Evaluation finale du projet "Appui au Redéploiement de l’Administration publique et à la Revitalisation Socio-Économique des Communautés"

Report Cover Image
Evaluation Plan:
2018-2021, Central African Republic
Evaluation Type:
Final Project
Planned End Date:
12/2018
Completion Date:
02/2019
Status:
Completed
Management Response:
Yes
Evaluation Budget(US $):
40,000

Share

Document Type Language Size Status Downloads
Download document TDR_Evaluation_projet ARAT (V. finale Avril 2018) (3).doc tor French 175.00 KB Posted 61
Download document Rapport final Evaluation ARAT RSE.pdf report French 1275.96 KB Posted 79
Title Evaluation finale du projet "Appui au Redéploiement de l’Administration publique et à la Revitalisation Socio-Économique des Communautés"
Atlas Project Number: 00092847
Evaluation Plan: 2018-2021, Central African Republic
Evaluation Type: Final Project
Status: Completed
Completion Date: 02/2019
Planned End Date: 12/2018
Management Response: Yes
UNDP Signature Solution:
  • 1. Governance
Corporate Outcome and Output (UNDP Strategic Plan 2018-2021)
  • 1. Output 1.1.2 Marginalised groups, particularly the poor, women, people with disabilities and displaced are empowered to gain universal access to basic services and financial and non-financial assets to build productive capacities and benefit from sustainable livelihoods and jobs
  • 2. Output 3.1.1 Core government functions and inclusive basic services4 restored post-crisis for stabilisation, durable solutions to displacement and return to sustainable development pathways within the framework of national policies and priorities
SDG Goal
  • Goal 16. Promote peaceful and inclusive societies for sustainable development, provide access to justice for all and build effective, accountable and inclusive institutions at all levels
SDG Target
  • 16.6 Develop effective, accountable and transparent institutions at all levels
  • 16.7 Ensure responsive, inclusive, participatory and representative decision-making at all levels
Evaluation Budget(US $): 40,000
Source of Funding: Project budget
Evaluation Expenditure(US $): 23,293
Joint Programme: No
Joint Evaluation: Yes
  • Joint with UN Agencies
  • Joint with Donors
  • Joint with PBF
Evaluation Team members:
Name Title Email Nationality
Gustave Ouattara Consultant international, chef de mission ouatt@gmx.de CENTRAL AFRICAN REPUBLIC
Ngatoua Paulin Consultant National pngatoua@yahoo.fr CENTRAL AFRICAN REPUBLIC
GEF Evaluation: No
Key Stakeholders: Ministère de l’Administration du Territoire, de la Décentralisation et de la Régionalisation, Ministères sectoriels et institutions nationales (Education, Sécurité, Défense, Affaires Sociales, Santé, AGETIP), ONGs nationales et internationales, autres agences du Système des Nations Unies
Countries: CENTRAL AFRICAN REPUBLIC
Lessons
1.

Aspects positifs

  • Les objectifsdu projet ont eu le mérite d’anticiper sur les grands défis de l’administration et de la sécurité en RCA, qui ont été repris comme axe stratégique du RCPCA en termes de restauration de l’autorité de l’État.
  • Même si le défi à relever reste important pour avoir une administration pleinement opérationnelle sur l’ensemble du territoire, en étroite synergie d’efforts avec la MINUSCA, notamment la Section Affaires civiles, le projet a contribué de manière significative au redéploiement des fonctionnaires et agents de l’État et à la relance des services publics à la base.
  • Les renforcements de capacités structurelles et opérationnelles sont fortement appréciés par la partie nationale;
  • Le PNUD avec les partenaires ont eu la capacité de dérouler les activités du projet dans des conditions sécuritaires et opérationnelles très contraignantes.
  • Le triple partenariat PNUD-BIT-MINUSCA a été très salutaire pour la réussite du projet. En particulier, la synergie d’actions et la mutualisation des efforts ont été des facteurs essentiels pour surmonter les défis et parvenir à des résultats tangibles dans un contexte des plus difficiles.

Insuffisances

  • Les objectifs du projet étaient trop ambitieux malgré la reconnaissance de la reprise des violences à tout moment, cela n’a pas été suffisamment pris en compte. Le projet objectait de couvrir les 9 préfectures : les 7 préfectures du Centre et de l’Est de la RCA et 2 de l’Ouest spécialement pour les FSI. Dans la pratique, devant l’impossibilité de déployer les FSI dans certaines localités cibles (Bria et Kaga-Bandoro), cette composante du projet s’est déployée dans 3 nouvelles localités de l’Ouest (Berberati, Bozoum et Bossembele).

 

  • La composante relative au développement locale se retrouve noyée par les défis liés à la mise en œuvre. Il s’agit surtout du contexte sécuritaire, ou l’administration locale n’est pas encore suffisamment implantée et de l’étendue multidimensionnel du développement local
  • La non disponibilité d’une compétence exclusivement dédiée au suivi évaluation a été un handicap majeur pour le suivi des activités et la constitution d’une base de données documentaires.
  • Le partenariat avec les structures étatiques d’encadrement, (là où elles existent) pour le suivi des activités génératrices de revenus relève plus d’un caractère informel.
  • Les cadres de concertations des différents intervenants (projets /programmes, ONG/ Associations) restent insuffisants ne permettent pas une mutualisation des ressources et ne favorisent pas une bonne synergie pour l’obtention de meilleurs résultats.  UNOPS, FAO, FIDA, Banque Mondiale, évoluent tous, dans les régions sans réelle harmonisation et coordination.
  • L’implication effective des autorités traditionnelles, religieuses pour le changement de mentalité et de la cohésion sociale est peu sollicitée dans l’exécution des activités.

Findings
1.

Pertinence : le projet s’est avéré très pertinent 5/5 (très satisfaisant). Du point de vue stratégique et opérationnel, il a démontré sa capacité de répondre aux besoins prioritaires du Pays.  Les objectifs du programme sont alignés avec les priorités nationales dont les principaux axes ont été définis dans le Cadre Stratégique Intérimaire. Le projet a même anticipé sur les besoins prioritaires définis dans le RCPCA au pilier 2 relatifs à la restauration de l’autorité de l’État.

Efficacité : Les résultats les plus significatifs sont obtenus au niveau du résultat 1 « La reprise rapide des fonctions de gouvernance locale est effective et favorise la stabilité et le relèvement des communautés » à travers Un appui institutionnel à la Coordination Nationale du Redéploiement de l’Administration territoriale et des Agents Publics CNRAP (logistique, outil de gestion, appui avec 15 VNU nationaux) et la Réhabilitation de onze (11) bâtiments administratifs réhabilités.

 Dans une certaine mesure le resultat2 « Une protection plus renforcée des populations favorise la reprise économique, sociale et des services publics, grâce à la restauration et le renforcement des services de sécurité (police et gendarmerie) au niveau préfectoral » peut être considéré comme moyennement satisfaisant en termes d’appuis institutionnels au FSI, au renforcement de capacité, à la réhabilitation des bâtiments et au déploiement des agents dans leurs postes (60%).

La mise en œuvre du projet a engendré des résultats positifs initialement non prévus majeurs. Il s’agit de l’élaboration de la stratégie de restauration de l’autorité de l’État spécialement expérimenté dans la préfecture de Bambari et de celle d’un programme conjoint SNU d’appui au développement local mis en place avec la contribution du projet pour assurer la consolidation et l’extension des acquis de ARAT-RSE. Ces deux chantiers prioritaires du RCPCA, qui entrent déjà dans leur phase opérationnelle, devraient constituer des leviers importants pour canaliser et coordonner les efforts du Gouvernement avec l’appui de la communauté internationale en vue de la stabilisation et du relèvement socio-économique du pays.

 Il est affecté la note de 2,8/5 au critère qui lui confère le qualificatif de moyennement satisfaisant. Le projet a démontré une certaine capacité à mettre en œuvre des activités pour atteindre ses résultats, soit 70 % de réalisation des produits, dans un temps relativement court et cela malgré le contexte sécuritaire volatile et logistique très difficile, aggravé par la recrudescence des violences à partir d’Avril/Mai 2017 dans la quasi-totalité des régions du Centre et de l’Est de la RCA, y compris celles qui avaient été épargnées jusque-là (Basse-Kotto, Mbomou et Haut-Mbomou).  La faiblesse ou le quasi inexistence des marchés de biens et de services dans les zones d’intervention a rendu encore plus complexe les opérations relatives à la réhabilitation des infrastructures.

 Nonobstant ces difficultés, les résultats engrangés   découlent surtout de la valeur ajoutée des partenariats stratégiques établis avec la MINUSCA, le BIT et le protocole d’accord signé avec AGETIP dans le cadre de l’exécution des travaux de réhabilitation des bâtiments.

 

Efficience : les facteurs d’appréciation de l’efficience sont corrélés à l’efficacité donc le niveau d’atteinte des résultats en rapport aux ressources financières, humaines et au temps utilisés pour l’obtention des dits résultats. L’efficience évaluée sur la base des ressources financières se situe à un niveau à 3,5/5. Ce niveau satisfaisant se justifie au regard des différents réajustements opérés au niveau budgétaire dû à la sous-évaluation des couts d’investissement et la prorogation des activités du projet jusqu’ au 31 Décembre 2018.    Les couts réels des investissements dépassaient largement les prévisions budgétaires dû à l’insécurité  et  aussi à l’ inexistence de l’offre des biens et services dans les zones du projet.

Durabilité : La durabilité est estimée comme moyennement satisfaisante : 3/5. La réhabilitation des bâtiments de l’administration et le renforcement des capacités opérationnelles et institutionnelles des structures étatiques relevant de la sécurité et de l’administration participent à poser les bases solides et durables de la présence de l’État à condition que les régions soient effectivement sécurisées avec des mesures d’accompagnent pour le retour et le maintien des FAE dans les différentes régions. La composante redynamisation économique recèle quelques limites qui ne permettent pas de pronostiquer la durabilité de la relance.

Impacts/signes précoces de changements : Le renforcement des capacités humaines opérationnelles et institutionnelles ont un impact positif sur l’offre de service de l’administration et des FSI. En effet les premiers bénéficiaires reconnaissent tous l’amélioration de leur prestation grâce aux formations reçues d’une part et les équipements reçus d’autre part.

Les bâtiments réhabilités permettent le renforcement de la présence de l’État dans les circonscriptions administratives ce qui constitue un préalable pour la restauration de son autorité, qui relève plus d’un long processus de l’offre des services publiques et de sécurisation des administrés.

 Une pression plus forte est désormais exercée sur l’ensemble des secteurs publics en vue d’une plus grande effectivité de la présence de l’État sur toute l’étendue du territoire. Les récentes mesures prises par la Primature, incluant les missions périodiques de contrôle physique sur le terrain a impulsé de nombreux mouvements de FAE vers leurs lieux d’affectation.

Le sentiment de sécurité lié à la présence des FSI fut aussi l’objet de sondage : « En mai 2018, les acteurs de sécurité sont peu présents dans les villages et les quartiers. Les répondants mentionnent que ce sont les chefs de quartiers (31%), la population elle-même (18%) ou Dieu (13%) qui assurent principalement la sécurité dans leur quartier ou village. Seulement 6% des répondants mentionnent les FACA ou la MINUSCA, et 2% et 7% disent que la police et la gendarmerie sont les principaux acteurs qui assurent la sécurité dans leur quartier ou village. Deux personnes sur cinq disent que la gendarmerie (40%) et la MINUSCA (39%) sont présents pour assurer la sécurité dans leur quartier ou village, mais moins d’une personne sur quatre, dit la même chose de la police (24%) et les FACA (19%). La faible présence de la police et des FACA pourrait s’expliquer par le mandat de la police qui la confine en milieu urbain et le nombre limité de FACA disponible pour l’ensemble du pays. »

 

 En ce qui concerne l’amélioration des moyens d’existence des populations, l’orientation des microprojets vers des activités agropastorales offre le double avantage de générer des revenus pour les exploitants et d’injecter dans les ménages des productions alimentaires même si les quantités sont minimes comparées aux besoins.

 

 Le retour de l’administration publique et des FSI dans les zones les plus excentriques, en offrant un minimum de service public et de sécurité contribue au Résultats 1 du Cadre stratégique intérimaire 2016- 2017 : « la sécurité est restaurée, les principes de droits à la paix ainsi que l’égalité genre sont promus, la primauté du droit règne et la gouvernance est améliorée dans ses dimensions démocratiques, administratives et économique »

En ce qui concerne le CPD, le projet devrait contribuer au renforcement de la « cohésion sociale des communautés affectées par la crise » Résultats 1; et à la relance de l’économie locale en Résultat 2 et surtout « l’amélioration de l’accès aux services publics de base et gouvernance locale », du Résultat 3.de la composante PRESCO

 

Thèmes transversaux : l’égalité homme-femme, considérée comme un thème transversal et les droits humains sont des principes fondamentaux programmatiques des Nations Unies.

Genre : Les activités développées n’adressent pas la thématique de façon spécifique cela est dû aux objectifs de projet axé sur l’appui institutionnel. Par contre, le rapportage appréhende très souvent la désagrégation par genre et on y retrouve une parité relativement satisfaisante de la représentativité des femmes parmi les populations bénéficiaires des activités de revitalisation socioéconomique. La note de 2,5/5 est attribuée à la prise en compte du Genre

Droits humains : Les populations vulnérables ont été ciblées dans le projet, mais dans la pratique, il reste encore des efforts à faire. Somme toutes les objectifs spécifiques et globaux visent la prise en compte des droits humains des populations vulnérables sur toute l’étendue du territoire.  La note 3/5 est affectée aux droits humains, donc le critère est moyennement satisfaisant pour les 2 thèmes transversaux.

 Communication : La visibilité des résultats contribue à rassurer les PTF, indépendamment des rapports techniques, mais aussi constitue un outil important de plaidoyer et subséquemment de mobilisation de ressources. L’élaboration de stratégie de restauration de l’autorité de l’État et de programmes conjoints découlant de la mise en œuvre du projet correspond à l’efficacité de la chaine communication- plaidoyer- mobilisation des ressources. En effet, grâce aux efforts de communication et surtout de plaidoyer, le projet a sû entrainé une dynamique pour la mobilisation des ressources des partenaires des Nations Unies autour de l’opérationnalisation de la stratégie de restauration de l’autorité de l’État dans la sous-préfecture de Bambari. Toutefois, la communication et la visibilité doivent être renforcées partout ou besoin est en vue de faciliter, la reconnaissance des bénéficiaires et amorcer le processus d’appropriation des infrastructures comme exemple.

Gestion de rendement : La gestion du rendement repose essentiellement sur le cadre de résultats et de rendement.  Le projet a tenu à mettre à jour les risques et à les mitiger. Le degré de prise en compte du principe de la gestion du rendement obtient la note de 2,75/5. Il est donc moyennement satisfaisant.


Recommendations
1

En vue de consolider les acquis d’ARAT RSE, notamment dans le domaine de la restauration de l’autorité de l’État avec l’offre des services publics et sécuritaires, il est fortement nécessaire de proroger le projet

2

En vue d’éviter les différents doublons dans les interventions des PTF, il serait nécessaire de renforcer l’harmonisation et la coordination entre les partenaires avec l’élaboration de la cartographie des zones de ciblage des PTF.

3

Le redéploiement des agents de l’administration, des fonctionnaires et agents de l’Etat (FAE) et des forces de sécurité Intérieure (FSI), doit s’accompagner de mesures incitatives, de sécurité et de renforcement des missions de contrôle, de la mise à jour régulière de la cartographie de la présence des FAE, afin d’assurer leur maintien dans leurs postes d’affectation pour garantir l’offre des services publiques.

4

Renforcer l’articulation et la coordination entre agences des Nations Unies œuvrant dans l’humanitaire et celles du développement afin de conforter l’articulation efficace entre Nexus humanitaire et le développement, dans la dynamique du « Delivery as One » en mettant en relief les avantages comparatifs de chaque agence

5

En vue d’améliorer les effets et l’efficience des projets, prendre en compte dans un programme spécifique les activités à impacts rapides, d’une part, et celles à impacts durables d’autre part avec un calibrage conséquent des ressources humaines par des compétences en suivi évaluation dès la conception du projet et par le renforcement de l’appui des VNU nationaux par des VNU internationaux.  

6

L’approche THIMO devrait permettre de mettre un accent particulier sur le dialogue politique par l’implication effective des OSC, à travers leur responsabilisation dans la mise en œuvre des activités et renforcer la durabilité économique par la méthode HIMO +.

7

Le partenariat stratégique permet une efficacité dans l’atteinte des résultats. Cette efficacité devrait être améliorée par le renforcement des capacités des partenaires de mise en œuvre dans les techniques de production des documents financiers conformes aux procédures du PNUD. Ceci favorise le transfert de compétences entre les partenaires internationaux et nationaux.

8

La durabilité des investissements dans les réhabilitations des bâtiments et le maintien de l’offre des services publics restent toujours tributaires de la sécurité dans le contexte actuel. Un effort particulier et soutenu devrait être fourni pour les appuis en cours à la sécurisation des populations et surtout accompagné de la recherche d’une solution politique durable indispensable pour garantir la paix et la sécurité.

9

Le contexte national marqué par l’occupation de certaines régions par les groupes armés impose la priorité à la restauration de l’autorité de l’État. La conception et l’exécution d’un programme de développement local à l’instar de la Stratégie de Restauration de l’Autorité de l’État dans la Préfecture de Bambari, devrait privilégier l’approche pilote avant la mise en échelle.

Management Response Documents
1. Recommendation:

En vue de consolider les acquis d’ARAT RSE, notamment dans le domaine de la restauration de l’autorité de l’État avec l’offre des services publics et sécuritaires, il est fortement nécessaire de proroger le projet

Management Response: [Added: 2019/09/27]

Recommandation jugée pertinente et acceptée par le Management.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
1.1 Finaliser la mise en œuvre de RESA Bambari qui contribue à la Restauration de l’Autorité de l’Etat
[Added: 2019/09/27] [Last Updated: 2019/09/28]
Chef du projet 2019/12 Initiated La mise en œuvre du projet s’est accélérée en 2019 et les activités résiduelles seront finalisées d’ici la fin de 2019 History
1.2 Opérationnaliser le projet conjoint PNUD-FAO d’appui à la gouvernance locale dans les préfectures de Haut-Mbomou et de Basse-Kotto
[Added: 2019/09/27]
Chef de projet 2019/10 Overdue-Initiated Le projet a été approuvé fin août 2019 par le Comité d’approbation du PBF
2. Recommendation:

En vue d’éviter les différents doublons dans les interventions des PTF, il serait nécessaire de renforcer l’harmonisation et la coordination entre les partenaires avec l’élaboration de la cartographie des zones de ciblage des PTF.

Management Response: [Added: 2019/09/27]

Recommandation acceptée par le management.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
2.1. Appuyer la coordination nationale de la RESA dans l’élaboration d’une cartographie des acteurs de la RESA et de leurs interventions
[Added: 2019/09/27]
Chef du projet 2019/12 Not Initiated
3. Recommendation:

Le redéploiement des agents de l’administration, des fonctionnaires et agents de l’Etat (FAE) et des forces de sécurité Intérieure (FSI), doit s’accompagner de mesures incitatives, de sécurité et de renforcement des missions de contrôle, de la mise à jour régulière de la cartographie de la présence des FAE, afin d’assurer leur maintien dans leurs postes d’affectation pour garantir l’offre des services publiques.

Management Response: [Added: 2019/09/27]

Recommandation acceptée par le management.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
3.1 Opérationnaliser la Cellule LISANGO a. Aménager/équiper le local fourni par la Primature b. Fournir l’équipe informatique additionnel nécessaire
[Added: 2019/09/27]
Chef de projet 2019/10 Overdue-Initiated La cellule a été réhabilité et équipée en mobilier au mois de Mai 2019 et elle a été installée le 7 Août 2019. Equipement commandé et en cours.
3.2 Fournir l’appui nécessaire pour le suivi du redéploiement et la mise à jour de la cartographie de la présence des FAE
[Added: 2019/09/27]
Chef de projet 2020/12 Initiated Avec l’appui conjoint du PNUD et de la MINUSCA, une nouvelle cartographie élaborée début 2019
4. Recommendation:

Renforcer l’articulation et la coordination entre agences des Nations Unies œuvrant dans l’humanitaire et celles du développement afin de conforter l’articulation efficace entre Nexus humanitaire et le développement, dans la dynamique du « Delivery as One » en mettant en relief les avantages comparatifs de chaque agence

Management Response: [Added: 2019/09/28]

Recommandation pertinente et acceptée par le management.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
4.1 Dans le cadre des activités du groupe sur les solutions durables (SD), finaliser la définition du résultat clé en lien avec le Nexus humanitaire, Développement et Paix et s’engager pour la mise en œuvre
[Added: 2019/09/28]
Groupe de travail sur les solutions durables 2020/12 Initiated Un atelier sur le nexus organisé en Octobre 2018 en partenariat avec la BM. Le groupe de travail sur les SD est opérationnel et travaille pour définir les cibles
4.2 Soutenir la mise en place de plans d’actions conjointes dans les zones de de convergence sur la base de critères établis à travers le groupe de travail sur les solutions durables
[Added: 2019/09/28]
Groupe de travail sur les solutions durables 2020/12 Initiated La cartographie des retours effectifs est en cours et les critères en cours de finalisation.
5. Recommendation:

En vue d’améliorer les effets et l’efficience des projets, prendre en compte dans un programme spécifique les activités à impacts rapides, d’une part, et celles à impacts durables d’autre part avec un calibrage conséquent des ressources humaines par des compétences en suivi évaluation dès la conception du projet et par le renforcement de l’appui des VNU nationaux par des VNU internationaux.  

Management Response: [Added: 2019/09/28]

Le bureau accepte en partie la recommandation et a des réserves par rapport à certains volets. En effet, dans un contexte comme celui de la RCA d’aujourd’hui, si quelques projets peuvent être entièrement focalisés sur des activités à impacts rapides et d’autres sur des activités à impacts durables, il est difficile de généraliser cette approche. Au contraire, pour plusieurs projets, des activités à impacts rapides sont nécessaires pour répondre à certains besoins pressants et créer les conditions pour des interventions structurelles à effets durables. S’agissant du renforcement des ressources humaines, notamment pour le suivi et évaluation, elle sera prise en compte en renforçant les capacités du personnel existant, compte tenu de la contrainte liée à la disponibilité des ressources.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
5.1 Au sein de l’unité de projets, désigner un point focal pour les activités de suivi/évaluation
[Added: 2019/09/28]
Chef de projet 2020/01 Initiated Un point focal désigné et les nouvelles responsabilités seront intégrés dans les résultats clefs du staff pour 2020
5.2 Intégrer les besoins de données de terrain dans les sondages réalisés par HHI (Harvard Humanitarian Initiative) dans le cadre du projet Justice/sécurité
[Added: 2019/09/28]
Chargé de programme gouvernance 2020/12 Initiated Discussions déjà engagées à cet effet avec la coordination du projet Justice/sécurité, responsable de l’enquête
6. Recommendation:

L’approche THIMO devrait permettre de mettre un accent particulier sur le dialogue politique par l’implication effective des OSC, à travers leur responsabilisation dans la mise en œuvre des activités et renforcer la durabilité économique par la méthode HIMO +.

Management Response: [Added: 2019/09/28]

Le Management n’accepte pas cette recommandation. Si l’approche THIMO peut répondre à des besoins à court terme liés notamment à l’emploi des jeunes et à la mobilisation sociale, d’autres outils ou mécanismes nous semblent plus appropriés pour le dialogue politique et la durabilité économique des différentes initiatives.

Key Actions:

7. Recommendation:

Le partenariat stratégique permet une efficacité dans l’atteinte des résultats. Cette efficacité devrait être améliorée par le renforcement des capacités des partenaires de mise en œuvre dans les techniques de production des documents financiers conformes aux procédures du PNUD. Ceci favorise le transfert de compétences entre les partenaires internationaux et nationaux.

Management Response: [Added: 2019/09/28]

Recommandation pertinente et acceptée par le management.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
7.1 Organiser des sessions de formation à l’attention des partenaires de mise en œuvre.
[Added: 2019/09/28]
Chargé de Programme gouvernance 2020/12 Not Initiated
8. Recommendation:

La durabilité des investissements dans les réhabilitations des bâtiments et le maintien de l’offre des services publics restent toujours tributaires de la sécurité dans le contexte actuel. Un effort particulier et soutenu devrait être fourni pour les appuis en cours à la sécurisation des populations et surtout accompagné de la recherche d’une solution politique durable indispensable pour garantir la paix et la sécurité.

Management Response: [Added: 2019/09/28]

Recommandation pertinente et acceptée par le management.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
8.1 Poursuivre l’appui à la coordination et au suivi de la mise en œuvre de la stratégie nationale de restauration de l’autorité de l’Etat
[Added: 2019/09/28]
Chef de projet 2020/12 Initiated Plusieurs actions sont déjà prises en appui au Comité de coordination et de suivi de la RESA (mise en place de LISANGO, suivi du redéploiement des FAE, etc.)
8.2 Poursuivre le soutien opérationnel à la mise en œuvre de la stratégie RESA, notamment le redéploiement et le renforcement des capacités des FSI (police et gendarmerie) et de la justice, ainsi qu’au dialogue politique
[Added: 2019/09/28]
Chargé de Programme gouvernance 2020/12 Initiated Des investissements soutenus ont été déjà réalisés sur le terrain (réhabilitation/ équipement d’infrastructures administratives, recrutement/formation des FSI, appui à la mise de APPR etc.)
9. Recommendation:

Le contexte national marqué par l’occupation de certaines régions par les groupes armés impose la priorité à la restauration de l’autorité de l’État. La conception et l’exécution d’un programme de développement local à l’instar de la Stratégie de Restauration de l’Autorité de l’État dans la Préfecture de Bambari, devrait privilégier l’approche pilote avant la mise en échelle.

Management Response: [Added: 2019/09/28]

Recommandation pertinente et acceptée par le management.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
9.1 Déployer le projet d’appui au développement local dans les préfectures cibles de manière graduelle, en tenant compte des contraintes sécuritaires et défis opérationnels sur le terrain, mais aussi des engagements des autres partenaires.
[Added: 2019/09/28]
Chef de projet 2021/12 Initiated Le projet a été lancé dans un premier temps dans la préfecture de la Vakaga, puis dans celle de Bamingui-Bangoran. Il sera étendu par la suite dans les préfectures de Haut-Mbomou et de la Basse-Kotto

Latest Evaluations

Contact us

1 UN Plaza
DC1-20th Floor
New York, NY 10017
Tel. +1 646 781 4200
Fax. +1 646 781 4213
erc.support@undp.org