Evaluation finale du projet : « Appui au Processus de Réconciliation Nationale pour une paix durable en RCA »

Report Cover Image
Evaluation Plan:
2014-2017, Central African Republic
Evaluation Type:
Final Project
Planned End Date:
03/2017
Completion Date:
09/2018
Status:
Completed
Management Response:
Yes
Evaluation Budget(US $):
40,000

Share

Title Evaluation finale du projet : « Appui au Processus de Réconciliation Nationale pour une paix durable en RCA »
Atlas Project Number: 00085639
Evaluation Plan: 2014-2017, Central African Republic
Evaluation Type: Final Project
Status: Completed
Completion Date: 09/2018
Planned End Date: 03/2017
Management Response: Yes
Focus Area:
  • 1. Others
Corporate Outcome and Output (UNDP Strategic Plan 2018-2021)
  • 1. Output 6.4. Recovery processes reinforce social cohesion and trust and enable rapid return to sustainable development
SDG Goal
  • Goal 16. Promote peaceful and inclusive societies for sustainable development, provide access to justice for all and build effective, accountable and inclusive institutions at all levels
SDG Target
  • 16.3 Promote the rule of law at the national and international levels and ensure equal access to justice for all
Evaluation Budget(US $): 40,000
Source of Funding: Budget Projet
Evaluation Expenditure(US $): 13,862
Joint Programme: No
Joint Evaluation: No
Evaluation Team members:
Name Title Nationality
NGOMA Phuati Armand Consultant International CAMEROON, REPUBLIC OF
GEF Evaluation: No
Key Stakeholders: Ministère de la Réconciliation nationale du Dialogue Politique et de la Promotion de la Culture Civique ; Ministères sectoriels (Education, Affaires sociales, Défense, Sécurité, Administration du Territoire) ; Société civile & médias ; ONG nationales et internationales ; MINUSCA ; UNFPA
Countries: CENTRAL AFRICAN REPUBLIC
Lessons
1.

Le conflit centrafricain qui s’est cristallisé autour des affrontements entre chrétiens et musulmans, n’est pas un conflit confessionnel. C’est une crise générale qui plonge ses racines dans la mauvaise gouvernance du pays depuis des décennies et dans la paupérisation des populations. Pour aboutir à la réconciliation nationale et à raffermir la cohésion sociale, le Projet a cherché à déployer une approche globale consistant simultanément à promouvoir la médiation au niveau des communautés et à appuyer le dialogue politique. Cette approche consistait en une intervention avec des actions diversifiées prenant en compte les causes du conflit et répondant aux besoins des populations. C’est ainsi que l’intervention du Projet a été pertinemment orientée vers diverses actions : soutien au processus électoral, médiation, justice pour les victimes (par le soutien à la mise en place de CVJRR), relèvement socio-économique (par les AGR, les THIMO), etc.


2.

Contrairement à ce qui avait été prévu initialement, le Projet n’a pas réussi à mettre en place une architecture de paix inclusive et pérenne organisée à tous les niveaux. Au niveau national (macro), il n’y a pas de mécanisme de coordination permettant de faire la jonction entre les interventions spécifiquement dédiées à la réconciliation nationale et relevant du portefeuille ministériel de la réconciliation nationale et les autres interventions ayant une incidence sur la réconciliation, mais relevant d’autres portefeuilles ministériels (économie, justice, sécurité, etc.). Au niveau régional/préfectoral (méso), il n’y a pas de mécanisme d’évaluation, de capitalisation et de renforcement de l’ensemble des initiatives locales dédiées à la réconciliation. Au local (micro), toutes les initiatives de réconciliation ne sont pas reconnues et encadrées par les pouvoirs publics. Il n’y a pas de pont entre les CLPR institués par le Ministère en charge de la réconciliation et les autres initiatives et mécanismes de réconciliation émanant des communautés sur le terrain. L’absence d’unité et de coordination du processus traduit un déficit de vision et de stratégie à propos de la réconciliation et la cohésion sociale pour la paix.


3.

Au cours de la mise en oeuvre, il y a eu de nombreuses réunions de travail où le PNUD et le Ministère ont pu discuter et échanger. En depit de cela, des points de dissenssion demeuraient quant à la vision, l'approche, les méthodes de travail. Le comité de pilotage offre un espace dédié de dialogue, de plaidoyer et de d’orientation stratégique du Projet. Le fait de ne pas avoir institué de comité de pilotage ad hoc a, d’une certaine manière, affecté les performances du Projet en termes d’efficacité. Il explique sans doute en partie pourquoi le Projet n’a pas réussi à créer une architecture de paix inclusive à tous les niveaux.


4.

Le cadre logique du Projet a été modifié à 2 reprises, le faisant passer de 3 à 6 résultats, avec 2 extensions sans coûts supplémentaires. Du reste, les actions à mettre en œuvre n’étaient pas toutes définies avec précision dans le document de Projet. Une telle souplesse sied à la recherche de l’effet catalyseur visé par le PBF qui ne peut pas être enfermée dans un cadre logique complètement corseté. Définir les actions à mettre en œuvre sur le terrain selon une approche itérative permet d’adapter le Projet à l’évolution de la situation et du contexte.


5.

Se sentant concernées par le conflit et désireuses de trouver une issue la crise, les communautés à la base se sont mobilisées en s’impliquant volontairement et gracieusement dans diverses actions. Des nombreuses initiatives communautaires, appuyées ou non par des partenaires de développement et des organisations non-gouvernementales, ont vu le jour pour faire de la médiation, de la prévention et de la résolution des conflits. Elles participent toutes au processus de réconciliation nationale et de cohésion sociale, et méritent d’être reconnues, encouragées et soutenues par le Gouvernement qui devrait se les approprier en les intégrant dans sa politique nationale de réconciliation et de cohésion sociale. De telles initiatives interviendraient dans un cadre solide, clair et incitatif qu’il appartient à l’Etat de définir au préalable.


6.

Les actions de relèvement socio-économique (construction ou réhabilitation d’infrastructures, AGR, THIMO, etc.), jouent un rôle primordial dans la réconciliation des communautés. Non seulement elles répondent à un réel besoin pour des populations durement frappées par la crise, mais en outre elles conduisent à créer des espaces où les communautés peuvent interagir entre elles, tout en travaillant à un projet communautaire commun. La réconciliation dans ces conditions n’est plus une idée abstraite. Elle se trouve incarnée dans un projet communautaire commun.


7.

Certaines activités sur le terrain ont été réalisées conjointement par le PNUD et la MINUSCA. Les THIMO en direction des jeunes, par exemple, ont été réalisés selon un séquençage alternant les travaux en eux-mêmes et les actions de sensibilisation à la cohésion sociale. De même, UNFPA et le PNUD ont organisé conjointement des activités de formation sur la santé de la reproduction et sur le petit entreprenariat, d’un côté, et les actions de sensibilisation à la cohésion sociale, de l’autre. La réalisation conjointe de certaines activités a à coup sûr impacté l’efficience du Projet. Ce qui a fait la différence ce qu’il s’agissait d’un projet commun, certes. Mais c’est aussi le fait particulier que les activités étaient réellement mises en œuvre conjointement sur le terrain. Les cibles et les bénéficiaires des actions étaient identifiées ensemble et les actions exécutées conjointement, sur la base d’un plan de travail commun.


8.

La procédure de sélection des partenaires d’exécution et des prestataires du Projet a parfois retardé l’exécution de certaines activités. A certains égards, les règles et procédures de sélection des partenaires du PNUD sont trop rigides lorsqu’il s’agit de traiter avec des organisations locales qui parfois disposent d’une réelle légitimité auprès des communautés, mais dont les capacités techniques sont faibles. Du coup, ce sont souvent les grosses organisations nationales ou les organisations non-gouvernementales internationales qui bénéficient davantage des appuis du PNUD en qualité de partenaires ou de prestataires. Parfois, cela ne permet pas au PNUD de jouer son rôle en matière de renforcement des capacités des organisations locales.


Findings
1.

Dans un conflit aussi grave que celui qu’a connu la RCA, dont les causes profondes sont diverses, une intervention qui vise la réconciliation nationale et la restauration de la cohésion sociale sera d’autant plus appropriée qu’elle s’inscrira dans une approche globale, promouvant une prise en compte transversale des problèmes.


2.

Parce que le processus de réconciliation met en branle des mécanismes et des moyens divers à différents niveaux, il est indispensable d’en assurer la coordination. 


3.

La mise en place d’un comité de pilotage ad hoc est nécessaire au bon déroulement du projet, que cela ait été expressément prévu dans le document de projet ou pas.


4.

La souplesse du mécanisme de financement PBF confère une latitude bénéfique, permettant de définir les actions du Projet selon une approche itérative, et donc d’adapter le Projet au contexte et à l’évolution de ce dernier.


5.

L’implication des communautés dans les mécanismes locaux de paix traduit la volonté de ces communautés de s’impliquer dans la médiation et donc dans la résolution des conflits qui les affectent. Tous les mécanismes locaux de paix méritent de ce fait la considération des pouvoirs publics.


6.

Les actions de sensibilisation, de médiation et de résolution des conflits conduisent plus facilement à la réconciliation lorsque les communautés interagissent dans le cadre d’un projet commun comportant une composante économique.


7.

Un projet conjoint des Agences du Système des Nations Unies aboutit à des résultats importants en particulier lorsque les activités sont mises en œuvre sur le terrain sur la base d’une planification commune.


8.

Dans un contexte où les organisations locales ont des capacités limitées, la rigueur de certaines règles et procédures de gestion du PNUD ne permet pas toujours de choisir les petites organisations locales en tant que partenaires, et donc de leur donner une chance de voir leurs compétences renforcées.


Recommendations
1

Concevoir/Elaborer un document de Stratégie nationale de réconciliation nationale et de cohésion sociale. Le Gouvernement devrait s’atteler à l’élaboration d’une Stratégie nationale de la réconciliation prenant en compte les évolutions de la situation et clarifiant la vision des autorités sur la réconciliation nationale. Cette stratégie devrait mettre en lumière l’articulation entre d’un côté, les interventions conjoncturelles spécifiquement dédiées au processus de réconciliation et de cohésion sociale post-crise, et de l’autre, les interventions plus structurelles portant sur les causes profondes de la crise (questions sur la justice, la gouvernance, le développement économique, la justice sociale, etc.). Cette articulation passerait notamment par la mise en place d’un cadre de concertation et de coordination interministérielle (et donc intersectorielle) au niveau central de l’Etat.

2

Entretenir le dialogue politique au plus haut niveau de l’Etat avec l’ensemble de la classe politique à travers la représentation nationale qui devrait prendre ses responsabilités. Il importe de prendre garde à ne pas faire de la réconciliation nationale une affaire du Pourvoir Exécutif et de donner la plus grande place au Pouvoir Législatif pour traiter de la question. La classe politique, à travers le Parlement (et donc à travers des lois), devrait certes se prononcer sur certaines questions délicates qui touchent à la réconciliation nationale comme les questions de justice transitionnelle (qu’est ce qui relèvera de la compétence de la CVJRR, par exemple). Mais plus généralement, elle devrait aussi prendre sa place dans la définition, la mise en œuvre et l’évaluation de la Stratégie nationale de réconciliation.

3

Poursuivre les efforts notamment financiers pour amplifier le mouvement de diminution des violences et consolider les acquis de la réconciliation, en agissant simultanément par le haut et par le bas. Les violences et les risques d’affrontements n’étant pas disparues partout sur le territoire, les bailleurs de fonds et plus généralement les partenaires techniques et financiers devraient continuer de soutenir les interventions de réconciliation afin de ne pas risquer de perdre le bénéfice des acquis. Pour cela, les efforts à consentir devraient être faits aussi bien au niveau du haut qu’au niveau du bas. Ainsi, l’intervention de l’Initiative Africaine qui prendra le relais du présent Projet est tout à fait justifiée. Elle devrait « Forcer la réconciliation » par le haut dans un délai raisonnable, c’est-à-dire forcer les groupes armés résiduels à déposer les armes car la population ne comprendrait pas que la paix continue d’être menacée par des hommes en armes dont la légitimité auprès des communautés est de plus en plus contestée. Mais dans le même temps, les efforts devraient simultanément être fait pour intervenir auprès des communautés durement touchées qui attendent notamment que leur situation économique s’améliore et que justice soit enfin rendue aux victimes.

4

Recommandation 4 : Bâtir une architecture de paix organisée à 3 niveaux, avec une répartition précise des rôles des acteurs à chacun de 3 niveaux: Au niveau central de l’Etat qui est le niveau d’orientation stratégique, cette structure comprendrait non seulement les services et mécanismes du Ministère en charge de la réconciliation nationale, mais aussi un cadre de concertation et de coordination intersectorielle. Au niveau périphérique, des comités régionaux ou préfectoraux de réconciliation pourraient être institués avec pour missions principales, d’évaluer les besoins, d’évaluer les réalisations des comités locaux de paix sur le terrain, de renforcer les compétences de ces derniers et de les accompagner dans l’exercice de leurs missions. Au niveau du terrain, les comités locaux de paix auraient pour fonctions principales la médiation, la prévention et la gestion des conflits ainsi que la sensibilisation et la mobilisation communautaire. Le comité local de paix au niveau du terrain, rendrait compte de son travail au comité régional/préfectoral, qui lui-même rendrait compte au niveau central du Ministère. 

5

Assouplir les règles de sélection des partenaires d’exécution ou de prestataires dans les projets du PNUD, pour aménager la possibilité de recourir à des accords de gré à gré, dès lors qu’il est clairement justifié qu’un tel recours permet de renforcer les compétences du partenaire ou du prestataire, dans un contexte où les capacités sont notoirement limitées. Dans le cadre de projet de réconciliation, et dans un contexte de fortes inégalités entre les hommes et les femmes, cet assouplissement devrait permettre de privilégier à chaque fois que cela est possible les organisations féminines ou à assise féminine.

6

Toujours concevoir le suivi-évaluation du projet de manière à anticiper l’exploitabilité de ces données rapportées, notamment en veillant systématiquement à préciser la désagrégation des chiffres selon les catégories d’acteurs ou de bénéficiaires (hommes, femmes, jeunes, etc.)

1. Recommendation:

Concevoir/Elaborer un document de Stratégie nationale de réconciliation nationale et de cohésion sociale. Le Gouvernement devrait s’atteler à l’élaboration d’une Stratégie nationale de la réconciliation prenant en compte les évolutions de la situation et clarifiant la vision des autorités sur la réconciliation nationale. Cette stratégie devrait mettre en lumière l’articulation entre d’un côté, les interventions conjoncturelles spécifiquement dédiées au processus de réconciliation et de cohésion sociale post-crise, et de l’autre, les interventions plus structurelles portant sur les causes profondes de la crise (questions sur la justice, la gouvernance, le développement économique, la justice sociale, etc.). Cette articulation passerait notamment par la mise en place d’un cadre de concertation et de coordination interministérielle (et donc intersectorielle) au niveau central de l’Etat.

Management Response: [Added: 2018/12/25] [Last Updated: 2018/12/25]

Le PNUD accepte la recommandation et prendra les actions pour sa mise en œuvre.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
1.1 Soutien à la mise en œuvre du RCPCA, notamment l’appui au renforcement de la cohésion sociale et du relèvement socio-économique des communautés
[Added: 2018/12/25]
PNUD 2018/12 Completed Poursuivi à travers projets Fonds Japonais, ARAT et Développement local. History
1.2 Faire un plaidoyer pour l’élaboration d’une stratégie sectorielle sur la réconciliation, avec clarification des objectifs et milestones
[Added: 2018/12/25] [Last Updated: 2019/04/16]
PNUD, Gouvernement RCA 2018/12 Completed Un plan national de cohésion sociale élaboré par la présidence de la république validée par le CE. History
2. Recommendation:

Entretenir le dialogue politique au plus haut niveau de l’Etat avec l’ensemble de la classe politique à travers la représentation nationale qui devrait prendre ses responsabilités. Il importe de prendre garde à ne pas faire de la réconciliation nationale une affaire du Pourvoir Exécutif et de donner la plus grande place au Pouvoir Législatif pour traiter de la question. La classe politique, à travers le Parlement (et donc à travers des lois), devrait certes se prononcer sur certaines questions délicates qui touchent à la réconciliation nationale comme les questions de justice transitionnelle (qu’est ce qui relèvera de la compétence de la CVJRR, par exemple). Mais plus généralement, elle devrait aussi prendre sa place dans la définition, la mise en œuvre et l’évaluation de la Stratégie nationale de réconciliation.

Management Response: [Added: 2018/12/25] [Last Updated: 2018/12/25]

Le PNUD accepte la recommandation et prendra les actions pour sa mise en œuvre.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
2.1 Évaluer du processus de réconciliation nationale effectué périodiquement dans le cadre du CEM et du RCPCA
[Added: 2018/12/25] [Last Updated: 2019/04/16]
Système des Nations Unies, Gouvernement RCA 2018/12 Completed Revue est organisée tous les 6 mois dans le cadre du RCPCA-CEM. Rapport officie estl remis aux autorités . History
2.2. Engager de larges consultations avec les acteurs nationaux pour élaborer un projet d’appui au dialogue politique de haut niveau. L’instauration d’un dialogue politique nitra-centrafricain est la clé pour consolider paix dans le pays, l’An sera engagée par l’UA qui facilite le processus
[Added: 2018/12/25]
PNUD 2017/06 Completed Projet Appui à la médiation est en cours de mise en œuvre. History
3. Recommendation:

Poursuivre les efforts notamment financiers pour amplifier le mouvement de diminution des violences et consolider les acquis de la réconciliation, en agissant simultanément par le haut et par le bas. Les violences et les risques d’affrontements n’étant pas disparues partout sur le territoire, les bailleurs de fonds et plus généralement les partenaires techniques et financiers devraient continuer de soutenir les interventions de réconciliation afin de ne pas risquer de perdre le bénéfice des acquis. Pour cela, les efforts à consentir devraient être faits aussi bien au niveau du haut qu’au niveau du bas. Ainsi, l’intervention de l’Initiative Africaine qui prendra le relais du présent Projet est tout à fait justifiée. Elle devrait « Forcer la réconciliation » par le haut dans un délai raisonnable, c’est-à-dire forcer les groupes armés résiduels à déposer les armes car la population ne comprendrait pas que la paix continue d’être menacée par des hommes en armes dont la légitimité auprès des communautés est de plus en plus contestée. Mais dans le même temps, les efforts devraient simultanément être fait pour intervenir auprès des communautés durement touchées qui attendent notamment que leur situation économique s’améliore et que justice soit enfin rendue aux victimes.

Management Response: [Added: 2018/12/25] [Last Updated: 2018/12/25]

Le PNUD accepte la recommandation et prendra les actions pour sa mise en œuvre.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
3.1 Elaborer et mettre en œuvre des projets permettant de soutenir les efforts de stabilisation communautaire, de manière à déconnecter vulnérabilité et association aux groupes armés. Ces projets interviennent dans les zones les plus fragiles.
[Added: 2018/12/25]
PNUD 2018/12 Completed Réalisé à travers projets Fonds Japonais, ARAT et Développement Local.
3.2 Soutenir l’Initiative africaine
[Added: 2018/12/25] [Last Updated: 2019/11/01]
PNUD 2019/08 Completed La mise en œuvre du projet d’appui à la médiation et au dialogue a débuté pour soutenir l’Initiative africaine History
4. Recommendation:

Recommandation 4 : Bâtir une architecture de paix organisée à 3 niveaux, avec une répartition précise des rôles des acteurs à chacun de 3 niveaux: Au niveau central de l’Etat qui est le niveau d’orientation stratégique, cette structure comprendrait non seulement les services et mécanismes du Ministère en charge de la réconciliation nationale, mais aussi un cadre de concertation et de coordination intersectorielle. Au niveau périphérique, des comités régionaux ou préfectoraux de réconciliation pourraient être institués avec pour missions principales, d’évaluer les besoins, d’évaluer les réalisations des comités locaux de paix sur le terrain, de renforcer les compétences de ces derniers et de les accompagner dans l’exercice de leurs missions. Au niveau du terrain, les comités locaux de paix auraient pour fonctions principales la médiation, la prévention et la gestion des conflits ainsi que la sensibilisation et la mobilisation communautaire. Le comité local de paix au niveau du terrain, rendrait compte de son travail au comité régional/préfectoral, qui lui-même rendrait compte au niveau central du Ministère. 

Management Response: [Added: 2018/12/25] [Last Updated: 2018/12/25]

La recommandation sera transmise aux autorités compétentes.

Key Actions:

5. Recommendation:

Assouplir les règles de sélection des partenaires d’exécution ou de prestataires dans les projets du PNUD, pour aménager la possibilité de recourir à des accords de gré à gré, dès lors qu’il est clairement justifié qu’un tel recours permet de renforcer les compétences du partenaire ou du prestataire, dans un contexte où les capacités sont notoirement limitées. Dans le cadre de projet de réconciliation, et dans un contexte de fortes inégalités entre les hommes et les femmes, cet assouplissement devrait permettre de privilégier à chaque fois que cela est possible les organisations féminines ou à assise féminine.

Management Response: [Added: 2018/12/25]

Le PNUD accepte la recommandation et prendra les actions pour sa mise en œuvre.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
5.1 Utiliser les aménagements de procédures engagés par le PNUD (Streamlining business practices) pour faciliter l’appui aux organisations de faibles capacités, tout en leur permettant d’atteindre un niveau acceptable d’efficacité.
[Added: 2018/12/25] [Last Updated: 2019/04/16]
PNUD 2018/12 Completed Facilitation des pratiques est utilisée depuis l’adoption du Nouveau PPM en avril juin 2018 par le Siège. History
5.2 Conduire des Micro évaluation des partenaires nationaux, élaborer et mettre en œuvre un plan de renforcement de leurs capacités pour faciliter les appuis directs.
[Added: 2018/12/25] [Last Updated: 2019/04/16]
PNUD 2019/12 Completed Les Micro évaluation des partenaires nationaux ont été complétés en 2018 pour faciliter les appuis directs. History
6. Recommendation:

Toujours concevoir le suivi-évaluation du projet de manière à anticiper l’exploitabilité de ces données rapportées, notamment en veillant systématiquement à préciser la désagrégation des chiffres selon les catégories d’acteurs ou de bénéficiaires (hommes, femmes, jeunes, etc.)

Management Response: [Added: 2018/12/25]

Le PNUD accepte la recommandation et prendra les actions pour sa mise en œuvre.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
6.1 Désagréger les données selon les catégories des bénéficiaires (hommes, femmes, jeunes etc.)
[Added: 2018/12/25]
PNUD 2018/05 Completed La désagrégation par sexe est disponible dans les rapports d’activités du projet. History
Organiser des formations en valorisation de l’équilibre des genres dans la mise en œuvre des activités pour partenaires de mise en œuvre des projets futurs.
[Added: 2018/12/25] [Last Updated: 2019/04/16]
PNUD 2018/12 Completed La formation a été organisée par le point focal gendre du Programme en juin 2018 à l’intention des partenaires de mise en œuvre. History

Latest Evaluations

Contact us

1 UN Plaza
DC1-20th Floor
New York, NY 10017
Tel. +1 646 781 4200
Fax. +1 646 781 4213
erc.support@undp.org