Programme National d'Urgence de Renforcement des Capacités de Gestion Economique et de Gouvernance Administrative (APNURC)

Report Cover Image
Evaluation Plan:
2006-2007, Congo DRC
Evaluation Type:
Project
Planned End Date:
04/2007
Completion Date:
04/2007
Status:
Completed
Management Response:
Yes
Evaluation Budget(US $):
8,000,000

Share

Document Type Language Size Status Downloads
Download document Rapport_Evaluation_Apnurc.doc report French Posted 4067
Title Programme National d'Urgence de Renforcement des Capacités de Gestion Economique et de Gouvernance Administrative (APNURC)
Atlas Project Number:
Evaluation Plan: 2006-2007, Congo DRC
Evaluation Type: Project
Status: Completed
Completion Date: 04/2007
Planned End Date: 04/2007
Management Response: Yes
Focus Area:
  • 1. Democratic Governance
Corporate Outcome and Output (UNDP Strategic Plan 2018-2021)
Evaluation Budget(US $): 8,000,000
Source of Funding:
Joint Programme: No
Joint Evaluation: No
Evaluation Team members:
Name Title Nationality
Jean-Nicolas Marchal Team Leader
GEF Evaluation: No
Key Stakeholders:
Countries: CONGO DRC
Lessons
Findings
Recommendations
1 (A) Recommandations générales Recommandation N° I Avant d?engager un processus de formulation d?un projet et de décider d?aller de l?avant, il est fondamental d?accorder une attention toute particulière à l?opportunité d?intervenir, suite à une analyse approfondie de l?environnement politique, économique et social du pays, et plus particulièrement des contraintes, potentialités et pesanteurs d?un pays en crise ou en sortie de crise. Recommandation N° II Procéder à une évaluation approfondie et critique des capacités de la contrepartie nationale, afin de définir le cadre institutionnel du projet/programme le plus approprié, avant d?engager des opérations d?envergure de type « renforcement des capacités nationales » Recommandation N° III Dans la formulation du projet/programme, accorder beaucoup d?attention à l?adéquation entre les objectifs/activités et les ressources budgétaires disponibles, afin d?éviter soit un saupoudrage, soit de nombreuses révisions budgétaires répétitives. (B) Recommandations spécifiques au projet APNURC Recommandation N° IV Organiser au plus tôt que possible un audit du projet, comme requis par les procédures financières du PNUD, afin de permettre à celui-ci de s?assurer que les importantes ressources déboursées par le projet l?ont été conformément aux procédures en vigueur au PNUD. Recommandation N° V Programmer dès que possible le « phasing out » du projet, afin de permettre sur une base claire, de clore ses activités. Cela aidera à accélérer la formulation d?un nouveau programme, à exécuter selon une formule opératoire adaptée au contexte d?aujourd?hui, tout en évitant une trop longue rupture qui serait très préjudiciable à la capitalisation des acquis du projet APNURC. Recommandation N° VI À l?occasion du « phasing out » du présent projet -- qui ne devrait pas dépasser trois mois-- , il est recommandé d?engager un plaidoyer renforcé et énergique auprès des autorités du pays et des partenaires importants, pour assurer une utilisation optimale des résultats du projet, avant que ceux-ci ne soient obsolètes. (C) Recommandations pour les futurs programmes du PNUD Recommandation N° VII S?assurer d?une bonne connaissance et compréhension, par toutes les parties concernées, des règles et règlements du PNUD gouvernant les relations et fonctions respectives de la partie internationale (CTP, quand il/elle existe), de la contrepartie nationale de tutelle (éventuellement, par délégation, du Directeur national du projet). Recommandation N° VIII Mettre en place, conformément aux procédures financières du PNUD, un système de transferts locaux de fonds sécurisé, entre le bureau du PNUD et les services administratifs et financiers des projets. Recommandation N° IX Pour tout programme/projet du PNUD, recruter un comptable quand le volume des transactions financières mensuelles locales dépasse un certain montant (par exemple 5?000$ /mois). Recommandation N° X Apporter une très grande attention à la mise en application et en exécution des recommandations des missions d?évaluation et d?audit, qui doivent être conduites régulièrement (en conformité aux procédures en vigueur). Recommandation XI Dans le futur, le PNUD devrait éviter de recommander la création de nouvelles institutions, qui n?ont généralement pas de viabilité budgétaire autonome au-delà des projets qui les ont enfantées, et qui détournent les cadres de l?administration, tout en affaiblissant cette dernière. Recommandation XII Renforcer, en toute première priorité, l?administration publique dans ses tâches fondamentales, après assainissement à travers le volet de la réforme de l?administration des programmes futurs. Ceci est aussi valable au niveau de l?administration centrale que des administrations décentralisées ou déconcentrées. Recommandation XIII Il serait judicieux pour le PNUD, à l?avenir, de concentrer ses appuis sur une sélection restrictive de quelques secteurs/institutions-clés. À cet effet, il est recommandé, à l?égard de ces secteurs/institutions-clés, d?adopter une stratégie d? « appui total » (« comprehensive support ») combinant (i) des formations solides, en lieu et place des séminaires et autres ateliers de très courte durée dont la valeur ajoutée est sujette à caution, (ii) la modernisation de l?environnement et des comportements au travail, de façon qu?un programme/projet du PNUD soit véritablement un agent de changement. Recommandation XIV À cet égard, l?expérience du projet APNURC montre que, dans les circonstances d?un pays en crise ou sortie de crise, la fourniture de moyens de travail (bureautiques et informatiques), sans accompagnement de ressources de fonctionnement, risque d?entraver sérieusement les objectifs de renforcement des capacités nationales. Il s?impose donc que tout appui matériel soit accompagné d?une dotation budgétaire pour les frais de fonctionnement pour toute la durée du projet. Recommandation XV La Mission recommande au PNUD de concentrer ses appuis, moins sur les processus, activités et études, et beaucoup plus sur l?obtention de résultats et changements concrets et visibles, non seulement dans les institutions assistées mais même bien au-delà. L?évaluation du chemin parcouru et de l?impact n?en seront que plus facilités. Recommandation XVI La RDC regorge de cadres nationaux expatriés à travers le monde, dans le secteur privé et public, le monde académique et les organisations internationales. Le PNUD peut aisément saisir cette niche et remplir le rôle de facilitateur, interface pour assurer la mobilisation de ces ressources humaines inestimables, notamment à travers un projet d?appui TOKTEN ou sous d?autres modalités à explorer (i.e. UNV, etc). Recommandation XVII La mission a constaté l?absence d?un recensement actualisé de la population, qui est la base de toute stratégie et politique de développement. C?est un domaine où le PNUD pourrait jouer un rôle de chef de file pour la mobilisation des ressources, en association avec le FNUAP, notamment, en intégrant les expériences de la coopération Sud-Sud de la part des pays ayant une longue expérience réussie en la matière (par exemple l?Afrique du Sud, le Brésil ou l?Inde). Recommandation XVIII Un déficit important de recours, par le projet APNURC, aux compétences nationales disponibles, plus particulièrement aux sociétés d?études de la RDC, démontre la nécessité d?utiliser de manière proactive les opérateurs locaux généralement mieux informés des données sur le contexte et l?environnement de mise en ?uvre d?un projet où d?un programme/projet de développement. Le PNUD devrait y recourir le plus souvent, en lieu et place de consultations individuelles, car cela relève également du renforcement des capacités nationales.
1. Recommendation: (A) Recommandations générales Recommandation N° I Avant d?engager un processus de formulation d?un projet et de décider d?aller de l?avant, il est fondamental d?accorder une attention toute particulière à l?opportunité d?intervenir, suite à une analyse approfondie de l?environnement politique, économique et social du pays, et plus particulièrement des contraintes, potentialités et pesanteurs d?un pays en crise ou en sortie de crise. Recommandation N° II Procéder à une évaluation approfondie et critique des capacités de la contrepartie nationale, afin de définir le cadre institutionnel du projet/programme le plus approprié, avant d?engager des opérations d?envergure de type « renforcement des capacités nationales » Recommandation N° III Dans la formulation du projet/programme, accorder beaucoup d?attention à l?adéquation entre les objectifs/activités et les ressources budgétaires disponibles, afin d?éviter soit un saupoudrage, soit de nombreuses révisions budgétaires répétitives. (B) Recommandations spécifiques au projet APNURC Recommandation N° IV Organiser au plus tôt que possible un audit du projet, comme requis par les procédures financières du PNUD, afin de permettre à celui-ci de s?assurer que les importantes ressources déboursées par le projet l?ont été conformément aux procédures en vigueur au PNUD. Recommandation N° V Programmer dès que possible le « phasing out » du projet, afin de permettre sur une base claire, de clore ses activités. Cela aidera à accélérer la formulation d?un nouveau programme, à exécuter selon une formule opératoire adaptée au contexte d?aujourd?hui, tout en évitant une trop longue rupture qui serait très préjudiciable à la capitalisation des acquis du projet APNURC. Recommandation N° VI À l?occasion du « phasing out » du présent projet -- qui ne devrait pas dépasser trois mois-- , il est recommandé d?engager un plaidoyer renforcé et énergique auprès des autorités du pays et des partenaires importants, pour assurer une utilisation optimale des résultats du projet, avant que ceux-ci ne soient obsolètes. (C) Recommandations pour les futurs programmes du PNUD Recommandation N° VII S?assurer d?une bonne connaissance et compréhension, par toutes les parties concernées, des règles et règlements du PNUD gouvernant les relations et fonctions respectives de la partie internationale (CTP, quand il/elle existe), de la contrepartie nationale de tutelle (éventuellement, par délégation, du Directeur national du projet). Recommandation N° VIII Mettre en place, conformément aux procédures financières du PNUD, un système de transferts locaux de fonds sécurisé, entre le bureau du PNUD et les services administratifs et financiers des projets. Recommandation N° IX Pour tout programme/projet du PNUD, recruter un comptable quand le volume des transactions financières mensuelles locales dépasse un certain montant (par exemple 5?000$ /mois). Recommandation N° X Apporter une très grande attention à la mise en application et en exécution des recommandations des missions d?évaluation et d?audit, qui doivent être conduites régulièrement (en conformité aux procédures en vigueur). Recommandation XI Dans le futur, le PNUD devrait éviter de recommander la création de nouvelles institutions, qui n?ont généralement pas de viabilité budgétaire autonome au-delà des projets qui les ont enfantées, et qui détournent les cadres de l?administration, tout en affaiblissant cette dernière. Recommandation XII Renforcer, en toute première priorité, l?administration publique dans ses tâches fondamentales, après assainissement à travers le volet de la réforme de l?administration des programmes futurs. Ceci est aussi valable au niveau de l?administration centrale que des administrations décentralisées ou déconcentrées. Recommandation XIII Il serait judicieux pour le PNUD, à l?avenir, de concentrer ses appuis sur une sélection restrictive de quelques secteurs/institutions-clés. À cet effet, il est recommandé, à l?égard de ces secteurs/institutions-clés, d?adopter une stratégie d? « appui total » (« comprehensive support ») combinant (i) des formations solides, en lieu et place des séminaires et autres ateliers de très courte durée dont la valeur ajoutée est sujette à caution, (ii) la modernisation de l?environnement et des comportements au travail, de façon qu?un programme/projet du PNUD soit véritablement un agent de changement. Recommandation XIV À cet égard, l?expérience du projet APNURC montre que, dans les circonstances d?un pays en crise ou sortie de crise, la fourniture de moyens de travail (bureautiques et informatiques), sans accompagnement de ressources de fonctionnement, risque d?entraver sérieusement les objectifs de renforcement des capacités nationales. Il s?impose donc que tout appui matériel soit accompagné d?une dotation budgétaire pour les frais de fonctionnement pour toute la durée du projet. Recommandation XV La Mission recommande au PNUD de concentrer ses appuis, moins sur les processus, activités et études, et beaucoup plus sur l?obtention de résultats et changements concrets et visibles, non seulement dans les institutions assistées mais même bien au-delà. L?évaluation du chemin parcouru et de l?impact n?en seront que plus facilités. Recommandation XVI La RDC regorge de cadres nationaux expatriés à travers le monde, dans le secteur privé et public, le monde académique et les organisations internationales. Le PNUD peut aisément saisir cette niche et remplir le rôle de facilitateur, interface pour assurer la mobilisation de ces ressources humaines inestimables, notamment à travers un projet d?appui TOKTEN ou sous d?autres modalités à explorer (i.e. UNV, etc). Recommandation XVII La mission a constaté l?absence d?un recensement actualisé de la population, qui est la base de toute stratégie et politique de développement. C?est un domaine où le PNUD pourrait jouer un rôle de chef de file pour la mobilisation des ressources, en association avec le FNUAP, notamment, en intégrant les expériences de la coopération Sud-Sud de la part des pays ayant une longue expérience réussie en la matière (par exemple l?Afrique du Sud, le Brésil ou l?Inde). Recommandation XVIII Un déficit important de recours, par le projet APNURC, aux compétences nationales disponibles, plus particulièrement aux sociétés d?études de la RDC, démontre la nécessité d?utiliser de manière proactive les opérateurs locaux généralement mieux informés des données sur le contexte et l?environnement de mise en ?uvre d?un projet où d?un programme/projet de développement. Le PNUD devrait y recourir le plus souvent, en lieu et place de consultations individuelles, car cela relève également du renforcement des capacités nationales.
Management Response: [Added: 2010/01/19]

Toutes les observations/recommandations du rapport d'évaluation ont été prises en compte lors de la formulation et de la mise en ?uvre en cours du nouveau cycle programmatique pays 2008-2012

Key Actions:

Latest Evaluations

Contact us

1 UN Plaza
DC1-20th Floor
New York, NY 10017
Tel. +1 646 781 4200
Fax. +1 646 781 4213
erc.support@undp.org