Evaluation finale du Projet de relèvement communautaire et de consolidation de la paix

Report Cover Image
Evaluation Plan:
2013-2019, Congo DRC
Evaluation Type:
Final Project
Planned End Date:
09/2015
Completion Date:
06/2015
Status:
Completed
Management Response:
Yes
Evaluation Budget(US $):
40,000

Share

Document Type Language Size Status Downloads
Download document TDR Evaluation finale KOICA version du 08 mai 2014.docx tor French 125.43 KB Posted 1487
Download document Rapport Evaluation finale KOICA.pdf report French 1753.99 KB Posted 559
Title Evaluation finale du Projet de relèvement communautaire et de consolidation de la paix
Atlas Project Number: 72471
Evaluation Plan: 2013-2019, Congo DRC
Evaluation Type: Final Project
Status: Completed
Completion Date: 06/2015
Planned End Date: 09/2015
Management Response: Yes
Focus Area:
  • 1. Others
Corporate Outcome and Output (UNDP Strategic Plan 2014-2017)
  • 1. Output 1.1. National and sub-national systems and institutions enabled to achieve structural transformation of productive capacities that are sustainable and employment - and livelihoods- intensive
  • 2. Output 6.1. From the humanitarian phase after crisis, early economic revitalization generates jobs and other environmentally sustainable livelihoods opportunities for crisis affected men and women
Evaluation Budget(US $): 40,000
Source of Funding: KOICA
Evaluation Expenditure(US $): 30,000
Joint Programme: No
Mandatory Evaluation: No
Joint Evaluation: Yes
  • Joint with KOICA-PNUD-Gouvernement
Evaluation Team members:
Name Title Email Nationality
Cheick Faye International Consultant SENEGAL
Joseph Desire Kiza Tembo National Consultant CONGO DRC
GEF Evaluation: No
Key Stakeholders:
Countries: CONGO DRC
Lessons
1.

1.Le Projet s’est efforcé de promouvoir une approche intégrée des questions de développement local, et aurait pu créer un surcroît de valeur ajoutée si le modèle ne s’était pas heurté aux contraintes vécues par le projet

Le concept stratégique du projet s’est montré particulièrement pertinent en intégrant étroitement de volets comme la traction animale, la réhabilitation des pistes de production et l’aménagement des aires marchands. La réfection de 100 km de routes agricoles devait permettre aux bénéficiaires d’attelages bovins de disposer d’axes de circulation opérationnels pour contribuer à l’évacuation des productions agricoles vers les grands marchés, eux-mêmes réhabilités ou aménagés par le projet. De surcroît, le raccordement de cette chaîne production-transport-échanges à une source d’énergie électrique grâce aux mini-centrales hydrauliques devait couronner une approche réellement holistique du développement des zones ciblées. Cette intégration des intrants du projet aurait certainement créé un surcroît de valeur ajoutée si tous étaient au rendez-vous et à suffisance.

Malheureusement, et à contrario, l’absence de certains d’entre eux a créé un effet inverse de contraction du résultat. L’optimisation de la traction animale a notablement été empêchée par la moindre performance du volet routier qui n’a touché qu’un dixième du réseau prévu (les ressources limitées du projet sont surtout en cause ici), et la question de l’accessibilité des sites marchands est restée en l’état, comme la pénibilité que le portage fait peser sur les femmes.

 

2.Le Projet a montré que dans un environnement particulièrement difficile, l’implantation durable d’opportunités socioéconomiques demande de les ancrer dans des modèles économiques suffisamment robustes.

Au-delà de l’implantation physique des actifs porteurs des opportunités économiques et sociales à promouvoir, c’est un modèle économique solide qui peut garantir leur viabilité. A cet égard, les réalisations du projet montrent du bon et du moins bon. Les malaxeurs à huile sont assis sur un business model suffisamment confortable pour leur permettre non seulement de durer mais encore de se développer et de se diversifier. Sur certains sites, les revenus générés sont en partie recyclés dans des chantiers alternatifs comme la construction d’une case de santé ou l’insertion dans une filière de production de savon. Avec les centres de formation professionnelle, en revanche, la tutelle provinciale ne prend pas le relai du projet en matière budgétaire et les cibles rechignent à acheter le service de formation, en justifiant qu’il est gratuitement offert dans d’autres entités de formation de la place. Le business model est à peine plus épanoui dans la traction animale, avec une exploitation entravée par le mauvais état des routes et qui se heurte parfois à des croyances ancestrales qui ne reconnaissent pas volontiers les bovidés comme animaux de trait.

3.Le projet a appris à ses dépens combien il est difficile d’apporter des solutions économiques de relèvement dans un environnement accoutumé aux solutions humanitaires de gestion d’urgence.

Les populations ont tendance à s’enfermer dans un tropisme d’assistés qui les empêche de tirer le meilleur parti des actifs dont le projet les a dotées. C’est ainsi que le modèle économique sur lequel la viabilité des centres de formation était adossé en partie est en train de s’effondrer. A Masisi, les effectifs de la seconde cohorte non financée par le projet sont tombés de plus de 100 inscrits en début de période à une dizaine au passage de la mission d’évaluation, parce que les apprenants ne croient pas devoir payer un service de qualification professionnelle dont ils estiment majoritairement que l’outil leur a été gracieusement offert par les bailleurs. Les gradués de la première cohorte, de leur côté considèrent que leur insertion dépend en grande partie d’un kit d’outillage promis par le projet, et menacent même de dégrader le centre si cette attente devait encore se prolonger. Dans le volet traction animale, certains bénéficiaires se coupent volontairement du SENATRA dont, avec la fin du projet, ils considèrent les visites comme des velléités d’intrusion dans leur propriété privée. Eux aussi tiennent les attelages mis à leur disposition pour des dons purement gracieux, que certains d’ailleurs s’autorisent à redéployer dans d’autres emplois sans en référer au projet, notamment le SENATRA qui est la structure étatique chargée d’assurer la continuité de l’encadrement technique.

4.Enfin, la dimension genre centrale au projet appelle des stratégies innovantes pour espérer enregistrer des progrès dans un environnement qui a ses conservatismes

Le projet affichait des ambitions importantes en matière de correction des disparités qui handicapent l’épanouissement de la femme congolaise au Nord Kivu. Les malaxeurs à huile et la traction animale étaient spécifiquement dédiés aux femmes et devaient contribuer à réduire la pénibilité liée à certaines servitudes domestiques qui leur incombe dans la distribution traditionnelle du travail. Or les statistiques de la FAO qui était l’agence d’exécution opérationnelle de ces deux volets montrent que les femmes sont encore largement minoritaires dans le sociétariat des organisations communautaires qui ont porté les équipements de production livrés par le projet dans ce cadre. Les associations détentrices des malaxeurs comptent moins de 20% de femmes, tandis que leurs homologues dans la traction animale font à peine mieux avec un taux de représentation féminine de 39%. Pour améliorer l’effet genre, au-delà de l’impact mécanique lié au fait que le portage et le pilage sont traditionnellement féminins dans la zone, il était nécessaire, au lieu de bâtir directement sur le fait sociologique trouvé en place, de restructurer ces organisations pour mieux y faire représenter les femmes avant même de diffuser les équipements. Cette approche d’encadrement aurait renforcé l’effet genre du projet

 


Findings
Recommendations
1 Achever les activités résiduelles et vider les situations contentieuses avec certains bénéficiaires de la traction animale
2 Eviter aux centres de formation professionnelle de devenir des éléphants blancs grâce à un plaidoyer approprié pour leur prise en charge budgétaire par la partie nationale.
3 Maintenir un bon niveau de suivi sur les actifs déployés par le projet
4 Améliorer ex ante la visibilité opérationnelle sur les interventions et leur environnement d?accueil
5 Doter les actifs déployés d?un modèle économique robuste pour mieux assurer leur pérennité
6 Veiller à acter dans le cadre des ressources et des résultats toutes les modifications apportées au projet pour améliorer leur évaluabilité
1. Recommendation: Achever les activités résiduelles et vider les situations contentieuses avec certains bénéficiaires de la traction animale
Management Response: [Added: 2015/09/08] [Last Updated: 2015/09/08]

Recommandation acceptée

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
1.1 : la construction d'au moins une centrale hydroélectrique
[Added: 2015/09/08] [Last Updated: 2016/11/25]
CIDD/NK (ALINE & ZARCO), Bureau de terrain (Pierre), Etienne, Stéphane, Polycarpe 2016/11 Completed La construction de la micro centrale du territoire de Masisi Centre /Nord Kivu a été réalisée. Les travaix sont finis depuis deux mois. History
1.2 : la livraison des kits d?insertion aux gradués de la première cohorte
[Added: 2015/09/08] [Last Updated: 2015/12/16]
Aline, Zarco & Polycarpe 2015/10 Completed les Kits de réinsertion professionnelle ont été remis aux 269 apprenants qui avaient suivi la formation professionnelle. Ce qui leurs a permis de s'insérer professionnellement dans leur communautés d'origine
1.3. l?organisation de la réception définitive des ouvrages communautaires et leur transfert formel aux autorités provinciales et/ou territoriales compétentes.
[Added: 2015/09/08]
Aline, Zarco et Polycarpe 2015/07 Completed PV de remise officielle
2. Recommendation: Eviter aux centres de formation professionnelle de devenir des éléphants blancs grâce à un plaidoyer approprié pour leur prise en charge budgétaire par la partie nationale.
Management Response: [Added: 2015/09/08] [Last Updated: 2015/09/08]

recommandation acceptée

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
2.1 : poursuivre le plaidoyer aux autorités nationales et provinciales, pour la prise en charge des personnes employées
[Added: 2015/09/08] [Last Updated: 2015/12/16]
Craig, Etienne 2015/12 Completed Le plaidoyer a été fait par le PNUD pour la prise en charge du personnel de 2 centres de formation professionnels par le Gouvernement
3. Recommendation: Maintenir un bon niveau de suivi sur les actifs déployés par le projet
Management Response: [Added: 2015/09/08]

Recommandation refusée car la remise officielle est intervenue, les autorités locales responsabilisées doivent continuer avec le suivi

Key Actions:

4. Recommendation: Améliorer ex ante la visibilité opérationnelle sur les interventions et leur environnement d?accueil
Management Response: [Added: 2015/09/08]

recommandation acceptée

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
4.1 : Faire une planification basée sur les évidences et sur les études de faisabilité réaliste
[Added: 2015/09/08] [Last Updated: 2018/08/09]
Programme PNUD 2019/03 Initiated Recommandation d?ordre général pour les nouveaux projets History
5. Recommendation: Doter les actifs déployés d?un modèle économique robuste pour mieux assurer leur pérennité
Management Response: [Added: 2015/09/08]

recommandation acceptée

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
5.1 : mettre en place des stratégies pour la pérennité des actifs de tous les projets
[Added: 2015/09/08] [Last Updated: 2018/08/09]
Programme PNUD 2019/04 Initiated Recommandation d?ordre général pour les nouveaux projets History
6. Recommendation: Veiller à acter dans le cadre des ressources et des résultats toutes les modifications apportées au projet pour améliorer leur évaluabilité
Management Response: [Added: 2015/09/08]

recommandation acceptée

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
7.1 : Faire acter toute modification majeure dans la vie d?un projet dans le rapport DU Comité de pilotage signé par toutes les parties
[Added: 2015/09/08] [Last Updated: 2018/08/09]
Programme PNUD 2019/04 Initiated Recommandation d?ordre général pour les nouveaux projets History

Latest Evaluations

Contact us

220 East 42nd Street
20th Floor
New York, NY 10017
Tel. +1 646 781 4200
Fax. +1 646 781 4213
erc.support@undp.org