Evaluation à mi-parcours du Programme Conjoint des Nations Unies pour le Renforcement des Adolescents et des Jeunes en RCA

Report Cover Image
Evaluation Plan:
2018-2022, Central African Republic
Evaluation Type:
Mid Term Project
Planned End Date:
12/2020
Completion Date:
02/2021
Status:
Completed
Management Response:
No
Evaluation Budget(US $):
40,000

Share

Document Type Language Size Status Downloads
Download document TDR Recrutement consultant evaluation mi parcours PCJeunes.pdf tor French 7375.08 KB Posted 1093
Download document Rapport_Eval_Mi-Parcours_PCJeune_Version_Finale.pdf report French 1585.37 KB Posted 1114
Title Evaluation à mi-parcours du Programme Conjoint des Nations Unies pour le Renforcement des Adolescents et des Jeunes en RCA
Atlas Project Number: 00102665
Evaluation Plan: 2018-2022, Central African Republic
Evaluation Type: Mid Term Project
Status: Completed
Completion Date: 02/2021
Planned End Date: 12/2020
Management Response: Yes
Focus Area:
  • 1. Others
Corporate Outcome and Output (UNDP Strategic Plan 2018-2021)
  • 1. Output 1.1.2 Marginalised groups, particularly the poor, women, people with disabilities and displaced are empowered to gain universal access to basic services and financial and non-financial assets to build productive capacities and benefit from sustainable livelihoods and jobs
SDG Goal
  • Goal 1. End poverty in all its forms everywhere
SDG Target
  • 1.5 By 2030, build the resilience of the poor and those in vulnerable situations and reduce their exposure and vulnerability to climate-related extreme events and other economic, social and environmental shocks and disasters
Evaluation Budget(US $): 40,000
Source of Funding: Project budget
Evaluation Expenditure(US $): 7,200
Joint Programme: Yes
Joint Evaluation: Yes
  • Joint with UN Agencies
  • Joint with Donors
  • Joint with MPTF
Evaluation Team members:
Name Title Nationality
Kevis Landry Consultant national indépendant CENTRAL AFRICAN REPUBLIC
GEF Evaluation: No
Key Stakeholders: Centres et institutions de formation Nationales; ONGs nationales et internationales; Agences SNU; Départements ministériels; Autres partenaires techniques et financiers
Countries: CENTRAL AFRICAN REPUBLIC
Lessons
1.

Les leçons que l’on peut retenir de ce projet sont diverses par leurs natures, elles portent notamment sur :

  1. L’entreprenariat comme une forme de tremplin pouvant détourner les jeunes et adolescents des activités à caractère nocif ;
  2. L’approche participative par exemple la mise en place des plates-formes de sélection des adolescents « tirage au sort » à Alindao est facteur facilitant la performance du projet ;
  3. La formation professionnelle est inclue pour assurer la pérennisation du projet ;
  4. Le profil bas (humilité) des acteurs (ONGs) sur le terrain pour transcender les clivages intercommunautaires ;
  5. Le suivi régulier des groupements est capital pour assurer la durabilité du programme ;
  6. Il existe des bénéficiaires consciencieux sur lesquels le PNUD eles autres partenaires du programme peuvent compter ;
  7. La capacité des bénéficiaires à pérenniser les activités en dépit de l’irrégularité de l’aide du PNUD ;
  8. L’avantage de la communication en langue locale

Findings
1.

Principales constatations, conclusion et recommandations 

En dépit de certains besoins inadaptés aux attentes de bénéficiaires, ainsi que la faillibilité ayant caractérisé la coordination du projet, en raison d’insuffisances en personnels, ce programme peut être considéré comme un véritable « catalyseur » susceptible de renverser les mauvaises tendances préexistantes à sa mise en œuvre.

 

Pertinence :   Très   Satisfaisant   avec un score de 6/6

Ce programme s’aligne bien dans les grandes lignes des politiques de développement des Nations Unies et de la République Centrafricaine. La formation de la jeunesse est l’une des priorités ou des axes des ODDs. Dans le cadre de ce domaine, le PNUD promeut  une croissance économique partagée et durable, le plein emploi productif et du travail  décent pour tous (Objectif de Développement Durable 8) ; l’élimination de la pauvreté (Objectif de Développement Durable 1) ; la réduction des inégalités (Objectif de Développement Durable 10) et la préservation de la restauration des écosystèmes terrestres et leur  gestion durable correspondent au troisième  pilier du Plan National de Relèvement et de Consolidation de la Paix ( RCPCA), consacré  au relèvement économique et à la relance des secteurs productifs. ODD 5 (Egalité entre les sexes) et ODD 1 (Pas de pauvreté) et s’alignent derrière les piliers 1 et 3 du RCPCA qui touchent respectivement aux questions de réconciliation et cohésion sociale ainsi que, la relance des secteurs productifs. A ce titre le PNUD est bien placé pour renforcer les collaborations entre les acteurs de l’ humanitaire, et ceux du développement en encourageant,  le dialogue et les réformes politiques,  pour promouvoir la gestion transparente et durable des ressources naturelles, et la création d’emplois verts, en particulier pour les réfugiés rapatriés, les personnes déplacées, les femmes et les jeunes ( réalisation 3.2 énoncée dans le PNUAD+).Malheureusement, ces quelques besoins précédemment cités sont insuffisants car « les besoins sont énormes ».

 

 

 

Efficacité : Globalement  Satisfaisant  avec  le Score  de 5 /6

       Globalement, l’utilisation des ressources financières et matérielles  a été  satisfaisante  de 2017 à 2019. Cette gestion se fonde sur une revue budgétaire et programmatique annuelle pour revisiter l’usage des fonds injectés, les circonstances des cas des forces majeures et les possibilités d’ajustements. Une dépense de 4, 428 589,9 USD pour un budget total de 26, 419,400 de dollars illustre donc l’écart de cette rationalité. L’efficacité du Projet Conjoint Jeunes est analysée en s’appuyant aussi  sur la « mesure dans laquelle les activités ont contribué à réaliser les résultats attendus ». C’est en d‘autres termes, d’analyser les activités par domaines et/ou thèmes traités, pour appréhender le degré de leurs incidences, sur les groupes bénéficiaires, et leurs contributions pour l’accomplissement des

       En termes de résultats, le programme scie bien aux attentes des jeunes et adolescents. Les indicateurs tels que la fourniture des services sociaux de base et le relèvement économique à travers le CFW, Cash For Work (travaux communautaires contre argent) ou les THIMO ont injecté, le capital économique dans la communauté, soutenant ainsi les jeunes et adolescents vulnérables. En outre, ce projet fait de la question du genre, une priorité, ponctuée par une implication forte des filles et femmes. Depuis 2018, la création des AGR peut atteindre 65 à 70% à  travers des groupements  qui sont viables, mais qui nécessitent un renforcement de capacités.  En outre, 485 jeunes à risque  ont   bénéficié  des formations  sur financement PNUD et MINUSCA, formation en petits métiers porteurs. Dont 200 de petit commerce sont formés en entrepreneuriat. C’est l’occasion aussi de contribuer à la cohésion sociale post conflits.

      A côté de ça, 1520 jeunes formés en entrepreneuriat et constitués en groupement à Bangui, Bouar, Bossangoa, Bambari. Toutefois, il convient de faire remarquer, qu’en dépit de la pertinence de ce projet, une amélioration du contenu de kits s’avère nécessaire, de sorte à l’adapter aux besoins des bénéficiaires. Ceci en tenant compte des  AGR et la spécificité de l’activité choisie. Par ailleurs,  les formations dispensées se limitent pour la majorité aux notions de création d’entreprise (entrepreneuriat) et seule une partie ont bénéficié d’une formation technique propre à la mise en œuvre de l’activité AGR choisie.

 

  • : Le Projet Conjoint Jeunes à travers les THIMO ou CFW a permis à de nombreux jeunes, et adolescents de renouer le contact avec le capital économique. Ce relèvement a été effectif, grâce aux activités réalisées dans le cadre du Projet Conjoint Jeunes. L’argent injecté dans la communauté a suscité une nouvelle ambiance voire et un espoir du vivre ensemble (cohésion sociale), entre les différentes communautés par exemple à Bambari.
  • Le renforcement des capacités dans le domaine de l’entreprenariat : L’entreprenariat n’est pas nouveau en RCA, déjà avant la mise en œuvre du Projet Conjoint Jeunes, de nombreux jeunes et adolescents œuvraient déjà, dans l’entreprenariat. Mais le changement impulsé par ce projet réside dans la formation, dont ont  bénéficiés ces jeunes et adolescents, dans maints domaines et en l’occurrence, les principes souples de la comptabilité et le marketing. Cette formation a éclairé ces jeunes et adolescents dans le domaine de micro entreprise.
  • La promotion d’un développement sexospécifique : Le Projet Conjoint Jeunes a relevé le défi selon lequel, l’homme et la femme sont tous des acteurs de développement, du moins sur le plan social. Les femmes et jeunes filles impliquées dans l’Effet 2 ont montré leur engouement, de participer pleinement aux activités, de sorte à améliorer leurs conditions de vie  et autonomisation financière. A travers ces AGR, ces femmes peuvent s’organiser à travers les tantines (microcrédits) et réaliser différentes activités, pouvant leur permettre, de forger une sécurité financière, de sorte à faire face aux aléas (ou vicissitudes) de la vie.

 

Efficience : Globalement Satisfait (GS)  avec le score de  5/6

Le Projet Conjoint Jeunes est en cours de réalisation, et a produit d’effets, en termes de changements observés auprès des bénéficiaires. Le changement de comportement en matière de gestion, le commerce et le marketing, la promotion de la politique marquer gender ou sexospecificité (égalité des sexes) sont des facteurs facilitant ces effets au  niveau de la communauté.

Impact de l’Effet 2 : Globalement Satisfaisant  avec le score de  5/6

Bien qu’étant en cours de réalisation, le Projet Conjoint Jeunes suscite bien d’espoir pour les bénéficiaires, nonobstant les imperfections (facteurs bloquants) susceptibles d’entacher sa mise en œuvre. Ces effets sont d’ordre économique, entrepreneurial et sexospécifique. Les effets transformationnels s’observent, à travers les AGRs.

Durabilité : Moyennement  Probable  avec le score de  2 /4

Aucun projet ne peut être efficace et durable, s’il n’engrange pas suffisamment de ressources financières et surtout humaines de qualité. Sur le plan financier, le Projet Conjoint Jeunes manque de financement, comparativement à d’autres activités. Toutes les parties prenantes militent pour une durabilité (pérennisation) de ce projet, mais qui nécessite un financement supplémentaire. L’absence de financement réduit l’effectif du personnel.

Chiffes fournis par le responsable de formation PCJ /PNUD lors de l’interview.

Ce débat divise encore de nombreuses féministes (universitaires ou activistes) du moins en théorie, notamment celles qui prônent le courant (néolibéral) ou du libéralisme total de la femme comme égal à l’homme. Celles qui reconnaissent le pouvoir patriarcale de l’homme.


Recommendations
1

Le Système des Nations Unies doit faire, de la question de l’entreprenariat socioéconomique et agropastoral des jeunes une priorité, en mettant un accent sur les formations en métiers porteurs d’emplois, mises en incubation et en kits pertinents au démarrage des AGR 

2

Rendre plus dynamique (les réunions, les échanges communicationnels et dispatching des rapports, l’appui sécuritaire et logistique, etc.) la collaboration entre le PNUD et plus singulièrement, l’équipe du projet et tous les bénéficiaires indirects et directs (CNJ, Ministères de la jeunesse et de l’entreprenariat, autorités locales, jeunes bénéficiaires, JPN, ACFPE, Plate-forme des formateurs, etc.). 

3

Observer scrupuleusement le calendrier (Cf. TDR d’appel d’offre des ONGs) du projet (formations des ONGs avant le départ sur le terrain, distribution immédiate des kits après la formation des bénéficiaires) et d’assurer la pérennité post projet. 

4

Encourager les bénéficiaires à ouvrir un compte dans un établissement de micro finance de la place, s’enregistrer au registre de commerce et à voir leur NIF. 

5

Mettre un accent singulier sur la moralité des bénéficiaires, à travers leurs réactions psychologiques spontanées passives ou actives et assurer l’encadrement des bénéficiaires motivés, consciencieux, respectueux et non agressifs) pour éviter le gaspillage des fonds alloués au projet et dans l’objectif de produire un « capital humain » responsable 

6

Catégoriser les bénéficiaires, en fonction de leurs attentes manifestes (ceux ayant l’esprit associatif et ceux qui s’y opposent ou individualistes.

7

Renforcer le staff du projet PCJ au PNUD, pour une meilleure division sociale du travail   en valorisant leur statut salarial, pour éviter le phénomène de mutation répétitive (démission) préjudiciable au PCJ

Latest Evaluations

Contact us

1 UN Plaza
DC1-20th Floor
New York, NY 10017
Tel. +1 646 781 4200
Fax. +1 646 781 4213
erc.support@undp.org