Territoriaux pour la Gouvernance Locale et le Développement (ART GOLD) dans les Provinces de l?Estuaire, du Haut Ogooué et de l?Ogooué Maritime

Report Cover Image
Evaluation Plan:
2012-2017, Gabon
Evaluation Type:
Final Project
Planned End Date:
02/2017
Completion Date:
05/2017
Status:
Completed
Management Response:
Yes
Evaluation Budget(US $):
20,000

Share

Document Type Language Size Status Downloads
Download document TDR Evaluation mi-parcours ART GOLD Gabon.doc tor French 78.00 KB Posted 257
Download document Rapport final Evaluation Art Gold Phase II R2.pdf report French 777.47 KB Posted 117
Title Territoriaux pour la Gouvernance Locale et le Développement (ART GOLD) dans les Provinces de l?Estuaire, du Haut Ogooué et de l?Ogooué Maritime
Atlas Project Number: 00044557
Evaluation Plan: 2012-2017, Gabon
Evaluation Type: Final Project
Status: Completed
Completion Date: 05/2017
Planned End Date: 02/2017
Management Response: Yes
Focus Area:
  • 1. Poverty and MDG
  • 2. Democratic Governance
  • 3. Cross-cutting Development Issue
  • 4. Others
Corporate Outcome and Output (UNDP Strategic Plan 2014-2017)
  • 1. Output 3.5 Communities empowered and security sector institutions enabled for increased citizen safety and reduced levels of armed violence
Evaluation Budget(US $): 20,000
Source of Funding: ARTGOLD
Evaluation Expenditure(US $): 20,000
Joint Programme: No
Joint Evaluation: No
Evaluation Team members:
Name Title Email Nationality
Fernand DIABA MOUISSI jean.delors.biyogue@one.un GABON
GEF Evaluation: No
Key Stakeholders: Gouvernement, PNUD, Société civile
Countries: GABON
Comments:

Le consultant recruté pour conduire cette évaluation est sur le terrain en ce moment pour receuillir les données. Le rapport final de l'évaluation sera disponible en fin février 2017 au plus tard.

Lessons
1.

Maintenir l’approche ART COLD. Le PAGG est bien accueilli par les acteurs locaux. 82,14% des acteurs rencontrés déclarent que le PAGG est très pertinent de par sa philosophie et son approche (participative, décentralisée, et flexible) et 67,86% trouvent les interventions réalisées par le PAGG satisfaisantes. 


2.

Promouvoir et vulgariser davantage la philosophie et l’approche ART GOLD auprès des différents acteurs et offrir une formation aux intervenants et aux responsables des différents organismes parties prenantes au programme, en développant une stratégie de communication dimensionnée. 


3.

Instaurer au niveau des Collectivités Locales le PDL et le PDC comme l’outil à partir duquel les projets à financer doivent découler. L’évaluation a révélé que certaines collectivités locales n’ont pas fait adopter par leurs conseils, leurs Plans de Développement. La plupart des projets mis en œuvre par certaines CL sont une émanation d’un lobby de conseillers qui imposent leur volonté ; les conseils étant multicolores1. La tutelle doit faire des plans de développement une obligation pour les CL. Les projets à financer doivent provenir de ce document consensuel (bréviaire) à faire adopter en session de Conseils Local et à faire approuver par le Ministère de l’Intérieur et le Ministère du Budget. 


4.

Actualiser tous les Plans de Développement qui ont dépassé leur horizon et les Faire adopter par les Conseils Locaux. 


5.

Faciliter la création des Comités de Développement Locaux, en mettant en place les décrets d’application sur la décentralisation. 


6.

Formaliser et soutenir le Fonds de Développement Local en sollicitant des Collectivités Locales, une participation comprise entre 10 et 25% de leurs recettes propres pour garantir la réalisation des projets locaux. L’expérience de la commune de Gamba mérite de faire école. 


7.

Densifier et amplifier le programme dans les provinces où il est installé, tout en l’étendant à d’autres provinces dans le respect des orientations politiques et de la demande. 


8.

Mettre un accent particulier sur la formation des acteurs du développement et sur les infrastructures sociales de base. L’accès aux soins de santé, à l’éducation, à l’eau et à l’électricité... a été chaque fois soulevé pendant les entretiens avec les acteurs clés rencontrés. 


9.

Développer une véritable stratégie de mobilisation des ressources et diversifier les sources de financement en négociant des Accords de Prêts avec les financeurs multilatéraux (Banque Mondiale, Banque Africaine de Développement, BID et autres partenaires techniques et financiers) ; les ressources de l’Etat ne suffisant plus. L’évaluation a révélé des sérieux problèmes dans le financement du PAGG, l’Etat étant le principal bailleur de fonds à hauteur de plus de 70%.


10.

Loger les GTP et les GTL au sein des Collectivités Locales. A ce niveau ces organes devraient pouvoir bénéficier d’un appui sûr pour leur fonctionnement. C’est une suggestion qui a été faite par les acteurs locaux, lors des entretiens pour pallier aux problèmes de fonctionnement de ces organes. 


11.

Développer et intensifier les partenariats et la coopération au développement y compris avec les programmes/projets comme le PDIL au niveau local. 


12.

Renforcer la formation et la sensibilisation des acteurs clés

sur fonctionnement de ces deux instruments (partenariats et coopération au développement), indispensables pour lutter contre la pauvreté ; afin qu’ils s’en servent efficacement. 


13.

Maintenir les axes stratégiques 1, 2 et 3 du PAGG. Ces axes restent d’actualité. Ils sont en phase avec la vision des plus hautes autorités et avec les différents documents stratégiques. Ils doivent être repris dans le prochain programme. De plus, les problèmes de gouvernance locale et de développement local demeurent encore dans les provinces, départements et villes du Gabon. 


Findings
1.

Pertinence du Programme ART GOLD Gabon. Le PAGG est bien accueilli par les acteurs locaux. 82,14% des acteurs rencontrés déclarent que le PAGG est très pertinent de par sa philosophie et son approche (participative, décentralisée, flexible et souple). 


2.

Qualité et nature des interventions (projets financés). 67,86% des acteurs clés rencontrés trouvent les interventions réalisées par le PAGG satisfaisantes et 17,86% les trouvent très satisfaisantes. Lors de cette 2ième phase, le PAGG s’est investie dans la réalisation d’infrastructures sociales de base à hauteur de plus de 96%. Les secteurs de l’éducation, de la santé, de l’accès à l’eau et de l’économie (avec la construction des marchés) ont été les plus impactés. 


3.

Cadre Institutionnel-organisationnel-programmatique et moyens de mise en œuvre. Le Cadre institutionnel de mise en œuvre et de gestion du programme a été mise en place, leurs rôles et responsabilités ont été définis. Mais les mécanismes de gestion du programme et le cadre de mise en œuvre n’ont pas été respectés. Constat, toutes les structures de coordination et de gestion n’ont pas pu fonctionner correctement faute de ressources surtout financières suffisantes. 56,41% des activités planifiées en 2015 n’ont pas pu se réaliser, faute de ressources financières suffisantes. L’Etat principal bailleur n’a pas pu honorer les engagements ; probablement du fait de la crise. Pour les deux phases du PAGG 881 028 197 F CFA ont été dépensé pour le financement de 49 projets dont 29 projets lors de la 2ième phase, pour un montant de 441 787 425 F CFA. Les lourdeurs et dysfonctionnement ont été signalés aux différents organes de gestion du programme. 


4.

Réalisations du PAGG.

  • 29 projets réalisés lors de la 2ème phase parmi lesquels 21 sont achevés.

  • 16 Plans de Développement Locaux (PDL) et Lignes Directrices (LD) réalisés.

  • 5 Plans de Développement Communaux (PDC) et Lignes Directrices réalisés.

  • 39 promoteurs ont bénéficiés de l’appui du PAGG lors des deux phases dont 19 lors de la 2ème phase. Les principaux promoteurs étaient constitués de 16 CL et 13 OBC.

  • 49 projets au total ont été financés et mis en œuvre pendant les 2 phases du programme avec respectivement 19 projets lors de la deuxième phase et 20 projets lors de la première phase.

  • Plus de 96% des projets financés lors de la 2ème phase étaient des projets des infrastructures sociaux de base.

  • 39 promoteurs de projets soumis au financement du Programme ART GOLD Gabon (PAGG) ont bénéficié d’un renforcement des capacités pendant les 2 phases du programme ; dont 19 lors de la 2ème phase. 


Recommendations
1

Evaluation Recommendation or Issue 1: MAINTENIR L’APPROCHE ART GOLD

1ère RECOMMANDATION

Maintenir l’approche ART GOLD. Le PAGG est bien accueilli par les acteurs locaux. Comme nous l’avons relevé 82,14% des acteurs rencontrés déclarent que le PAGG est très pertinent de par sa philosophie et son approche (participative, décentralisée, flexible et souple) et 67,86% trouvent les interventions réalisées par le PAGG satisfaisantes.

2ème RECOMMANDATION

Promouvoir et vulgariser davantage la philosophie et l’approche ART GOLD auprès des différents acteurs et offrir des formations aux intervenants et aux responsables des différents organismes parties prenantes, en développant une stratégie de communication dimensionnée au programme. L’évaluation a montré que cette philosophie et cette approche n’était pas suffisamment vulgarisée, donc pas bien comprise par certains acteurs locaux, d’où le problème de l’appropriation relevé sur le terrain. Une formation des intervenants et des responsables des différents organismes permettrait de les sensibiliser davantage sur la philosophie et l’approche ART GOLD, de lever contraintes qui limitent l’appropriation.

 

2

Evaluation Recommendation or Issue 2: PARTENARIAT ET FINANCES

6ème RECOMMANDATION

Formaliser et soutenir le Fonds de Développement Local en sollicitant des Collectivités Locales, une participation comprise entre 10 et 25% de leurs recettes propres pour garantir la réalisation des projets locaux. L’expérience de la commune de Gamba mérite de faire école.

9ème RECOMMANDATION

Développer une véritable stratégie de mobilisation des ressources et diversifier les sources de financement en négociant des Accords de Prêts avec les financeurs multilatéraux (Banque Mondiale, Banque Africaine de Développement, BID et autres partenaires techniques et financiers) ; les ressources de l’Etat ne suffisant plus. L’évaluation a révélé des sérieux problèmes dans le financement du PAGG, l’Etat étant le principal bailleur de fonds à hauteur de plus de 70% .

11ème RECOMMANDATION

Développer et intensifier les partenariats et la coopération au développement y compris avec les programmes/ projets comme le PDIL au niveau local. 

3

Management Response: BUILDING INSTITUTIONAL CAPACITY AT THE LOCAL LEVEL FOR COMMUNITY DEVELOPMENT

3ème RECOMMANDATION

Instaurer au niveau des Collectivités Locales le PDL et le PDC comme l’outil à partir duquel les projets à financer doivent découler.  L’évaluation a révélé que certaines collectivités locales n’ont pas fait adopter par leurs Conseils, leurs Plans de  Développement. La plupart des projets mis en œuvre par certaines CL sont une émanation d’un lobby de conseillers qui imposent leur volonté ; les conseils étant multicolores .  La tutelle doit faire des plans de développement une obligation pour les CL. Les projets à financer doivent provenir de ce document consensuel (bréviaire) à faire adopter en session de  Conseils Local et à faire approuver  par le Ministère  de l’Intérieur et le Ministère du Budget. 

4ème RECOMMANDATION

Faciliter la création des Comités de Développement Locaux, en mettant en place les décrets d’application sur la décentralisation.

5ème RECOMMANDATION

Actualiser tous les Plans de Développement qui ont dépassé leur horizon et les Faire adopter par les Conseils. L’évaluation a révélé que la majorité de ces plans ont atteint ou dépassé leurs horizons ; leurs évaluations en vue de les actualiser s’imposent.

7ème RECOMMANDATION

Densifier et amplifier le programme dans les provinces où il est installé, tout en l’étendant à d’autres provinces dans le respect des orientations politiques. Certaines localités à l’instar de la commune de Lambaréné et du département de l’Ogooué et Lacs n’ont démarré aucun projet, alors qu’un réel besoin se pose.

8ème RECOMMANDATION

Mettre un accent particulier sur les formations des acteurs du développement et sur les infrastructures sociales de base. L’accès aux soins de santé, à l’éducation, à l’eau et à l’électricité… a été chaque fois soulevé pendant les entretiens avec les acteurs clés rencontrés.

10ème RECOMMANDATION

Loger les GTP et les GTL au sein des Collectivités Locales. A ce niveau ces organes devraient pouvoir bénéficier d’un appui sûr pour leur fonctionnement.  C’est une suggestion qui a été faite par les acteurs locaux, lors des entretiens pour pallier aux problèmes de fonctionnement de ces organes. 

12ème RECOMMANDATION

Renforcer la formation et la sensibilisation des acteurs clés sur les opportunités et les mécanismes de fonctionnement de ces deux instruments est indispensable (partenariats et coopération au développement).

13ème RECOMMANDATION
Maintenir les axes stratégiques 1, 2 et 3 du PAGG. Ces axes restent d’actualité. Ils sont en phase avec la vision du Gouvernement et les différents documents stratégiques. Ils doivent être repris dans le prochain programme. De plus, les problèmes de gouvernance locale et de développement local demeurent encore dans les provinces, départements et villes du Gabon. 

 

1. Recommendation:

Evaluation Recommendation or Issue 1: MAINTENIR L’APPROCHE ART GOLD

1ère RECOMMANDATION

Maintenir l’approche ART GOLD. Le PAGG est bien accueilli par les acteurs locaux. Comme nous l’avons relevé 82,14% des acteurs rencontrés déclarent que le PAGG est très pertinent de par sa philosophie et son approche (participative, décentralisée, flexible et souple) et 67,86% trouvent les interventions réalisées par le PAGG satisfaisantes.

2ème RECOMMANDATION

Promouvoir et vulgariser davantage la philosophie et l’approche ART GOLD auprès des différents acteurs et offrir des formations aux intervenants et aux responsables des différents organismes parties prenantes, en développant une stratégie de communication dimensionnée au programme. L’évaluation a montré que cette philosophie et cette approche n’était pas suffisamment vulgarisée, donc pas bien comprise par certains acteurs locaux, d’où le problème de l’appropriation relevé sur le terrain. Une formation des intervenants et des responsables des différents organismes permettrait de les sensibiliser davantage sur la philosophie et l’approche ART GOLD, de lever contraintes qui limitent l’appropriation.

 

Management Response: [Added: 2018/08/27]

1.1.       Development and diffusion of a video documentary on the ARTGOLD approach and its successes.

First half 2018

 

 

 

UNDP Coms

Accomplished

 

1.2        Planning of the new P-DIAL programme with government and other partners, carrying forward the ARTGOLD approach to all 9 provinces.

Second half 2017-First half 2018

UNDP Management

Accomplished

 

Key Actions:

2. Recommendation:

Evaluation Recommendation or Issue 2: PARTENARIAT ET FINANCES

6ème RECOMMANDATION

Formaliser et soutenir le Fonds de Développement Local en sollicitant des Collectivités Locales, une participation comprise entre 10 et 25% de leurs recettes propres pour garantir la réalisation des projets locaux. L’expérience de la commune de Gamba mérite de faire école.

9ème RECOMMANDATION

Développer une véritable stratégie de mobilisation des ressources et diversifier les sources de financement en négociant des Accords de Prêts avec les financeurs multilatéraux (Banque Mondiale, Banque Africaine de Développement, BID et autres partenaires techniques et financiers) ; les ressources de l’Etat ne suffisant plus. L’évaluation a révélé des sérieux problèmes dans le financement du PAGG, l’Etat étant le principal bailleur de fonds à hauteur de plus de 70% .

11ème RECOMMANDATION

Développer et intensifier les partenariats et la coopération au développement y compris avec les programmes/ projets comme le PDIL au niveau local. 

Management Response: [Added: 2018/08/27]

2.1.  Specific discussions to continue with local authorities, civil society & private sector in localities where local development resources were directly applied to ART GOLD Programming (such as Gamba).

 

2017/2018/2019

RC, Coordination Officer

Ongoing 

First discussions held in Gamba during 4thquarter 2017

2.2.       Concerted resource mobilization efforts to be undertaken for a new and larger programme of community development along the PUDC model

2017/2018

RC, Senior Economist

Ongoing

9 province consultations on a new P-DIAL programme completed in 2 phases: Sep-Nov 2017, Jun-Jul 2018.  First financial contribution to P-DIAL received from government to share expenses for this phase.

Key Actions:

3. Recommendation:

Management Response: BUILDING INSTITUTIONAL CAPACITY AT THE LOCAL LEVEL FOR COMMUNITY DEVELOPMENT

3ème RECOMMANDATION

Instaurer au niveau des Collectivités Locales le PDL et le PDC comme l’outil à partir duquel les projets à financer doivent découler.  L’évaluation a révélé que certaines collectivités locales n’ont pas fait adopter par leurs Conseils, leurs Plans de  Développement. La plupart des projets mis en œuvre par certaines CL sont une émanation d’un lobby de conseillers qui imposent leur volonté ; les conseils étant multicolores .  La tutelle doit faire des plans de développement une obligation pour les CL. Les projets à financer doivent provenir de ce document consensuel (bréviaire) à faire adopter en session de  Conseils Local et à faire approuver  par le Ministère  de l’Intérieur et le Ministère du Budget. 

4ème RECOMMANDATION

Faciliter la création des Comités de Développement Locaux, en mettant en place les décrets d’application sur la décentralisation.

5ème RECOMMANDATION

Actualiser tous les Plans de Développement qui ont dépassé leur horizon et les Faire adopter par les Conseils. L’évaluation a révélé que la majorité de ces plans ont atteint ou dépassé leurs horizons ; leurs évaluations en vue de les actualiser s’imposent.

7ème RECOMMANDATION

Densifier et amplifier le programme dans les provinces où il est installé, tout en l’étendant à d’autres provinces dans le respect des orientations politiques. Certaines localités à l’instar de la commune de Lambaréné et du département de l’Ogooué et Lacs n’ont démarré aucun projet, alors qu’un réel besoin se pose.

8ème RECOMMANDATION

Mettre un accent particulier sur les formations des acteurs du développement et sur les infrastructures sociales de base. L’accès aux soins de santé, à l’éducation, à l’eau et à l’électricité… a été chaque fois soulevé pendant les entretiens avec les acteurs clés rencontrés.

10ème RECOMMANDATION

Loger les GTP et les GTL au sein des Collectivités Locales. A ce niveau ces organes devraient pouvoir bénéficier d’un appui sûr pour leur fonctionnement.  C’est une suggestion qui a été faite par les acteurs locaux, lors des entretiens pour pallier aux problèmes de fonctionnement de ces organes. 

12ème RECOMMANDATION

Renforcer la formation et la sensibilisation des acteurs clés sur les opportunités et les mécanismes de fonctionnement de ces deux instruments est indispensable (partenariats et coopération au développement).

13ème RECOMMANDATION
Maintenir les axes stratégiques 1, 2 et 3 du PAGG. Ces axes restent d’actualité. Ils sont en phase avec la vision du Gouvernement et les différents documents stratégiques. Ils doivent être repris dans le prochain programme. De plus, les problèmes de gouvernance locale et de développement local demeurent encore dans les provinces, départements et villes du Gabon. 

 

Management Response: [Added: 2018/08/27]

3.1  Ensuring a strong component of institutional strengthening and capacity transfer in the context of the new P-DIAL

2018-2022

RC, Coordination Officer, UNDP

Ongoing

Strong institutional strengthening and capacity transfer component designed into P-DIAL proposals shared with Gabonese presidency in mid-2018.  This functionality is particularly designed into the ‘P-DIAL Accelerator’ proposal that has been pitched to government.

Key Actions:

Latest Evaluations

Contact us

1 UN Plaza
DC1-20th Floor
New York, NY 10017
Tel. +1 646 781 4200
Fax. +1 646 781 4213
erc.support@undp.org