Evaluation a mi-parcours du Programme Pays (CPD) et son alignement au Strategic Plan 2014-2017

Report Cover Image
Evaluation Plan:
2019-2023, Burundi
Evaluation Type:
UNDAF
Planned End Date:
10/2017
Completion Date:
11/2017
Status:
Completed
Management Response:
Yes
Evaluation Budget(US $):
34,942

Share

Document Type Language Size Status Downloads
Download document TOR Evaluation CPD 2014-2017 Burundi FINAL.docx tor English 64.72 KB Posted 175
Download document Rapport Eval finale CPD Burundi (2).pdf report French 3629.76 KB Posted 225
Download document Rapport Eval finale CPD Burundi_vrsn 2 (3).doc version finale.doc report French 2760.00 KB Posted 131
Title Evaluation a mi-parcours du Programme Pays (CPD) et son alignement au Strategic Plan 2014-2017
Atlas Project Number: 00059157
Evaluation Plan: 2019-2023, Burundi
Evaluation Type: UNDAF
Status: Completed
Completion Date: 11/2017
Planned End Date: 10/2017
Management Response: Yes
Focus Area:
  • 1. Democratic Governance
  • 2. Crisis Prevention & Recovery
  • 3. Environment & Sustainable Development
  • 4. Cross-cutting Development Issue
  • 5. Others
Corporate Outcome and Output (UNDP Strategic Plan 2014-2017)
  • 1. Output 1.1. National and sub-national systems and institutions enabled to achieve structural transformation of productive capacities that are sustainable and employment - and livelihoods- intensive
  • 2. Output 1.3. Solutions developed at national and sub-national levels for sustainable management of natural resources, ecosystem services, chemicals and waste
  • 3. Output 1.4. Scaled up action on climate change adaptation and mitigation across sectors which is funded and implemented
  • 4. Output 1.5. Inclusive and sustainable solutions adopted to achieve increased energy efficiency and universal modern energy access (especially off-grid sources of renewable energy)
  • 5. Output 2.1. Parliaments, constitution making bodies and electoral institutions enabled to perform core functions for improved accountability, participation and representation, including for peaceful transitions
  • 6. Output 2.2. Institutions and systems enabled to address awareness, prevention and enforcement of anti-corruption measures across sectors and stakeholders
  • 7. Output 2.3 Capacities of human rights institutions strengthened
  • 8. Output 2.4. Frameworks and dialogue processes engaged for effective and transparent engagement of civil society in national development
  • 9. Output 2.5. Legal and regulatory frameworks, policies and institutions enabled to ensure the conservation, sustainable use, and access and benefit sharing of natural resources, biodiversity and ecosystems, in line with international conventions and national
  • 10. Output 2.6. Legal reform enabled to fight discrimination and address emerging issues (such as environmental and electoral justice
  • 11. Output 3.1. Core functions of government enabled (in post conflict situations) to ensure national ownership of recovery and development processes
  • 12. Output 3.2. Functions, financing and capacity of sub-national level institutions enabled to deliver improved basic services and respond to priorities voiced by the public
  • 13. Output 3.5 Communities empowered and security sector institutions enabled for increased citizen safety and reduced levels of armed violence
  • 14. Output 3.6. Governance institutional, and other critical bottlenecks addressed to support achievement of the MDGs and other internationally agreed development goals
  • 15. Output 5.1. Mechanisms in place to assess natural and man-made risks at national and sub-national levels
  • 16. Output 5.2. Effective institutional, legislative and policy frameworks in place to enhance the implementation of disaster and climate risk management measures at national and sub-national levels
  • 17. Output 6.1. From the humanitarian phase after crisis, early economic revitalization generates jobs and other environmentally sustainable livelihoods opportunities for crisis affected men and women
  • 18. Output 1.2. Options enabled and facilitated for inclusive and sustainable social protection
  • 19. Output 3.4. Functions, financing and capacity of rule of law institutions enabled, including to improve access to justice and redress
SDG Goal
  • Goal 1. End poverty in all its forms everywhere
  • Goal 9. Build resilient infrastructure, promote inclusive and sustainable industrialization and foster innovation
SDG Target
  • 1.4 By 2030, ensure that all men and women, in particular the poor and the vulnerable, have equal rights to economic resources, as well as access to basic services, ownership and control over land and other forms of property, inheritance, natural resources, appropriate new technology and financial services, including microfinance
  • 1.5 By 2030, build the resilience of the poor and those in vulnerable situations and reduce their exposure and vulnerability to climate-related extreme events and other economic, social and environmental shocks and disasters
  • 9.4 By 2030, upgrade infrastructure and retrofit industries to make them sustainable, with increased resource-use efficiency and greater adoption of clean and environmentally sound technologies and industrial processes, with all countries taking action in accordance with their respective capabilities
Evaluation Budget(US $): 34,942
Source of Funding: TRAC
Evaluation Expenditure(US $): 34,942
Joint Programme: No
Joint Evaluation: No
Evaluation Team members:
Name Title Email Nationality
Craig Naumann
GEF Evaluation: No
Key Stakeholders:
Countries: BURUNDI
Comments:

The CPD 2012-2016 has been extended to 2017 and will be surely extended to 2018 in line with the UNDAF extention

Compte tenu des contraintes administratives de l'entrée au Burundi qui sont devenues de plus en plus longues et compliquées et en raison de la réticence de plusieurs experts à venir au Burundi en raison du contexte de crise, nous demandons que ce rapport d'évaluation soit terminé fin octobre 2017.

Lessons
1.

Les effets de l’évolution globale du contexte politique au Burundi ont eu un effet assez significatif sur la mise en œuvre du CPD, et ont mitigé son succès général en plusieurs sens. Grosso modo, on peut dire que la crise socio-politique et sécuritaire a lourdement pesé sur l’avancement de la mise en œuvre surtout suite aux élections, résultant dans un ralentissement considérable voire l’arrêt de plusieurs projets sous le CPD, affectant négativement son bilan global. Les leçons y relatives à tirer de la phase de mise en œuvre du CPD se laissent résumer comme suit :

a). Rester flexible dans le zonage des lieux d’intervention pour éviter le risque de se voir bloqué dans la mise-en-œuvre à cause de problèmes d’accessibilité prolongée causées par des crises, qu’elles soient d’ordre sécuritaire ou environnemental. Il sied de prévoir alors au moins une idée générale pour un « plan B » dès le début, permettant au besoin de recadrer les zones ciblées par la programmation.

b) L’analyse des risques initiale n’avait pas anticipé la gravité et l’ampleur de la crise qui s’était produite. Dans ce sens, la planification était basée sur une lecture beaucoup trop optimiste, chose qu’il faudrait revoir et éviter en vue de l’horizon des prochaines échéances électorales.

c) L’espace d’interventions notamment dans le domaine de la promotion des droits de la personne s’est restreint suite à la suspension de plusieurs ONG, par l’Etat.

d) La promotion des structures de la société civile, et l’appui aux sciences, la recherche objective y inclus en sciences sociales et économiques dans le domaine des dynamiques développementales intersectorielles et complexes suivant le paradigme des ODD, les sciences agronomiques appliquées liant les modes et techniques de production aux chaînes de valeur etc. sont des investissements parfois de longue durée mais qui tôt ou tard porteront des fruits pour toute la société.

e) Vu la réorientation des bailleurs envers les partenariats situés à la base, il y a de fortes chances que les sources de financement des bailleurs resteront concentrées sur cette catégorie de cibles, d’où l’intérêt pour le PNUD de prendre en compte cette donne relativement nouvelle dans la planification du prochain CPD. En effet, ceci sous-entend de s’éloigner d’une planification isolée qui, une fois finalisée, sera soumise aux bailleurs pour assurer un financement.

f) Finalement, il y a lieu d’intégrer le risque d’un changement des interlocuteurs dans la planification de l’architecture et la déclinaison de cette dernière à travers la programmation de projets et d’activités.

 

De manière générale, les autorités publiques ainsi que les bailleurs estiment le PNUD pour la qualité de son accompagnement technique. L’appréciation générale objective basée sur l’analyse des évidences à travers les critères d’évaluation démontre que ce jugement plutôt favorable est mérité ; car, selon le présent exercice de l’évaluation finale du CPD, la performance générale voire la moyenne par rapport aux critères d’évaluation, se situe légèrement au-dessus de 7 points sur 10 sur l’échelle de classification technique de la pertinence, de l’efficacité etc. Ceci correspond alors à la mention « assez bien ».

 

De manière générale, les autorités publiques estiment le PNUD pour la qualité de son accompagnement technique. Néanmoins, la vaste majorité des bailleurs aimerait voir le PNUD se prononcer de manière moins indiscrète sur le respect des principes normatifs afin d’assurer leur respect sans équivoque.

 

Ainsi, le PNUD, de part son mandat spécifique qui contient des éléments de renforcement de capacité des institutions étatiques y inclus l’administration publique, le système juridique, les processus électoraux et le parlement, mais aussi la fonction exécutive (sécurité interne, police etc.) se voit-il sous pression de justifier d’avoir maintenu son cap de navigation programmatique.

 

Ce dernier, étant basé sur le partenariat avec les institutions publiques, diffère sensiblement avec l’approche générale des bailleurs qui depuis 2015 ont opté exclusivement pour le mode opérationnel de la mise en œuvre directe de projets d’appui à la base suivant l’approche (micro-)interventions.

 

Au niveau de son financement, le CPD a considérablement souffert de ce changement dans la stratégie des bailleurs. Néanmoins, suivant un réajustement programmatique permettant de focaliser davantage sur un appui direct des souches les plus démunies grâce aux enseignements tirés de l’exercice d’un CDA (Conflict Development Analysis) le PNUD a pu mobiliser de nouveaux fonds auprès de certains bailleurs, dont récemment un appui considérable de la part du Japon, pour un projet sur  la résilience communautaire, au niveau de l’axe 2.

 

Ceci étant dit, indépendamment du mode opérationnel des projets PNUD, que ce soit suivant la formule de mise en œuvre directe ou indirecte, l’aspect genre et le principe du HRBA méritent un accent particulier dans le contexte burundais, et le PNUD peut toujours faire mieux dans la programmation et la mise en œuvre des principes normatifs de la programmation.

 

Pour la vaste majorité des projets, les bénéficiaires (que ce soit institutionnel ou individuels) réclament la mise-à-échelle voire la « déconcentration vers les collines » des acquis. De toute évidence, ceci inclut et les représentants du pouvoir voire les strates techniques élevées des administrateurs que la mission a côtoyé lors des entretiens d’évaluation, les gestionnaires et techniciens des entités-partenaires de mise en œuvre, comme une grande partie des bénéficiaires de projet rencontrés.

De manière générale, les autorités publiques estiment le PNUD pour la qualité de son accompagnement technique. Néanmoins, la vaste majorité des bailleurs aimerait voir le PNUD se prononcer de manière moins indiscrète sur le respect des principes normatifs afin d’assurer leur respect sans équivoque.

 

Ainsi, le PNUD, de part son mandat spécifique qui contient des éléments de renforcement de capacité des institutions étatiques y inclus l’administration publique, le système juridique, les processus électoraux et le parlement, mais aussi la fonction exécutive (sécurité interne, police etc.) se voit-il sous pression de justifier d’avoir maintenu son cap de navigation programmatique.

 

Ce dernier, étant basé sur le partenariat avec les institutions publiques, diffère sensiblement avec l’approche générale des bailleurs qui depuis 2015 ont opté exclusivement pour le mode opérationnel de la mise en œuvre directe de projets d’appui à la base suivant l’approche (micro-)interventions.

 

Au niveau de son financement, le CPD a considérablement souffert de ce changement dans la stratégie des bailleurs. Néanmoins, suivant un réajustement programmatique permettant de focaliser davantage sur un appui direct des souches les plus démunies grâce aux enseignements tirés de l’exercice d’un CDA (Conflict Development Analysis) le PNUD a pu mobiliser de nouveaux fonds auprès de certains bailleurs, dont récemment un appui considérable de la part du Japon, pour un projet sur  la résilience communautaire, au niveau de l’axe 2.

 

Ceci étant dit, indépendamment du mode opérationnel des projets PNUD, que ce soit suivant la formule de mise en œuvre directe ou indirecte, l’aspect genre et le principe du HRBA méritent un accent particulier dans le contexte burundais, et le PNUD peut toujours faire mieux dans la programmation et la mise en œuvre des principes normatifs de la programmation.

 

Pour la vaste majorité des projets, les bénéficiaires (que ce soit institutionnel ou individuels) réclament la mise-à-échelle voire la « déconcentration vers les collines » des acquis. De toute évidence, ceci inclut et les représentants du pouvoir voire les strates techniques élevées des administrateurs que la mission a côtoyé lors des entretiens d’évaluation, les gestionnaires et techniciens des entités-partenaires de mise en œuvre, comme une grande partie des bénéficiaires de projet rencontrés.

 


Findings
1.

Le CPD s’appuie sur deux axes et leurs effets respectifs, notamment 1 - le renforcement de l’état de droit, consolidation de la bonne gouvernance et promotion de l’égalité du genre; 2 - la transformation de l’économie burundaise pour une croissance soutenue et créatrice d’emplois.

 

  1. Pertinence des orientations stratégiques et programmatiques du CPD

 

Le CPD, dont le cycle initial couvrait le cycle 2014-2016, fut conçu deux ans après le lancement de l’UNDAF 2012-2016. Dans les deux cas, une extension annuelle une fois renouvelée fut nécessaire vu l’absence d’un nouveau cadre de planification stratégique du pays. Ainsi, le cadre de la programmation du SNU et du programme PNUD furent prolonges jusqu'à la fin 2018, vu que le CSLP II (2012-2016) auxquels l’UNDAF et, par déduction, le CPD étaient censés s’arrimer, fut prolongé par deux reprises et ne saura être remplacé par un nouveau cadre de planification national avant 2018.

 

La structure du CSLP II, s’inspirant par les 8 piliers de la Vision Burundi 2015, consiste de quatre axes stratégiques, notamment (1) « Renforcement de l’Etat de Droit, la Consolidation de la Bonne Gouvernance et la Promotion du Genre » ; (2) « Transformation de l’Economie burundaise pour une Croissance soutenue et créatrice d’Emplois » ; (3) « Amélioration du Taux d’Accès et la Qualité des Services de base et le Renforcement du Socle de la Protection sociale » ; et (4) « Gestion rationnelle de l’Espace et de l’Environnement pour un Développement durable ».

 

Les trois piliers de l’UNDAF ont adopté les trois premiers piliers du CSLP II, tandis que le quatrième pilier du CSLP II devait être adressé de manière transversale, en ventilant les aspects liés à la gestion durable de l’environnement, la prévention et l’atténuation des effets du changement climatique par l’accès aux énergies renouvelables et la réduction des risques de désastres et catastrophes naturels, à travers les trois piliers de l’UNDAF. Les deux axes du CPD, dont le premier consiste de deux (sous-)effets et le deuxième d’un seul effet, adressent notamment les piliers 1 (Etat de Droit etc.) et 2 (croissance économique) du CSLP II voire de l’UNDAF. - Notamment, les effets CPD sont formulés comme suit :

 

Effet PNUD/Programme de Pays N° 1 : (Sous-Effet) 1.1. « Les systèmes judiciaire et sécuritaire ainsi que les institutions de protection des droits de la personne humaine, de lutte contre l‘impunité et de promotion de la réconciliation nationale sont performants et sensibles au genre et au VIH ». (Sous-Effet) 1.2. « A l’horizon 2016, des institutions publiques assurent une gestion efficace de l’Etat avec un système électoral transparent, un espace politique inclusif et une participation citoyenne effective dans le respect de l’égalité du genre ». Effet PNUD/Programme de Pays N° 2: « L’environnement des affaires (les politiques fiscales, commerciales et d’investissement) et la stratégie de promotion de l’emploi sensible au genre sont incitatifs et sous-tendus par une politique énergétique adéquate  et  des TICs diversifiés, accessibles et respectueux de l’environnement ».

 

Ainsi, sur le plan formel, comme on peut le constater du point de vue d’arrimage logique des axes CPD par rapport aux grands objectifs de l’UNDAF et du CSLP II et, par extension, de la Vision 2015, la pertinence de l’échafaudage des axes ainsi que des produits au sein de ces axes, est sans reproche. La revue des produits au sein des deux axes, par contre, démontre que l’idée de la ventilation des aspects environnementaux liés à la gestion de l’espace en vue d’un développement durable couverts par l’axe 4 du CSLP II/UNDAF ne fut pas vraiment réalisée ; et que l’aspect genre mentionné dans la formulation du sous-effet 1.2 fut quelque peu négligé vu qu’il n’est pas systématiquement adressé à travers tous les projets en cours. La discussion détaillée des produits suivra plus bas dans la section consacrée à l’efficience, adressant la mise-en-œuvre opérationnelle (au travers les projets) des résultats du CPD.

 

La pertinence des axes et de leurs sous-composantes (produits, projets, activités) méritent une note de 9 sur 10. Quelques « couacs » dans la déclinaison de l’architecture vers la mise en œuvre à travers les projets (surtout le plan master Bujumbura !) pèsent un peu sur le bilan global et ainsi ne permettent pas l’attribution d’un score parfait.

 

  1. L’efficacité de la contribution du PNUD :

 

En tenant compte des limites de la contribution voire du champ de responsabilité du PNUD par rapport à l’objectif national du CSLP II qui est le « Renforcement de l’état de droit, consolidation de la bonne gouvernance, gestion et coordination de l’aide et promotion de l’égalité du genre », appuyé par l’axe 1 et ses deux sous-effets (1.1. Les systèmes judiciaire et sécuritaire ainsi que les institutions de protection des droits de la personne humaine, de lutte contre l’impunité et de promotion de la réconciliation nationale sont performants et sensibles au genre et au VIH 1.2. À l’horizon 2016, des institutions publiques assurent une gestion efficace de l’Etat avec un système électoral transparent,  un espace politique inclusif et une participation citoyenne effective dans le respect de l’égalité du genre), les résultats ne furent pas complètement à l’hauteur des cibles finales fixées.

 

Par exemple, dans le domaine de la promotion des droits de l’homme, les interventions y liées furent suspendues. Le démarrage de la phase pilote des guichets uniques provinciaux et le système des contrats de performance est en train d’être introduit au niveau institutionnel avec un certain délai. Les capacités gouvernementales de la lutte contre la corruption ont été renforcées par un manuel de procédures administratives comptables et financières et des appuis à l’Inspection générale de l’Etat (IGE). Des audits institutionnels furent conduits par la Cour des Comptes sur trois institutions publiques, un logiciel de traitement et de suivi des dossiers de la Brigade Spéciale Anti-Corruption etc. Les élections de 2015 furent organisées. Même si les résultats furent vivement contestées, le fichier électoral pour les 4 scrutins (élection présidentielle, législative, régionale, communale) fut préparé et le centre de traitement des données mis en place. Le rapport global du bilan de mis en œuvre du CSLP II et un package national des ODD furent adoptée en 2016.

 

Concernant les contributions au travers l’axe 2 du CPD par rapport à l’objectif national du CSLP II « Transformation de l’économie burundaise pour une croissance soutenue et créatrice d’emplois », nommément par le biais de l’effet « L’environnement des affaires (les politiques fiscales, commerciales et d’investissement) et la stratégie de promotion de l’emploi sensible au genre sont incitatifs et sous-tendus par une politique énergétique adéquate  et  des TICs diversifiés, accessibles et respectueux de l’environnement » , en comparaison avec l’axe 1, le bilan de performance est supérieur par rapport à l’achèvement des cibles fixées :

La Stratégie nationale d’intégration régionale fut validée ; le document de Politique nationale de l’emploi fut finalisée en 2014 et diffusée en 2016 ; la politique nationale d’Industrialisation adoptée en 2016 ; de nouveaux textes d’application du code minier  furent disséminées parmi plus de 900 représentants de l’administration, des élus locaux et des leaders de la société civile, ce qui va faciliter leur mise en application et la collecte de taxes dans ce domaine ; 4 nouvelles unités de transformation des produits agricoles (dont pour manioc, huile de plame, tomates) furnet introduites ; 12 plateformes productrices furent redynamisées et 6.654 emplois permanents et de 16.718 emplois temporaires (dont 60.5% pour les femmes) créés.

 

Sur une échelle de zéro à dix, l’efficacité du CPD est appréciée comme suit : en ce qui concerne l’axe 1 focalisant sur la bonne gouvernance, la performance envers les cibles initiales atteint une note de pas plus que 6 sur 10. Si on tient en compte le contexte transformé et ceci complètement contraire à la volonté et indépendamment sinon hors de portée de l’influence du PNUD sinon du SNU, en tant que tel, une note d’au moins 8 sur 10 pourrait être attribuée). Par contre, l’axe 1 enregistre une note de 8.5 sur 10 par rapport aux résultats obtenus.  Globalement, l’appréciation de l’efficacité de la mise en œuvre du CPD mérite alors une note de 7.5 sur 10, ce qui équivaut à un « assez bien ».

 

  1. L’efficience de la mise-en-œuvre du CPD PNUD

La revue du critère d’efficience adresse l’aspect de la logique ainsi que la bonne conduite de la mise-en-œuvre opérationnelle des résultats du CPD à travers ses divers projets. La revue des produits au sein des deux axes fait ressortir que le principe de la ventilation des aspects environnementaux liés à la gestion de l’espace en vue d’un développement durable couverts par l’axe 4 du CSLP II/UNDAF ne fut pas vraiment réalisée. Egalement, au moins un des projets (Plan Directeur Bujumbura) n’était pas vraiment aligné avec la formulation de l’effet de l’axe concerné.

 

Sur une échelle de zéro à dix, l’efficience de la mise-en-oeuvre du CPD mérite au moins 7 sur 10. Pour les deux axes, cette même cote est de mise, vu que concernant les deux axes, le BP du PNUD et ses démembrements d’équipes de projets distincts ont fait preuve d’une assez bonne réactivité par rapport aux défis et obstacles se dressant sur leur chemin ; ainsi que d’une gestion correcte des moyens disponibles y inclus les partenaires, les moyens financiers etc. Car même pour les composantes qui, d’un point de vue extérieur pourraient être vus comme ne méritant guère d’éloges, comme par exemple l’appui au cycle électoral, une lecture purement technique focalisant sur les résultats y relatifs attribuables au PNUD démontre que, effectivement, le fichier électoral fut mis en place selon la déontologie prévue et conformément aux règles de l’art. 

 

  1. Appropriation Nationale, Renforcement des Capacités et Durabilité

 

En ce qui concerne la majorité des interventions et du niveau de résultats achèves surtout au niveau de l’axe 1 consacrée à l’appui à la gouvernance démocratique et économique y inclus l’Etat de Droit, le respect des Droits de la Personne, la lutte contre la corruption etc., c’est en fait à l’Etat beaucoup plus qu’au PNUD qu’incombe la plus lourde charge en vue d’assurer une bonne durabilité. Le PNUD ne peut qu’appuyer ces processus en   se portant disponible pour appuyer les Autorités et la population sur ce chemin. Il convient de noter que, concomitamment au domaine du futur impact, la (potentialité d’une bonne) durabilité de plusieurs interventions pourra être augmentée de manière significative, si les éléments pour le moment isolés dans les divers projets mentionnes ci-haut (dans la partie sur l’impact et les recommandations à moyen et à long terme) étaient versés dans le module d’une plateforme programmatique intégrale, plus holistiquement resserrée en combinant les éléments des deux axes actuelles de manière intelligente. Sur une échelle de zéro à dix, est alors attribuée la note de 6 sur 10 par rapport à la durabilité des interventions.

 


Recommendations
1

Mettre en œuvre deux axes programmatiques étroitement interliés à travers le nouveau CPD, notamment focalisant sur axe 1) la lutte voire l’éradication de la pauvreté par la transformation structurelle des modes de production et l’accès à l’énergie durable et renouvelable avec l’accent sur le renforcement des liens entre la base des consommateurs dans les villes et grappes urbaines, et le mileu rural (chaînes de valeur etc.) ; et axe 2) l’appui à la gouvernance avec accent sur le renforcement des capacités et systèmes de planification et de gestion administrative à la base en se servant des GUP et des PCDC comme tremplins dans la réforme administrative en les liant à l’accès au microcrédit, aux travaux HIMO, débouchant sur les emplois stables en milileu rural lié au dialogue pacifiqueMettre en œuvre deux axes programmatiques étroitement interliés à travers le nouveau CPD, notamment focalisant sur axe 1) la lutte voire l’éradication de la pauvreté par la transformation structurelle des modes de production et l’accès à l’énergie durable et renouvelable avec l’accent sur le renforcement des liens entre la base des consommateurs dans les villes et grappes urbaines, et le mileu rural (chaînes de valeur etc.) ; et axe 2) l’appui à la gouvernance avec accent sur le renforcement des capacités et systèmes de planification et de gestion administrative à la base en se servant des GUP et des PCDC comme tremplins dans la réforme administrative en les liant à l’accès au microcrédit, aux travaux HIMO, débouchant sur les emplois stables en milileu rural lié au dialogue pacifique

2

Mettre l’accent sur la programmation selon les principes Nouvelle Façon de Travailler (New Way of Working) mettant l’accent sur le « nexus » voire l’interrelation entre les sphères paix/sécurité – Développement – Humanitaire au sein du CPD, de l’UNDAF et vis-à-vis la Programmation des Bailleurs et PTF

3

Utiliser les ODD pour guider la programmation ainsi que le suivi-évaluation du prochain CPD

4

Abandonner l’approche projet isolé dans la mise en œuvre, à une approche programme voire grappes de projet couvrant plusieurs produits

5

Utiliser les PCDC comme levier de la programmation focalisé sur le développement à travers et pour la base décentrale, c.à.d au niveau des communes

6

Favoriser une approche de programmation régionale voire transfrontalièere avec les pays voisins.

7

Un projet appui au cycle électoral devrait être prévu pour le prochain cycle programmatique.

8

Favoriser des projets mettant l’accent sur le lien entre la résilience socio-économique des foyers et le changement climatique

9

Egalement, la dimension de l’énergie pour tous mérite d’être considérée

10

Etablir une plateforme d’échange et coordination inter-agences pour la communauté des bailleurs et les Nations Unies

11

Développer une théorie de changement pour chaque effet CPD afin de structurer la déduction des produits respectifs de chaque effet.

1. Recommendation:

Mettre en œuvre deux axes programmatiques étroitement interliés à travers le nouveau CPD, notamment focalisant sur axe 1) la lutte voire l’éradication de la pauvreté par la transformation structurelle des modes de production et l’accès à l’énergie durable et renouvelable avec l’accent sur le renforcement des liens entre la base des consommateurs dans les villes et grappes urbaines, et le mileu rural (chaînes de valeur etc.) ; et axe 2) l’appui à la gouvernance avec accent sur le renforcement des capacités et systèmes de planification et de gestion administrative à la base en se servant des GUP et des PCDC comme tremplins dans la réforme administrative en les liant à l’accès au microcrédit, aux travaux HIMO, débouchant sur les emplois stables en milileu rural lié au dialogue pacifiqueMettre en œuvre deux axes programmatiques étroitement interliés à travers le nouveau CPD, notamment focalisant sur axe 1) la lutte voire l’éradication de la pauvreté par la transformation structurelle des modes de production et l’accès à l’énergie durable et renouvelable avec l’accent sur le renforcement des liens entre la base des consommateurs dans les villes et grappes urbaines, et le mileu rural (chaînes de valeur etc.) ; et axe 2) l’appui à la gouvernance avec accent sur le renforcement des capacités et systèmes de planification et de gestion administrative à la base en se servant des GUP et des PCDC comme tremplins dans la réforme administrative en les liant à l’accès au microcrédit, aux travaux HIMO, débouchant sur les emplois stables en milileu rural lié au dialogue pacifique

Management Response: [Added: 2017/12/10] [Last Updated: 2017/12/10]

Cette recommendation est jugée stratégique, elle va orienter le Bureau pays à l'élaboration de son prochain CPD 2019- 2021

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Les Tdrs pour le recrutement des Consultants International et National pour l'élaboration du CPD ont été validés.
[Added: 2017/12/10]
Direction 2017/11 Completed History
Le Roadmap pour l'élaboration du CPD a été finalisé
[Added: 2017/12/10]
Direction 2017/11 Completed
2. Recommendation:

Mettre l’accent sur la programmation selon les principes Nouvelle Façon de Travailler (New Way of Working) mettant l’accent sur le « nexus » voire l’interrelation entre les sphères paix/sécurité – Développement – Humanitaire au sein du CPD, de l’UNDAF et vis-à-vis la Programmation des Bailleurs et PTF

Management Response: [Added: 2017/12/10] [Last Updated: 2017/12/10]

Cette recommandation sera prise en compte dans l'élaboration du Nouveau CPD pour prendre en compte le Nexus Humanitaire-Développement 

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Voir les mêmes actions prévues à la recommandation 1
[Added: 2017/12/10]
Direction 2017/12 Completed
Voir les mêmes actions prévues à la recommandation 1
[Added: 2017/12/10]
Direction 2017/12 Completed
3. Recommendation:

Utiliser les ODD pour guider la programmation ainsi que le suivi-évaluation du prochain CPD

Management Response: [Added: 2017/12/10] [Last Updated: 2017/12/10]

Cette recommandation est jugée pertinente, Le PNUD a appuyé le pays a finaliser le processus de priorisation des ODD, le Rapport issu de cette priorisation va servir le pays/ Burundi à l'élaboration de son Plan National de Développement ( PND)

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Le Pays dispose déjà du rapport national sur lesODD
[Added: 2017/12/10]
UPS 2017/11 Completed
4. Recommendation:

Abandonner l’approche projet isolé dans la mise en œuvre, à une approche programme voire grappes de projet couvrant plusieurs produits

Management Response: [Added: 2017/12/10] [Last Updated: 2018/08/27]

Le Nouveau CPD 2019-2021 prendra en compte cette recommandation

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Prise en compte dans le Nouveau CPD 2019-2023
[Added: 2018/08/27]
Bureau 2018/08 Completed
5. Recommendation:

Utiliser les PCDC comme levier de la programmation focalisé sur le développement à travers et pour la base décentrale, c.à.d au niveau des communes

Management Response: [Added: 2017/12/10] [Last Updated: 2018/08/27]

Le Bureau Pays attend la finalisation du Plan National de Développement qui est en cours d'élaboration pour actualiser les PCDC 

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Dans le PTA du projet PACTE, l'actualisation de PCDP est une priorité pour le Bureau.
[Added: 2017/12/10] [Last Updated: 2018/08/27]
Eta Kelvin 2018/12 Overdue-Initiated Cette activité sera réalisée car le PND vient d'être approuvé et lancé officiellement par le Gouvernement History
6. Recommendation:

Favoriser une approche de programmation régionale voire transfrontalièere avec les pays voisins.

Management Response: [Added: 2017/12/10] [Last Updated: 2017/12/10]

Le Bureau pays a deja un projet conjoint entre les trois pays ( Burundi, Tazanie et la RDC) 

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Le projet Transfrontalier avec le financement PBF a été déja élaboré
[Added: 2017/12/10] [Last Updated: 2018/08/27]
Marie Ange, Rose 2017/12 Completed Le projet est en cours de réalisation History
7. Recommendation:

Un projet appui au cycle électoral devrait être prévu pour le prochain cycle programmatique.

Management Response: [Added: 2017/12/10] [Last Updated: 2017/12/10]

Le Bureau étudiera la possibilité d'avoir un projet élection dans son nouveau CPD 2019-2021.

Key Actions:

8. Recommendation:

Favoriser des projets mettant l’accent sur le lien entre la résilience socio-économique des foyers et le changement climatique

Management Response: [Added: 2017/12/10] [Last Updated: 2017/12/11]

Acceptée

Les actions seront prises en compte dans le développement du nouveau CPD

Key Actions:

9. Recommendation:

Egalement, la dimension de l’énergie pour tous mérite d’être considérée

Management Response: [Added: 2017/12/10] [Last Updated: 2017/12/11]

Acceptée

le Bureau est entrain de voir comment développer un grand programme sur les énérgies en tenant compte des opportunités de financement.

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Développer une note conceptuelle sur la mobilisation de ressources dans le domaine de l'énergie
[Added: 2017/12/11] [Last Updated: 2018/08/27]
Programme 2018/06 Completed La note conceptuelle sur l'énergie a été soumise à l'UE History
10. Recommendation:

Etablir une plateforme d’échange et coordination inter-agences pour la communauté des bailleurs et les Nations Unies

Management Response: [Added: 2017/12/10] [Last Updated: 2017/12/11]

Cette recommandation est jugée pertinente, L'UNCT a redynamisé les différents groupes de travail inter Agence ( PMT, OMT, GIC, GISE) 

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Le Plan de Travail conjoint a été élaboré
[Added: 2017/12/10] [Last Updated: 2018/08/27]
PMT 2017/06 Completed History
Le CCA est en cours de finalisation
[Added: 2017/12/10] [Last Updated: 2018/08/27]
UNCT 2017/12 Completed Le CCA a été finalisé et l'UNDAF développé History
L'UNCT va élaborer l'UNDAF 2019-2023 au cours de l'année prochaine
[Added: 2017/12/10] [Last Updated: 2018/08/27]
RCO 2018/07 Completed L'UNDAF développé History
11. Recommendation:

Développer une théorie de changement pour chaque effet CPD afin de structurer la déduction des produits respectifs de chaque effet.

Management Response: [Added: 2017/12/10] [Last Updated: 2017/12/10]

Cette recommandation sera prise en compte dans le développement du nouveau CPD, 

Key Actions:

Key Action Responsible DueDate Status Comments Documents
Le Nouveau CPD 2019-2023 va avoir une Théorie de Changement claire
[Added: 2018/08/27]
Programma 2018/08 Completed

Latest Evaluations

Contact us

220 East 42nd Street
20th Floor
New York, NY 10017
Tel. +1 646 781 4200
Fax. +1 646 781 4213
erc.support@undp.org