Evaluation a mi-parcours du projet «Scaling up Community-Based Adaptation (CBA) in Niger»

Report Cover Image
Evaluation Plan:
2014-2018, Niger
Evaluation Type:
Mid Term Project
Planned End Date:
03/2017
Completion Date:
07/2017
Status:
Completed
Management Response:
Yes
Evaluation Budget(US $):
25,000

Share

Document Type Language Size Status Downloads
Download document TDR Evaluation mi parcours CBA.pdf tor English 361.68 KB Posted 101
Download document RAPPORT FINAL EMP PROJET ABC.pdf report English 2158.93 KB Posted 121
Title Evaluation a mi-parcours du projet «Scaling up Community-Based Adaptation (CBA) in Niger»
Atlas Project Number: 00076824,76824
Evaluation Plan: 2014-2018, Niger
Evaluation Type: Mid Term Project
Status: Completed
Completion Date: 07/2017
Planned End Date: 03/2017
Management Response: Yes
Focus Area:
  • 1. Environment & Sustainable Development
  • 2. Others
Corporate Outcome and Output (UNDP Strategic Plan 2014-2017)
  • 1. Output 1.4. Scaled up action on climate change adaptation and mitigation across sectors which is funded and implemented
Evaluation Budget(US $): 25,000
Source of Funding: PNUD/GEF
Evaluation Expenditure(US $): 27,742
Joint Programme: No
Mandatory Evaluation: No
Joint Evaluation: No
Evaluation Team members:
Name Title Email Nationality
Kabore Bila Roger Consultant international mhouaga2000@yahoo.fr
Abagi Sidi Idriss Consultant national Socio-Anthropologue idrissidi@gmail.com NIGER
Hayaha Issaka Consultant national Agroéconomiste mhouaga2000@yahoo.fr NIGER
GEF Evaluation: Yes
GEF Project Title: Projet renforcement de la résilience des communautés rurales face aux effets néfastes du changement climatique (CBA) au Niger
Evaluation Type: Mid-term Review
Focal Area: Climate Change
Project Type: FSP
GEF Phase: GEF-5
GEF Project ID: 4701
PIMS Number: 4790
Key Stakeholders: PNUD/Gouvernement
Countries: NIGER
Comments:

Evaluation à mi-parcours du projet «Community Bases Adaptation»

Lessons
1.
  1. L’activité de production et diffusion de semences améliorées a reçu un bon accueil du fait que les paysans et les services techniques sont à la recherche de solutions d’adaptation aux risques climatiques et de gestion de la fertilité des sols. Ainsi, les conditions de durabilité du projet sont créées avec l’implication plus forte des multiplicateurs de semences, l’intégration du changement climatique dans les plans de développement communaux et le renforcement des capacités des groupements de producteurs. Cependant, la capacité financière des producteurs est trop faible pour leur permettre d’accéder facilement aux intrants, aux équipements agricoles et aux techniques d’irrigation ; et les moyens humains, matériels et financiers sont insuffisants pour une diffusion et extension des semences améliorées.
  2. Le maraîchage a reçu un bon accueil du fait que les paysans et les services techniques sont à la recherche de solutions d’adaptation aux risques climatiques et de gestion de la fertilité des sols. De plus, les activités génératrices de revenus (AGR) répondent véritablement à une attente et un besoin des populations qui en tirent de grands bénéfices. On note également une forte implication des femmes qui sont les plus vulnérables aux effets des changements climatiques. Cependant, les superficies affectées aux femmes bénéficiaires sont petites, ainsi que le nombre de bénéficiaires par rapport aux demandeurs ; et certains sites sont éloignés des villages, ce qui rend difficile la participation des femmes et l’obtention de résultats relatifs à prise en compte de l’aspect genre.
  3. Les activités de reconstitution de cheptel connaissent un succès au niveau des femmes qui les pratiquent. Les bénéficiaires maîtrisent les techniques et les cycles de renouvellement des animaux. Cependant, Le nombre de bénéficiaires reste bien inférieur à celui des demandeurs (demandes fortes par rapport aux ressources financières disponibles). Il faut également noter que la distribution des chèvres sans les accompagner de bouc est un obstacle à l’atteinte de l’objectif de multiplication
  4. Le manque d’outils de gestion standards pour les boutiques d’intrants constitue un obstacle pour leur bonne gestion.

2.
  1. La connaissance des caractéristiques des pluies utiles (au moins 14 mm de hauteur d’eau tombée) à l’issue desquelles les agriculteurs peuvent semer utilement a permis d’éviter les semis inutiles et de faire des économies de semences.
  2. Les femmes ont acquis un leadership grâce aux revenus qu’elles tirent de l’activité de maraîchage et de leur organisation en groupement. De plus, elles en tirent un bénéfice qui leur permet de maintenir l’équilibre familial et d’investir dans d’autres AGR.
  3. La formation en alphabétisation des membres des comités de gestion a permis d’améliorer la gestion des boutiques.         Les boutiques ont permis de rendre disponibles les intrants agricoles et zootechniques et d’approcher les intrants des utilisateurs.
  4. Tous les groupements ayant bénéficié de l’appui du projet continuent à perpétuer les activités. La dynamique sociale au sein des groupements bénéficiaires permet de faire face aux cas de perte ou de mort des animaux.
  5. L’appui conseil des VNU a redynamisé de nombreuses organisations locales. Beaucoup d’OCB commencent à internaliser la culture des assemblées générales.

Findings
1.

Les objectifs du projet ABC sont en cohérence avec les objectifs des politiques agricoles de la CEDEAO (ECOWAS) et de l’UEMOA (PAU) qui sont de « contribuer de manière durable à la satisfaction des besoins alimentaires des populations, au développement économique des Etats membres et à la réduction de la pauvreté en milieu rural ». De plus, le projet ABC s’inscrit dans les grands documents de politiques et de stratégies adoptés par le Gouvernement du Niger. Les mesures d’adaptation identifiées dans le cadre du Projet ABC sont aussi en synergie avec les dispositions des trois conventions post Rio, à savoir : La Convention sur la Lutte contre la désertification (CCD), la Convention sur la diversité biologique (CDB), et la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Enfin, le projet ABC  est bien aligné avec le  Plan stratégique du PNUD et le programme de coopération entre le PNUD et le gouvernement (UNDAF ; CPD ; CPAP). On note ainsi une concordance dans les objectifs poursuivis et les résultats attendus.

 

Le niveau des effets/impacts du projet est satisfaisant.

  • L’activité du projet en matière de multiplication et de vulgarisation de semences améliorées a abouti à des gains de rendements agricoles et à un cycle de développement plus court, mieux adopté au raccourcissement de la saison des pluies. Par ailleurs, l’utilisation des intrants agricoles (semences améliorées, engrais et pesticides) a eu les effets et impacts suivants : i) une réduction de la dose de semences lors des semis qui passe de 50 Kg/ha à 10kg/ha ; ii) une amélioration de la résistance des plants aux ravageurs et à la sècheresse ; et iii) un revenu agricole supplémentaire pour les producteurs de semences du fait de l’activité de multiplication de semences améliorées.
  • Les activités de maraîchage conduites dans le cadre du projet ont généré des revenus supplémentaires pour les ménages, ce qui a permis à ceux-ci de subvenir aux besoins de santé et d’instruction des membres de la famille.
  • La reconstitution de cheptel a eu pour impact de générer des revenus pour les femmes et d’améliorer les conditions de vie de leurs familles à travers ; i) un accroissement de la résilience des femmes face aux aléas et conséquences du changement climatique ; ii) une amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages à travers les compléments fournis par l’élevage ; et iii) la sécurisation des revenus et la facilitation de l’accès des ménages au crédit du fait de l’ouverture de compte d’épargne au profit des groupements pratiquant l’embouche ou la reconstitution de cheptel.
  • La mise en place des boutiques d’intrants zootechniques a eu permis : i) l’allègement de la souffrance des éleveurs dans la recherche des produits sans parcourir des longues distances ; ii) la disponibilité des produits à moindre cout et de qualité, ce qui permet de maintenir les animaux en bon état d’embonpoint et la réduction des différentes maladies entrainant la baisse du taux de mortalité ; iii) la maitrise des techniques d’utilisation des produits par les éleveurs eux-mêmes ; et iv) l’amélioration de l’économie des ménages vulnérables ;

Le projet a eu recours au système de quotas et de discrimination positive pour favoriser les femmes, notamment dans l’attribution des bénéfices d’une activité (100% des bénéficiaires des activités d’AGR, environ 50% des bénéficiaires des activités de maraichage) sont femmes ; l’appartenance aux comités de gestion (au moins 1/3 des membres sont de femmes). Le projet a également fait la promotion des structures féminines (groupements féminins) ainsi que la mise en place des comités de gestion (COGES).

Le taux d’efficience est très satisfaisant (113,3%), ce qui signifie que le niveau d’exécution technique dépasse le niveau de l’exécution financière.


Recommendations
1

Etendre les activités du projet au-delà des sept communes de Dakoro et de Bermo, pour couvrir d’autres communes, voire d’autres départements et d’autres Régions. Prendre notamment en compte la commune de Soli qui serait plus vénérable que Dakoro et Bermo. La prise en compte de cette recommandation pourrait être envisagée, soit pendant la durée restante du projet pour ce qui est de prendre en compte quelques communes du Département de Dakoro dont Soli et de Bermo, soit pendant une éventuelle autre phase du projet, pour ce qui est de la prise en compte d’autres départements ou régions. L’Unité de Gestion du Projet pourrait faire des propositions à cette fin.

2

Prévoir la formation de vaccinateurs villageois choisis parmi les paysans afin de résoudre la question de la prévalence des maladies animales qui déciment les troupeaux.

3

Prendre en compte l’université de Maradi comme un partenaire permanent du projet, avec une mise en œuvre d’une convention de partenariat entre l’université et le projet ABC. En effet, actuellement, l’université de Maradi est un partenaire ponctuel pour la réalisation d’une étude. Le partenariat devrait pouvoir dépasser un tel cadre cadre.

4

Prévoir des missions conjointes PNUD/CNEDD par an (au moins trois) pour assurer le  suivi et la supervision du projet.

5

Capitaliser et vulgariser davantage les outils et bonnes pratiques du projet et améliorer leur communication, notamment à travers les radios communautaires.

6

Envisager une prolongation de six mois de la phase actuelle du projet, compte tenu du démarrage du projet effectué avec six mois de retard.

7

Opérationnaliser l’antenne du projet de Bermo en tant que tel, avec la mise en place, à Bermo d’un chef d’antenne et de tout le personnel requis. En effet, actuellement, seuls deux VNU y résident.

8

Prévoir des frais administratifs ou frais de gestion pour les ONG nationales partenaires avec lesquelles le projet est amené à requérir des services.

1. Recommendation:

Etendre les activités du projet au-delà des sept communes de Dakoro et de Bermo, pour couvrir d’autres communes, voire d’autres départements et d’autres Régions. Prendre notamment en compte la commune de Soli qui serait plus vénérable que Dakoro et Bermo. La prise en compte de cette recommandation pourrait être envisagée, soit pendant la durée restante du projet pour ce qui est de prendre en compte quelques communes du Département de Dakoro dont Soli et de Bermo, soit pendant une éventuelle autre phase du projet, pour ce qui est de la prise en compte d’autres départements ou régions. L’Unité de Gestion du Projet pourrait faire des propositions à cette fin.

Management Response: [Added: 2017/10/09]

Le choix des communes d’intervention du projet a été fait sur la base d’une analyse de vulnérabilité des deux départements. Aussi, à l’heure actuelle aucune nouvelle analyse de vulnérabilité ne conterdit la première. Par ailleurs, la prise en compte d’une autre commune (Soli) nécessitera un appoint de ressources (humaines, matérielles et financières) et pourrait conduire à un saupoudrage des interventions. En tous les cas ce serait une modification majeure au projet qui suppose une renégociation du document de projet. Aussi, l’extension proposée ne pourrait être envisagée que dans le cadre d’un phase plus ambitieuse du projet.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Intégrer les nouvelles zones identifiées comme vulnérables dans une phase plus ambitieuse du projet (par exemple le programme à soumettre au financement du fonds vert pour le climat). En plus de ce ciblage géographique, il est souhaitable d’étendre les thématiques couvertes par le futur projet : par exemple (i) la prise en compte de l’hydraulique et de la question de l’approvisionnement en eau des populations, (ii) la généralisation et l’intensification de la pratique de la culture maraîchère, à la fois pendant la saison sèche et la saison des pluies, (iii) généralisation des stations pluviométriques donnant d’autres paramètres pluviométriques, la température, l’ensoleillement, l’évapotranspiration, vitesse du vent (stations synoptiques).
[Added: 2017/10/09]
Gouvernement du Niger et PNUD. 2018/12 Overdue-Not Initiated History
2. Recommendation:

Prévoir la formation de vaccinateurs villageois choisis parmi les paysans afin de résoudre la question de la prévalence des maladies animales qui déciment les troupeaux.

Management Response: [Added: 2017/10/09]

Recommandation pertinente.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Envisager des protocoles d’accord entre le projet, le service d’élevage et les auxiliaires paravétérinaires pour un meilleur suivi sanitaire des kits caprins mis en place par le projet.
[Added: 2017/10/09]
Unité de Gestion du projet. 2017/07 Completed Les protocoles d'accord ont été signés entre le projet, le service d’élevage et les auxiliaires para-vétérinaires pour le suivi sanitaire des kits caprins.
3. Recommendation:

Prendre en compte l’université de Maradi comme un partenaire permanent du projet, avec une mise en œuvre d’une convention de partenariat entre l’université et le projet ABC. En effet, actuellement, l’université de Maradi est un partenaire ponctuel pour la réalisation d’une étude. Le partenariat devrait pouvoir dépasser un tel cadre cadre.

Management Response: [Added: 2017/10/09]

Recommandation non pertinente et dont la mise en œuvre serait très onéreuse.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Poursuivre la collaboration avec l’Université de Maradi au gré des activités que le Projet peut sous-traiter à cette entité.
[Added: 2017/10/09]
Unité de gestion du projet 2017/05 No Longer Applicable [Justification: Cette recommandation n'est pas pertinente, de plus sa mise en œuvre serait trop onéreuse. ]
4. Recommendation:

Prévoir des missions conjointes PNUD/CNEDD par an (au moins trois) pour assurer le  suivi et la supervision du projet.

Management Response: [Added: 2017/10/09]

Cette pratique est déjà mise en œuvre  à partir de 2016 à travers une visite des membres du Comité de pilotage (dont le PNUD, le CNEDD te le HC3N notamment) pour constater les résultats du projet sur le terrain.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Planifier une mission conjointe PNUD/CNEDD/HC3N supplémentaire par an à partir de 2018.
[Added: 2017/10/09] [Last Updated: 2018/07/03]
PNUD, CNEDD et Unité de Gestion du Projet 2018/12 Overdue-Initiated Une mission conjointe PNUD/CNEDD a été réalisée en avril 2018. Deux autres sont programmées pour respectivement les troisième et quatrième trimestres 2018. History
5. Recommendation:

Capitaliser et vulgariser davantage les outils et bonnes pratiques du projet et améliorer leur communication, notamment à travers les radios communautaires.

Management Response: [Added: 2017/10/09]

Recommandation pertinente. Les caravanes de sensibilisations organisées par le projet doivent être de plus garnde portée et toucher plus de populations grâce à un recours aux radios communautaires.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Intégrer cette activité dans les plans de travail. Convenir de protocoles d’accord avec les radios communautaires. Prospecter et utiliser d’autres canaux pour une meilleure diffusion des bonnes pratiques engendrées par le projet.
[Added: 2017/10/09]
UGP, CNEDD et PNUD 2017/07 Completed Cette activité pourra être répliquée lors de l'éventuelle phase suivante du projet.
6. Recommendation:

Envisager une prolongation de six mois de la phase actuelle du projet, compte tenu du démarrage du projet effectué avec six mois de retard.

Management Response: [Added: 2017/10/09]

Recommandation pertinente.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Préparer un Avenant de prolongation du projet. Requérir l’accord du PNUD et du FEM.
[Added: 2017/10/09] [Last Updated: 2018/01/09]
UGP, CNEDD 2017/11 Completed La requête a déjà été transmise au FEM. Le projet sera prolongé pour au moins 12 mois. History
7. Recommendation:

Opérationnaliser l’antenne du projet de Bermo en tant que tel, avec la mise en place, à Bermo d’un chef d’antenne et de tout le personnel requis. En effet, actuellement, seuls deux VNU y résident.

Management Response: [Added: 2017/10/09]

L’antenne de Bermo est prévue dans le Prodoc mais non installée pour (i) des raisons de sécurité et (ii) absence de cadre d’accueil (batiments, électricité, …).  Bien que pertinente cette recommandation n’est pas envisageable dans les conditions actuelles.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Non applicable sauf si le projet fait des investissements qui se révèleront couteux (construction des locaux de l’antenne, équipements divers).
[Added: 2017/10/09]
PNUD 2017/05 No Longer Applicable [Justification: Bien que pertinente cette recommandation n’est pas envisageable dans les conditions actuelles. En effet, si l’antenne de Bermo n'a pas été installée, c'est pour (i) des raisons de sécurité et (ii) d'absence de cadre d’accueil (batiments, électricité, …). ]
Bien que pertinente cette recommandation n’est pas envisageable dans les conditions actuelles. En effet, si l’antenne de Bermo n'a pas été installée, c'est pour (i) des raisons de sécurité et (ii) d'absence de cadre d’accueil (batiments, électricité, …). History
8. Recommendation:

Prévoir des frais administratifs ou frais de gestion pour les ONG nationales partenaires avec lesquelles le projet est amené à requérir des services.

Management Response: [Added: 2017/10/09]

Les ONG sont des structures à but non lucratif. Chaque activité/microprojet exécuté fait l’objet d’un protocole incluant les frais nécessaires à sa mise en œuvre. En plus de ces frais liés aux activités, les projets du PNUD ne versent pas de frais de gestion. La recommandation est donc sans objet.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Poursuivre la collaboration avec les ONG comme par le passé.
[Added: 2017/10/09]
Unité des gestion du projet. 2017/07 Completed Tous les frais nécessaires à la mise en œuvre des activités par les ONG sont pris en compte dans le protocole d'accord.

Latest Evaluations

Contact us

220 East 42nd Street
20th Floor
New York, NY 10017
Tel. +1 646 781 4200
Fax. +1 646 781 4213
erc.support@undp.org