopération ; (ii) les contributions aux effets de l'UNDAF ; et (iii) les modalités opérationnelles. Une matrice articulera ces recommandations en identifiant les activités de mise en œuvre, les responsabilités et le timing. 4.1 Thème 1 des recommandations. L'UNDAF comme mécanisme de programmation, de coordination et de coordination. 58. Les évaluations faites précédemment permettent de tirer un certain nombre de conclusions importantes qui débouchent sur des recommandations quant aux améliorations à apporter à l'UNDAF en tant qu'instrument de programmation, de coordination et de coopération. 59. Conclusions 1. Rigidité et incohérence relative de l'UNDAF. Les évaluations sur la pertinence et cohérence de l'UNDAF ont conclu à un manque de flexibilité et à une certaine cohérence relative de la matrice de l'UNDAF, laquelle est caractérisée par les rigidités et incohérences suivantes : (i) un ciblage essentiellement géographique et faiblement axé sur les groupes ou les institutions ; (ii) des effets fort ambitieux par rapport à l'horizon temporelle, aux ressources mobilisables, et aux contributions les plus probables des agences ; (iii) une évaluation des risques et hypothèses faible sinon inexistante. Recommandation 1. Cohérence et flexibilité. Reformuler les effets attendus de l'UNDAF pour : (i) adapter leurs contenus aux priorités nationales de la SNRP2, aux ressources mobilisables, aux contributions des agences les plus à même de l

Share

Document Type Language Size Status Downloads
Download document UNDAF_TDR_revue_a_mi_parcours_vf.doc tor Posted 1226
Download document Rapport_revue_UNDAF2.doc report Posted 635
Download document summary Posted 257
Title Evaluation a mi parcours
Atlas Project Number:
Evaluation Plan: 2007-2011, Chad
Evaluation Type: UNDAF
Status: Completed
Completion Date: 09/2009
Planned End Date: 10/2009
Management Response: Yes
Focus Area:
  • 1. Poverty and MDG
  • 2. Democratic Governance
Corporate Outcome and Output (UNDP Strategic Plan 2014-2017)
  • 1. Le gouvernement coordonne le développement, mobilise les ressources internes ou externes, et les utilise d'une maniere efficace afin de réaliser les objectifs du millénaire pour le développement et de réduction de la pauvreté
  • 2. Trente mille tchadiens ayant un revenu inférieur à 1 dollar par jour gagnent plus d'un dollar par jour dans les zones d'intervention d'ici à 2010
  • 3. La gouvernance et la gestion intégrée des ressources en eau sont renforcées pour un accès étendu et équitable des populations aux services d'eau saine et à l'assainissement de base
  • 4. Les capacités communataires pour une réponse efficace au VIH/SIDA sont renforcées
  • 5. Le Gouvernement et les Organisations de la Société Civile participent activement à la promotion des droits de l'homme
Evaluation Budget(US $): 35,000
Source of Funding:
Joint Programme: No
Joint Evaluation: Yes
  • Joint with Gvt_Agences SNU_BAD_AFD_DED_UE_USA_ESSO_Partenaires realisation_ONG
Evaluation Team members:
Name Title Email Nationality
Team Leader
GEF Evaluation: No
Key Stakeholders:
Countries: CHAD
Comments: Tous les travausx préparatoires de l'évaluation à mi-parcours de l'UNDAF ont été réalisés en 2008. L'évaluation à mi-parcours proprement dite se tiendra dans en Octobre 2009
Lessons
Findings
Recommendations
1 Conclusions et recommandations de l'évaluation Cette section tire les principales conclusions résultant des évaluations de la section précédente pour proposer les recommandations sur la révision de l'UNDAF, les contributions à ses effets ainsi que sur les moyens d'améliorer les opérations devant réaliser ces effets. Ces recommandations seront ainsi organisés autour de trois thèmes : (i) l'UNDAF en tant qu'instrument de programmation, de coordination et de coopération ; (ii) les contributions aux effets de l'UNDAF ; et (iii) les modalités opérationnelles. Une matrice articulera ces recommandations en identifiant les activités de mise en œuvre, les responsabilités et le timing. 4.1 Thème 1 des recommandations. L'UNDAF comme mécanisme de programmation, de coordination et de coordination. Les évaluations faites précédemment permettent de tirer un certain nombre de conclusions importantes qui débouchent sur des recommandations quant aux améliorations à apporter à l'UNDAF en tant qu'instrument de programmation, de coordination et de coopération. Conclusions 1. Rigidité et incohérence relative de l'UNDAF. Les évaluations sur la pertinence et cohérence de l'UNDAF ont conclu à un manque de flexibilité et à une certaine cohérence relative de la matrice de l'UNDAF, laquelle est caractérisée par les rigidités et incohérences suivantes : (i) un ciblage essentiellement géographique et faiblement axé sur les groupes ou les institutions ; (ii) des effets fort ambitieux par rapport à l'horizon temporelle, aux ressources mobilisables, et aux contributions les plus probables des agences ; (iii) une évaluation des risques et hypothèses faible sinon inexistante. Recommandation 1. Cohérence et flexibilité. Reformuler les effets attendus de l'UNDAF pour : (i) adapter leurs contenus aux priorités nationales de la SNRP2, aux ressources mobilisables, aux contributions des agences les plus à même de les réaliser dans la période du cycle restante; (ii) préciser les différents ciblages (zones, groupes, communautés, institutions) ; (iii) intégrer les risques et les hypothèses conditionnant leur mise en œuvre ou leur réalisation. Conclusions 2. Inefficience de l'UNDAF. L'UNDAF s'est globalement révélé inefficient en tant qu'instrument de mobilisation, de programmation et d'allocation des ressources de l'assistance des NU au Tchad, pour les raisons suivantes : (i) l'inadéquation entre les objectifs ambitieux et les maigres ressources propres; (ii) la mise à disposition trop tardive des ressources ; (iii) le recours abusif aux modalités d'exécution parallèles aux structures nationales ; (iv) la faiblesse de l'impact des mécanismes de l'UNADF sur les coûts de transaction des agences et du gouvernement. Recommandation 2. Efficience. Améliorer l'efficience de l'UNDAF par : (i) une budgétisation adéquate et réaliste de ses actions; (ii) l'application des règles et mécanismes plus efficaces de mise à disposition des fonds ; (iii) le recours systématique à la mode d'exécution nationale ; (iv) la promotion de l'UNADF comme cadre privilégié de mise en œuvre de l'assistance des NU. Conclusions 3. Valeur ajoutée de l'UNDAF. Les évaluations ont reconnu le fait que le SNU au Tchad a su faire usage des avantages comparatifs généralement accrédités aux NU (neutralité, multilatéralisme, mandats spécialisés de ses différentes agences) dans la mise en œuvre de leur assistance dans ce pays, en ce qui concerne notamment la prévention et la gestion des crises. Le tableau est cependant moins reluisant dans le domaine de l'aide au développement où l'on déplore l'absence de programmes conjoints ainsi que la faible synergie entre les interventions des agences œuvrant parfois dans le même secteur et en partenariat avec les mêmes acteurs nationaux ou extérieurs. Recommandation 3. Valeur ajoutée. Maximiser la valeur ajoutée de l'UNDAF dans les interventions de développement par : (i) l'introduction d'une plus grande synergie entre les programmes des agences contribuant à la réalisation d'un même effet de l'UNDAF ; (ii) la multiplication des programmes et projets conjoints entre les agences intervenant sur un même effet de l'UNDAF. 4.1 Thème 2 des recommandations. Contributions aux effets de l'UNDAF Conclusions 4. Progrès vers l'amélioration du capital humain (Effet 1). Très peu de résultats ont été achevés dans ce domaine, bien qu'ils aient été obtenus en utilisant principalement la modalité et l'expertise nationales. La raison majeure de cette contreperformance réside dans le caractère éclectique des résultats attendus sur l'amélioration du capital humain, qui constituent un catalogue couvrant pratiquement tous les OMD à l'exception du 6ème et du 8ème qui font l'objet des Effets 2 et 5 de l'UNDAF. Les contributions à la réalisation de cet effet sont également fort éclectiques en ce qu'elles relèvent des engagements pris par des agences fort hétéroclites : les résidentes et les non-résidentes ; les fonds, les programmes, les institutions financières, comme les agences techniques ; des agences de l'humanitaire comme celles du développement. La multiplicité et la diversité des zones d'intervention de cette panoplie d'agences ne permet pas de délimiter une zone de concentration et de définir des indicateurs de résultats sur lesquels baser le monitoring de cet Effet. C'est cette absence de priorisation et de synergie dans les contributions qui est à la base de la faiblesse des résultats atteints à mi-parcours sur cet effet. Recommandation 4. Progrès vers l'amélioration du capital humain. Reformuler l'Effet de l'UNDAF sur l'amélioration du capital humain dans le sens d'une priorisation des domaines d'interventions, d'une harmonisation et d'une synergie plus grandes des contributions des agences à concentrer si possible dans une zone géographique déterminée. Conclusions 5. Faiblesses de l'implication nationale. Les contreperformances dans la réalisation de la plupart des Effets de l'UNDAF sont dues dans une large mesure à la faiblesse de l'implication de la partie nationale, laquelle faiblesse se manifeste de plusieurs manières : (i) absence de volonté ou de leadership de l'Etat ; (ii) insuffisance des ressources (humaines, financières, matérielles ou réglementaires) de contrepartie nationale ; (iii) absence d'un environnement porteur (sécurisant, prévisible, incitatif, coopératif). Ces faiblesses ont la plupart de temps impacté négativement la mise en œuvre des programmes et projets des agences, lesquelles n'ont pas trouvé du répondant au niveau des institutions nationales. On peut ainsi mettre sur ce compte la maigreur des résultats significatifs obtenus sur la promotion de la gouvernance aussi bien politique qu'économique. Recommandation 5. Implication de la partie nationale. Assurer dans la formulation et la mise en œuvre des programmes et projets réalisant l'UNDAF l'intégration des éléments impliquant la partie nationale (ressources de contrepartie, comités de pilotage multipartites et fonctionnels, mécanismes de coordination ou de concertation périodique,) ainsi que l'évaluation des risques et hypothèses d'une défaillance de la partie nationale.
1. Recommendation: Conclusions et recommandations de l'évaluation Cette section tire les principales conclusions résultant des évaluations de la section précédente pour proposer les recommandations sur la révision de l'UNDAF, les contributions à ses effets ainsi que sur les moyens d'améliorer les opérations devant réaliser ces effets. Ces recommandations seront ainsi organisés autour de trois thèmes : (i) l'UNDAF en tant qu'instrument de programmation, de coordination et de coopération ; (ii) les contributions aux effets de l'UNDAF ; et (iii) les modalités opérationnelles. Une matrice articulera ces recommandations en identifiant les activités de mise en œuvre, les responsabilités et le timing. 4.1 Thème 1 des recommandations. L'UNDAF comme mécanisme de programmation, de coordination et de coordination. Les évaluations faites précédemment permettent de tirer un certain nombre de conclusions importantes qui débouchent sur des recommandations quant aux améliorations à apporter à l'UNDAF en tant qu'instrument de programmation, de coordination et de coopération. Conclusions 1. Rigidité et incohérence relative de l'UNDAF. Les évaluations sur la pertinence et cohérence de l'UNDAF ont conclu à un manque de flexibilité et à une certaine cohérence relative de la matrice de l'UNDAF, laquelle est caractérisée par les rigidités et incohérences suivantes : (i) un ciblage essentiellement géographique et faiblement axé sur les groupes ou les institutions ; (ii) des effets fort ambitieux par rapport à l'horizon temporelle, aux ressources mobilisables, et aux contributions les plus probables des agences ; (iii) une évaluation des risques et hypothèses faible sinon inexistante. Recommandation 1. Cohérence et flexibilité. Reformuler les effets attendus de l'UNDAF pour : (i) adapter leurs contenus aux priorités nationales de la SNRP2, aux ressources mobilisables, aux contributions des agences les plus à même de les réaliser dans la période du cycle restante; (ii) préciser les différents ciblages (zones, groupes, communautés, institutions) ; (iii) intégrer les risques et les hypothèses conditionnant leur mise en œuvre ou leur réalisation. Conclusions 2. Inefficience de l'UNDAF. L'UNDAF s'est globalement révélé inefficient en tant qu'instrument de mobilisation, de programmation et d'allocation des ressources de l'assistance des NU au Tchad, pour les raisons suivantes : (i) l'inadéquation entre les objectifs ambitieux et les maigres ressources propres; (ii) la mise à disposition trop tardive des ressources ; (iii) le recours abusif aux modalités d'exécution parallèles aux structures nationales ; (iv) la faiblesse de l'impact des mécanismes de l'UNADF sur les coûts de transaction des agences et du gouvernement. Recommandation 2. Efficience. Améliorer l'efficience de l'UNDAF par : (i) une budgétisation adéquate et réaliste de ses actions; (ii) l'application des règles et mécanismes plus efficaces de mise à disposition des fonds ; (iii) le recours systématique à la mode d'exécution nationale ; (iv) la promotion de l'UNADF comme cadre privilégié de mise en œuvre de l'assistance des NU. Conclusions 3. Valeur ajoutée de l'UNDAF. Les évaluations ont reconnu le fait que le SNU au Tchad a su faire usage des avantages comparatifs généralement accrédités aux NU (neutralité, multilatéralisme, mandats spécialisés de ses différentes agences) dans la mise en œuvre de leur assistance dans ce pays, en ce qui concerne notamment la prévention et la gestion des crises. Le tableau est cependant moins reluisant dans le domaine de l'aide au développement où l'on déplore l'absence de programmes conjoints ainsi que la faible synergie entre les interventions des agences œuvrant parfois dans le même secteur et en partenariat avec les mêmes acteurs nationaux ou extérieurs. Recommandation 3. Valeur ajoutée. Maximiser la valeur ajoutée de l'UNDAF dans les interventions de développement par : (i) l'introduction d'une plus grande synergie entre les programmes des agences contribuant à la réalisation d'un même effet de l'UNDAF ; (ii) la multiplication des programmes et projets conjoints entre les agences intervenant sur un même effet de l'UNDAF. 4.1 Thème 2 des recommandations. Contributions aux effets de l'UNDAF Conclusions 4. Progrès vers l'amélioration du capital humain (Effet 1). Très peu de résultats ont été achevés dans ce domaine, bien qu'ils aient été obtenus en utilisant principalement la modalité et l'expertise nationales. La raison majeure de cette contreperformance réside dans le caractère éclectique des résultats attendus sur l'amélioration du capital humain, qui constituent un catalogue couvrant pratiquement tous les OMD à l'exception du 6ème et du 8ème qui font l'objet des Effets 2 et 5 de l'UNDAF. Les contributions à la réalisation de cet effet sont également fort éclectiques en ce qu'elles relèvent des engagements pris par des agences fort hétéroclites : les résidentes et les non-résidentes ; les fonds, les programmes, les institutions financières, comme les agences techniques ; des agences de l'humanitaire comme celles du développement. La multiplicité et la diversité des zones d'intervention de cette panoplie d'agences ne permet pas de délimiter une zone de concentration et de définir des indicateurs de résultats sur lesquels baser le monitoring de cet Effet. C'est cette absence de priorisation et de synergie dans les contributions qui est à la base de la faiblesse des résultats atteints à mi-parcours sur cet effet. Recommandation 4. Progrès vers l'amélioration du capital humain. Reformuler l'Effet de l'UNDAF sur l'amélioration du capital humain dans le sens d'une priorisation des domaines d'interventions, d'une harmonisation et d'une synergie plus grandes des contributions des agences à concentrer si possible dans une zone géographique déterminée. Conclusions 5. Faiblesses de l'implication nationale. Les contreperformances dans la réalisation de la plupart des Effets de l'UNDAF sont dues dans une large mesure à la faiblesse de l'implication de la partie nationale, laquelle faiblesse se manifeste de plusieurs manières : (i) absence de volonté ou de leadership de l'Etat ; (ii) insuffisance des ressources (humaines, financières, matérielles ou réglementaires) de contrepartie nationale ; (iii) absence d'un environnement porteur (sécurisant, prévisible, incitatif, coopératif). Ces faiblesses ont la plupart de temps impacté négativement la mise en œuvre des programmes et projets des agences, lesquelles n'ont pas trouvé du répondant au niveau des institutions nationales. On peut ainsi mettre sur ce compte la maigreur des résultats significatifs obtenus sur la promotion de la gouvernance aussi bien politique qu'économique. Recommandation 5. Implication de la partie nationale. Assurer dans la formulation et la mise en œuvre des programmes et projets réalisant l'UNDAF l'intégration des éléments impliquant la partie nationale (ressources de contrepartie, comités de pilotage multipartites et fonctionnels, mécanismes de coordination ou de concertation périodique,) ainsi que l'évaluation des risques et hypothèses d'une défaillance de la partie nationale.
Management Response: [Added: 2009/09/19]

Le Gouvernement et les agences du SNU ont approuvé le rapport et confirmé la pertinence des recommandations. Ils se sont engagés à prendre toutes les dispositions requises en vue de leur application intégrale.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Préparer un plan d'action pour le suivi de la mise enouevre des recommandations
[Added: 2009/09/19]
Cordination et Chaque agence 2009/06 Completed Le plan d'action pour le suivi de la mise en oeuvre des recommandations a été approuvé et fait l'objet d'"un suivi rigoureux

Latest Evaluations

Contact us

1 UN Plaza
DC1-20th Floor
New York, NY 10017
Tel. +1 646 781 4200
Fax. +1 646 781 4213
erc.support@undp.org